FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) De planche. (Vers 1135) planchier.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
plancher planchers
\plɑ̃.ʃe\

plancher \plɑ̃.ʃe\ masculin

  1. (Construction)
    1. Ouvrage de charpente fait d’un assemblage de solives, recouvert de planches formant plate-forme sur l’aire d’un rez-de-chaussée, ou séparant deux étages d’un bâtiment.
      • Poser, établir les planchers d’une maison.
      • – Voilà deux ans qu’ils démolissent leur maison pour se chauffer. Tout l’hiver ils ont fait du feu avec le plancher de la salle basse, vous savez ? de ces planchers anciens qui sont comme des poutres et enfoncés dans la terre pour être protégés contre l’incendie. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 47.)
    2. (Par métonymie)
      1. (En particulier) (Plus courant) Le plancher d’en bas sur lequel on marche.
        • […], mais l’eau, à l’intérieur, avait déjà atteint le niveau du plancher, et il me fallut plusieurs heures de travail aux pompes pour l’épuiser. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
        • Plancher parqueté.
        • Plancher carrelé.
        • Frotter un plancher.
        • Un plancher ciré.
        • Il est tombé sur le plancher.
        • Le plancher s’est affaissé, enfoncé.
      2. (En particulier) (Plus rare) (Vieilli) Le plancher supérieur, le plafond.
        • Peindre les solives d’un plancher.
        • Toucher de la tête au plancher.
        • Sauter jusqu’au plancher.
        • Suspendre quelque chose au plancher.
  2.  
    Bûcheron taillant le plancher (2.c) d’un cran de chute
    (Par analogie)
    1. (Figuré) Seuil.
      • Il a eu une peine plancher, on est pas près de le revoir.
    2. (Pédologie) Horizon inférieur, de perméabilité nettement plus faible que les horizons au-dessus de lui, tendant à s’opposer à l’infiltration de l’eau dans le sol.
      • Terrains neutres ou légèrement alcalins assez profonds mais mal structurés, assez lourds (argileux, ou présentant un plancher d’argile lourde à faible profondeur (50 - 55 cm).— (Jacques Becquey, Les noyers à bois, De Institut pour le développement forestier (France), 1997, p.24)
      • Lorsqu’apparaît à quelques décimètres de profondeur une couche imperméable (argile compacte, limons tassés) qui est appelée plancher, cette dernière peut entraîner la formation d’une véritable nappe au-dessus, par défaut de percolation des eaux pluviales, notamment dans une couche limoneuse, voire sableuse, sus-jacente. — (Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) Grand Est, Les milieux forestiers de la Plaine lorraine, juin 2016 → lire en ligne)
    3. (Exploitation forestière) Trait inférieur d’un cran de chute.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   plancher figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : charpente.

TraductionsModifier

Verbe Modifier

plancher \plɑ̃.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Franc-maçonnerie) Présenter en loge un travail écrit.
  2. Travailler dur sur un sujet.
    • Cet étudiant planche depuis une heure sur sa copie.

SynonymesModifier

PrononciationModifier

Prononciation manquante. (Ajouter)

Voir aussiModifier

  • plancher sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier