Étymologie

modifier
(VIIIe siècle). Du moyen haut-allemand liggen, licken, du vieux haut allemand ligen, liggen, liggan, du proto-germanique *ligjaną, de l'indo-européen commun *legh-.[1]
Apparenté au latin lectus, « lit ».  Référence nécessaire
Mode ou
temps
Personne Forme
Présent 1re du sing. ich liege
2e du sing. du liegst
3e du sing. er liegt
Prétérit 1re du sing. ich lag
Subjonctif II 1re du sing. ich läge
Impératif 2e du sing. lieg
liege!
2e du plur. liegt!
Participe passé gelegen
Auxiliaire haben
sein
voir conjugaison allemande

liegen \ˈliːɡn̩\ ou \ˈliːɡŋ̍\ intransitif (voir la conjugaison)

  1. Se situer, être situé, se trouver.
    • Auf dem Tisch liegt eine Vase.
      Il y a un vase sur la table / Sur la table se trouve un vase.
    • Der Schnellste liegt auf dem ersten Platz.
      Le plus rapide se situe en première position.
    • Berlin liegt in Deutschland.
      Berlin se trouve en Allemagne.
    • Emile starb im Jahre 1927, halbverrückt vor Einsamkeit: unter seinem Kopfkissen fand man einen Revolver; in den Koffern lagen hundert Paar Socken mit Löchern, zwanzig Paar Schuhe mit schiefgelaufenen Absätzen. — (Jean-Paul Sartre, traduit par Hans Mayer, Die Wörter, Rowohlt Verlag, Hamburg, 1965)
      Émile mourut en 1927, fou de solitude: sous son oreiller, on trouva un revolver; cent paires de chaussettes trouées, vingt paires de souliers éculés dans ses malles.
  2. Être allongé, être couché, être étendu, gésir.
    • Hans liegt auf dem Bett.
      Hans est allongé sur le lit.
    • Der Hund liegt am Fuß seines Besitzers.
      Le chien est couché au pied de son maître.
    • Bilder aus Sankt Petersburg zeigen, wie Polizisten mit Stöcken auf junge Männer einschlagen, die bereits am Boden liegen. — (Silke Bigalke, « Die Wut der Russen wächst », dans Süddeutsche Zeitung, 25 septembre 2022 [texte intégral])
      Des images de Saint-Pétersbourg montrent des policiers frappant avec des bâtons des jeunes hommes déjà à terre.
    • Ein mit Öl beladener Tanker, der seit Jahren vor der Küste des Jemen liegt, droht auseinanderzubrechen. Nun hat die 144 Millionen teure Rettungsaktion der UN begonnen. — ((ZEIT ONLINE, dpa, hoe), « UN-Bergungsmission für Rohöl-Tanker angelaufen », dans Die Zeit, 1 juin 2023 [texte intégral])
      Un pétrolier chargé de pétrole, qui gît depuis des années au large des côtes du Yémen, menace de se briser. Maintenant, l'opération de sauvetage de l'ONU, qui coûtera 144 millions, a commencé.
  3. Convenir (à quelqu'un).
    • Das liegt mir nicht.
      Cela ne me convient pas / Ce n'est pas mon genre.
  4. Tenir à quelque chose, importer.
    • Mir liegt viel daran.
      J'y tiens beaucoup / Cela m'importe beaucoup.
    • Mir liegt nichts daran.
      Je n'y tiens pas / Cela m'importe guère.

Antonymes

modifier

Dérivés

modifier

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. — (Friedrich Kluge, Elmar Seebold : Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache. 24., édition revue et augmentée. Éditeur Walter de Gruyter, Berlin/New York 2001, ISBN 978-3-11-017473-1, DNB 965096742, mot-clé: „liegen“, page 575).

Sources

modifier

Bibliographie

modifier
  • Larousse - Dictionnaire allemand/français – français/allemand , éd. 1958, p 589.
  • Harrap’s de poche – Bordas Dictionnaire allemand/français, éd. 1997, ISBN 0-245-50308-0, p 189.

Étymologie

modifier
À rapprocher de l'anglais lie et de l'allemand lügen, de même sens.
Présent Prétérit
ik lieg loog
jij liegt
hij, zij, het liegt
wij liegen logen
jullie liegen
zij liegen
u liegt loog
Auxiliaire Participe présent Participe passé
hebben liegend gelogen

liegen \li:.ɣǝ:\ intransitif

  1. Mentir.

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 99,5 % des Flamands,
  • 99,7 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier
  • (Région à préciser) : écouter « liegen [li:.ɣǝ:] »
  • Pays-Bas (partie continentale) (Wijchen) : écouter « liegen [Prononciation ?] »

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]