FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1283) De borne.
Le sens argotique utilisé dans la police est dérivé d’une analogie rapprochant le téléphone portable à une borne. En effet, un téléphone portable émet un signal qui est capté par plusieurs antennes relais. Cela permet d’effectuer une triangulation et donc de connaître la position dudit portable à un temps donné, ce dernier agissant comme un marqueur, comme une borne.

Verbe Modifier

borner \bɔʁ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se borner)

  1. Limiter par une ou plusieurs bornes.
    • Borner un champ.
    • Borner des vignobles.
  2. Limiter, resserrer, renfermer dans une certaine étendue, dans un certain espace.
    • Je m'engage sur la pente. Zinder est là-bas, au centre d'une vaste crique à l'apparence de golfe desséché que bornent, à l'Est et à l'Ouest, des coteaux pierreux en forme de promontoire. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, p. 14)
    • La mer et les Alpes bornent l’Italie.
    • La rivière qui borne son jardin.
    • Borner la vue : L’arrêter, l’empêcher de s’étendre plus loin.
    • Cette maison a une vue bornée : La vue en est de peu d’étendue.
    • (Figuré)
    • Avoir des vues bornées : Avoir peu de lumière, avoir peu d’étendue dans l’esprit ; ou, dans un autre sens, avoir peu d’ambition.
    • Avoir l’esprit borné, être borné : Avoir peu d’intelligence, peu de capacité, être capable de peu de chose.
    • Une fortune bornée : Une fortune qui est médiocre et qui ne peut guère augmenter.
    • Une autorité bornée : Une autorité fort restreinte.
  3. Se dit, dans le même sens, en parlant des personnes, par rapport à leurs propriétés, à leurs domaines.
    • Il est borné par une grande forêt du côté du levant.
    • Il acheta la pièce de terre qui le bornait au couchant.
    • Il veut vendre ce domaine parce qu’il s’y trouve trop borné et qu’il ne saurait faire d’acquisitions pour s’arrondir.
  4. (Figuré) Modérer, restreindre.
    • Je ne sache pas que la benzine ait été administrée à l'intérieur à titre de vermicide. Son emploi a été borné jusqu'ici au traitement de l'infection trichineuse. — (Amédée Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, volume 9, page 93, 1868)
    • Le libraire m'en demanda un florin et six kreutzers [...]. Cela me parut cher pour l'endroit, et je me bornai à feuilleter le livre, - ce qui, grâce à la dépense que j'avais déjà faite, m'était gratuitement permis. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Borner son ambition, ses désirs, ses prétentions, ses espérances.
    • Borner les pouvoirs d’un envoyé, d’un ambassadeur, d’un commandant.
    • Borner la juridiction d’un tribunal.
  5. (Argot policier) (Téléphonie) Fait d’indiquer une position à un temps donné pour un téléphone portable.
    • « Il conteste, mais il est toujours flashé aux mêmes endroits et son téléphone portable borne tout le long du trajet… », précise la source judiciaire. — (Philippe Romain 1, Flashé à 94 reprises, avec un record à 251 km/h, 28 juin 2012)
    • « Il y a des achats qui sont faits, … effectués aux Galeries Lafayette aux alentours de 15 heures et votre téléphone il borne à cet endroit là. » — (Un policier, Au cœur de l’enquête : Pickpockets, escrocs et cartes bancaires, diffusé sur Direct 8 le 24 mars 2013)
  6. (Pronominal) Se limiter à.
  7. (Pronominal) Se contenter de.


TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

BretonModifier

Forme de verbe Modifier

Mutation Forme
Non muté borner
Adoucissante vorner
Durcissante porner

borner \ˈbɔrnɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe bornañ.