Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin populaire falcare, du latin classique falx (« faux »).

Verbe Modifier

 
Faucher manuellement. (1)

faucher \fo.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Couper à la faux ou à la machine.
    • A ce compte, […], celui qui trouverait le moyen de faucher le blé sans gâter la paille, par une machine qui ferait l’ouvrage de dix moissonneurs, serait un homme de génie ? — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Déjà des inconnus fauchent les blés des champs allemands, qui, seuls, étaient restés debout, leurs maîtres s'étant enfuis. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • [...] l'État est la faux qui fauche, sitôt sortie de terre, l'herbe des bonnes volontés. — (Remy de Gourmont, Le Chemin de Velours - Nouvelles dissociations d'idées, Mercure de France, 1902, éd. 1911, p. 301)
    • Il fauchait les touffes d’échaudures qui poussaient dans la pâture de derrière. — (Daniel Bernier, Les terres meurtries, vol.2: Léona, Éditions l'Archipel, 2004)
  2. Coucher, abattre en parlant du vent, de la pluie etc.
    • Les blés ont été fauchés par la grêle.
  3. (Figuré) Abattre en grand nombre.
    • La mort fauche. Elle fauche à tort et à travers. Peu lui importe. Ceux qu’elle a visés, elle va les chercher là où ils semblent le plus en sécurité. — (Jacques Mortane, La guerre des airs : Traqués par l’ennemi, p.69, Baudinière, 1929)
    • La mitraille fauchait des rangs entiers.
  4. Renverser, faire chuter quelqu'un volontairement ou non.
    • Il s’est fait faucher par une voiture. - Il devrait être expulsé, il l’a fauché pour l’empêcher de marquer!
  5. (Familier) Voler, dérober.
    • Pendant la représentation, on m'a fauché mon portefeuille. Oh ! il n'y avait pas une fortune dedans. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. III, Série noire, Gallimard, 1956, p. 23)
    • Ils ont déjà du mal à retrouver les gangsters qui fauchent des millions de bijoux ou de billets. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. III, Série noire, Gallimard, 1956, p. 24)
    • Ensemble on est allé chez Moltegomme, l’estanco de la rue d’Angleterre. Un vieux con, ce mec-là ; toujours à mater si vous lui fauchez pas un calendo ou un sauciflard. — (Brice Pelman, In vino veritas, chap. 1, Spécial Police n° 192, Fleuve Noir, 1982)

faucher intransitif

  1. Traîner en demi-rond une des jambes de devant, en parlant d’un cheval.
    • Ce cheval fauche, il a du se blesser.
  2. (Médecine) Avoir la démarche provoquée par certaines maladies.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

  • Faucher sur l’encyclopédie Wikipédia