Ouvrir le menu principal
Voir aussi : Caron

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Sans doute dérivé, avec le suffixe -on, de l’anglais caret qui en typographie et dans le langage des correcteurs s’écrit [ˆ], comme un accent circonflexe sans lettre souscrite, et signifie qu’il manque quelque chose, il dérive du latin caret (« il manque ») de careo (« manquer » → voir carence en français) et la terminaison en -on est peut-être influencée par la proximité sémantique de macron[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
caron carons
\ka.ʁɔ̃\

caron \ka.ʁɔ̃\ masculin

  1. (Grammaire) Signe typographique diacritique (ˇ), utilisé dans l’écriture de certaines langues slaves (tchèque, slovaque, slovène), dans l’écriture de plusieurs langues à tons, et dans la transcription phonétique du chinois mandarin pinyin, pour les troisièmes tons.
    • Ainsi, le caractère ‘j avec caron’ (langue tamasheq – arrêté 214-99 de la République du Niger) est codé par l’unique code U+01F0 sous sa forme minuscule. — (Chantal Enguehard, « Des correcteurs orthographiques pour collecter et diffuser les connaissances linguistiques en Afrique subsaharienne », 27th Internationalization and Unicode Conference, atelier “Unicode and Language Support in Francophone Africa”, Apr 2005, Berlin, Allemagne, 2005, page 3)
  2. (Vieilli) Vieux papiers sales[2].
    • Les fabricants de carton et de papier achètent [aux chiffonniers] pour leur usage les carons, vieux papiers sales. — (l’Illustration 9 mars 1872, page 158, 3e colonne)
  3. (Vieilli) (Désuet) Bande de lard sans maigre[2][3].
  4. (Agriculture) (Désuet) Mélange d'orge et de blé semé sur un même terrain [2].
    • Cause d'Hugues d’Encausse, curé d’Estadens, contre Guil. Lapadon d’Estadens, qui fut condamné à payer la dîme en lin sur le pied de dix un; en blé, seigle, caron, avoine, sur le pied de 17 gerbes deux, en blé d’Espagne de dix un (23 juin). — (Paul Gagnol, La dîme ecclésiastique en France au XVIIIe siècle, Paris : chez J. de Gigord, 1911, p. 215)
    • Pour toutes les céréales « bled froment », « avoine », « caron », seigle « mixture », le commandeur prélèvera par tas de 17 gerbes, deux gerbes, l'une à titre de dîme, l'autre pour les prémisses. — (Revue de Comminges, vol. 80-81, 1967, p. 113)

SynonymesModifier

NotesModifier

Les mathématiciens utilisent parfois un caron qu’ils appellent alors « tchèche », ce mot est absent des dictionnaires et encyclopédies, mais on le retrouve sur des forums de mathématiciens et aussi dans le Dictionnaire historique et étymologique des mathématiques de Bertrand Hauchecorne. Il s’agit probablement d’un déformation de tchèque ou d’un hommage rendu à Eduard Čech. En LaTeX, un ř se note « \check{r} »[4].

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • caron sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. Cette étymologie, non « autorisée », est tirée de l’article « Caron » de la Wikipédia anglaise, où elle est donnée comme hypothétique mais la plus plausible.
  2. a b et c « caron », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  3. Antoine de RivarolDictionnaire classique de la langue française, 1827
  4. http://math.pc.vh.free.fr/edsci/tex/caracteres.htm

EspérantoModifier

Forme de nom commun Modifier

caron \ˈt͡sa.ron\

  1. Accusatif singulier de caro.

PrononciationModifier

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

caron \kaʁɔ̃\ masculin

  1. Charron.

VariantesModifier

DérivésModifier

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I