FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 
Une grolle valdotaine (Nom 3).
(Nom 1) De l’occitan grola (« vieux soulier »), passé dans l’argot parisien à la fin du XIXe siècle.
(Nom 2) (Date à préciser) Du bas latin graula, du latin gracula (« femelle du choucas »), féminin de graculus (« choucas »).
(Nom 3) → voir grolla. Aujourd’hui orthographié grole.
  • De graal, (« calice ») (Désormeaux, Brocherel) pour ce qui est de la grolle-calice du Val d’Aoste.
  • Du grec ancien kratera, latin cratalem (« cratère »).
  • De la racine krŏsu « creux » apparenté à crole « écuelle » [1]
  • Du latin grolla (« vieux soulier »), « grolla », du franco-provençal grola qui signifie (« vieux soulier ») au XIIIe siècle et donc (« sabot ») car « autrefois, les bergers le préparaient dans leurs sabots, d’où son nom ».[2]
(Nom 4) : Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
grolle grolles
\ɡʁɔl\

grolle \ɡʁɔl\ féminin

  1. (Populaire)(Argot) Chaussure.
    • Il a encore trouvé à redire à propos de mes grolles, que je faisais avec trop de bruit dans les escaliers.— (Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, Denoël, Paris, 1936)
    • – Ben, qu’on nous laisse au moins mettre nos grolles !
      Les grolles !.. C’est devenu un mot, une chose tragique, pour ces pauvres pieds de fantassins affreux à voir et à traîner, des pieds sans chaussettes, éraillés par le cuir des gros souliers, […]
      — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, pages 13-14.)
    • C'est fou ce qu’elles usent de grolles. — (Georges Brassens, La Complainte des filles de joie sur l’album Le temps ne fait rien à l’affaire, 1961)
    • Y m’a filé une beigne
      J’lui ai filé une torgnole
      Y m’a filé une châtaigne
      J’lui ai filé mes grolles
      — (Renaud, Laisse béton sur l’album Laisse béton, 1977)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
grolle grolles
\ɡʁɔl\

grolle \ɡʁɔl\ féminin

  1. (Régionalisme) Corneille, freux, corbeau.

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
grolle grolles
\ɡʁɔl\
 
Une coupe de l'amitié savoyarde au-dessous d'une paire de grolles (nom commun 1). La coupe de l'amitié est souvent confondue avec la grolle.

grolle \ɡʁɔl\ féminin

  1. (Val d’Aoste) Coupe en bois sans trou où l’on met de la gnôle.
  2. (Savoie) (Cuisine) Récipient en bois tourné et sculpté, coupe fermée avec plusieurs becs, où chacun boit tour à tour, dans les grandes occasions, un mélange de café chaud, de sucre, et d’eau de vie.
    • Ce rôle revenait à la grolle, tout d’abord grand et haut gobelet d’arolle ou d'autre bois dur mais facile à sculpter, d'une contenance de 2 L. environ, et muni d’un couvercle. — (Maurice Messiez, Les vignobles des pays du Mont-Blanc : Savoie, Valais, Val d’Aoste, 1998, p. 128)
    • Après le repas le garçon porta une grolle valdotaine, avec quatre becs, que le comte fit tourner. Chacun but à son tour le fameux café valdotain, que Maxime trouva très à son goût. — (Alain Conny, Funestes échos Du Passé , 2007, p. 48)

VariantesModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 4Modifier

grolle \ɡʁɔl\ féminin

  1. (Suisse) (Populaire) Vache.
    • « A nous il nous fallait traire les grolles le matin et mener avec le cheval les boilles à laiterie avant d'aller à l'école » — (« Relâche au Comptoir », La Gazette, 10 octobre 1985, page 8)

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. (Lazare Sainéan/ FEW) FEW p. 1362)
  2. Angers 2016 Petit Futé, page 83

Ancien françaisModifier

Nom commun Modifier

grolle \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de grole.

RéférencesModifier

TourangeauModifier

ÉtymologieModifier

Du ancien français grole, grolle.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
grolle grolles
\Prononciation ?\

grolle \Prononciation ?\ féminin

  1. (Ornithologie) Corbeau.
  2. (Ornithologie) Pie.

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  • Auguste Brachet, Vocabulaire tourangeau, Romania, 1872, page 91[voir en ligne]
  • Jean-Claude Raymond, La langue de Rabelais et le parler du sud de la Touraine et du Loudunais : À la Croisée de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou, 2008 → [version en ligne]