Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (Date à préciser) Du latin ridiculus.
(Nom commun 2) Par déformation de réticule.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ridicule ridicules
\ʁi.di.kyl\

ridicule \ʁi.di.kyl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est digne de risée ou de moquerie.
    • Il a toujours méprisé les vanteries ridicules dont il arrive assez ordinairement que la noblesse étourdit le monde. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Gornay)
    • Cette gentillesse qui abrégeait les formes et supprimait les fadaises ridicules que tout garçon se croit tenu de débiter à la belle fille dont il essaie de faire sa maîtresse, m’avait séduit. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Tu marchais dans les rues, enfoncée dans tes bottines ridicules à trois francs six sous. Tu marchais comme d’hab’, en baissant la tête. Jamais je t'ai vue regarder le ciel. — (Magyd Cherfi, Livret de famille, Actes Sud Littérature, 2011)
    • Cet homme s’est rendu ridicule.
    • Il a des manières ridicules.
    • Que cela est ridicule !
    • Il nous a dit des choses fort ridicules.
    • Saisir le côté ridicule d’une chose.
  2. Qui va à l’encontre du bon sens ou de la normalité.
    • Mais le diable a soufflé là-dessus, de son haleine fiévreuse et empestée, et les pires billevesées ont pris leur vol. L’homme a inventé les dieux et il a créé l’amour avec son cortège de sensibleries ridicules ou criminelles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 118)

NotesModifier

Cette dernière acception tend à s’implanter depuis les années 1990 par influence de l’anglais, mais son usage est incorrect vis-à-vis du sens français véritable ; dans ce cas de figure, il est plus correct de dire : « c’est absurde » ou « c’est n’importe quoi ».

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
ridicule ridicules
\ʁi.di.kyl\

ridicule \ʁi.di.kyl\ masculin

  1. (Vieilli) Ce qui est ridicule ; ce qu’il y a de ridicule dans une personne ou dans une chose.
    • Le roman bourgeois et demi-bourgeois appartient en toute propriété à Théodore Hook. Esprit sans imagination, sans passion, sans poésie, mais singulièrement apte à saisir et à reproduire les ridicules de la classe moyenne, ses prétentions comiques et ses aspirations vers un bon goût, […]. — (Philarète Chasles, Le Roman anglais, dans Revue des deux Mondes, vol.3, p.21, 1842)
    • Tous les ridicules de cette digne femme, essentiellement charitable et pieuse, eussent peut-être passé presque inaperçus ; […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • À l’exemple de Juvénal, je ne suis pas descendu dans la sentine des vices pour la remuer, j’ai plutôt passé gaiement en revue les ridicules que les turpitudes. — (Érasme, Éloge de la folie, Traduction par G. Lejeal en 1899)
    • De ma tendre enfance je ne parlerai pas. […]. Eussé-je autrement décidé que je me garderais du ridicule qui s’attache à quiconque fait un sort aux minuties du premier âge. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Je redoutais le ridicule d’une entrée au lycée à la tête d’un cortège familial, comme le mort de l’enterrement. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 261)
  2. (Vieilli) Personne considérée comme ridicule.
    • Non, non, la constance n’est bonne que pour des ridicules ; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l’avantage d’être rencontrée la première ne doit pas dérober aux autres les justes prétentions qu’elles ont toutes sur nos cœurs. — (Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, acte I, scène II)
  3. Traits par lesquels on se moque d’une personne, on fait rire les autres à ses dépens.
    • Manier l’arme du ridicule.
    • Braver le ridicule.
    • Périr sous le ridicule.
    • Tomber, crouler sous le ridicule.

DérivésModifier

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ridicule ridicules
\ʁi.di.kyl\

ridicule \ʁi.di.kyl\ masculin et féminin identiques

  1. Réticule, jeu de mot sur ce petit sac à main, le terme est passé dans le langage courant, y compris chez des étrangers (russes) parlant français.
    • Voyons, à quoi pensez-vous ? fit-elle s’adressant au prince Hippolyte : Apportez-moi mon ridicule. — (Léon Tolstoï, Guerre et Paix, Stock, 1903, pages 21)

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • ridicule sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ridicule
\ˈɹɪd.ɪ.ˌkjuːl\
ridicules
\ˈɹɪd.ɪ.ˌkjuːlz\

ridicule \ˈɹɪd.ɪ.ˌkjuːl\

  1. Risée, persiflage ridicule.
    • As a result of this affair, the politician was held up to ridicule in the press.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Verbe Modifier

ridicule \ˈɹɪd.ɪ.ˌkjuːl\

  1. Persifler.
  2. Ridiculiser, tourner en dérision.
    After Sibella ridicules his offer of marriage, Louis attends her wedding to Lionel (...) — (Contributeurs de Wikipédia, article « Kind Hearts and Coronets », date non connue)

PrononciationModifier