FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin gaudia, pluriel de gaudium, pris pour un féminin singulier en latin populaire. (Vers 1050) goie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
joie joies
\ʒwa\

joie \ʒwa\ féminin

  1. Sentiment de bonheur, de satisfaction vive et intense qui vient du plaisir que l'on a à agir, à accomplir non pas une tâche répétitive, mais de contribuer à un certain progrès qui est empreint d'un caractère spirituel philosophique, scientifique, religieux ou esthétique.
    • L'heureux père, qui se sentait inondé de joie par la joie de sa fille, se tourna pour mieux la voir ; dans ce mouvement les rênes lui glissèrent des mains. — (L'Esprit des oiseaux, par Samuel-Henri Berthoud, illustration par Yan' Dargent, Tours : chez Alfred Mame, 1867, p. 149)
    • Le visage de Félicité s’empourpra d’une joie chaude. Elle se mit sur son séant, frappant comme une enfant dans ses mains sèches de petite vieille. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 102)
    • Gaspard vit avec joie la femme poser une soupière fumante sur la table de la cuisine. — (André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955)
    • Les bourreaux doivent savourer la même omnipotence, se livrer à pareille furie, goûter une égale joie de meurtrir sans remords. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • j’éprouve… mais quoi ? quel mot peut s’en saisir ? pas le mot à tout dire : « bonheur », qui se présente le premier, non, pas lui… « félicité », exaltation, sont trop laids, qu’ils n’y touchent pas… et « extase »… comme devant ce mot ce qui est là se rétracte… « Joie », oui, peut-être… ce petit mot modeste, tout simple, peut effleurer sans grand danger… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 67)
    • Si je pensais que le souverain bien fût la joie, je ne douterais point qu'on ne dût tâcher de se rendre joyeux, à quelque prix que ce pût être, et j'approuverais la brutalité de ceux qui noient leurs déplaisirs dans le vin, ou les étourdissent avec du pétun. — (René Descartes, « Lettre à Élisabeth Egmond, du 6 octobre 1645 », dans Correspondance avec Élisabeth, Presses électroniques de France, 2013)
  2. (Au pluriel) Plaisirs ; jouissances.
    • Il fut aussitôt rendu chez sa mère qui lui fit, naturellement, toutes les joies du monde. — (Anatole Le Braz, Les Saints bretons d'après la tradition populaire en Cornouaille, Les Annales de Bretagne, 1893-1894, Paris : Calmann-Lévy, 1937, page 15)
  3. Gaieté ; humeur gaie.
    • Gasbieha se précipita dans la chambre de sa sœur de lait avec des transports de joie. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • joie sur le Dico des Ados 
  • joie dans le recueil de citations Wikiquote  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) Du latin gaudia → voir gaudel.
(Nom 2) Du latin jocus → voir joiel.

Nom commun 1 Modifier

joie masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. Joie, jouissance, réjouissance.
  2. Fête.

VariantesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

joie féminin

  1. Joyau, bijou.

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier