Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe 1) De l'ancien français bastir (« faufiler, entrelacer »), lui même de l'ancien bas francique *bastian « assembler, entrelacer des fibres libériennes » (→ voir bestan « ravauder » en vieux haut allemand, le moyen néerlandais besten « rapiécer », « lacer, lier, entrelacer »), de *bast « liber », qui donne l’allemand Bast, le néerlandais bast.
(Verbe 2) Du sens de « tisser », on est arrivé à celui de « faire une clôture constituée de pieux entrelacés de brindilles », puis simplement « édifier, construire ». Le TLFi[1] ne retient pas l’hypothèse de Littré[2] d’un lien avec bât ou bâton.

Verbe 1 Modifier

bâtir \bɑ.tiʁ\ 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Couture) Agencer, disposer les pièces d’un vêtement en les faufilant, en les assemblant avec de grands points d’aiguille avant de les coudre tout à fait.
    • Cette robe n’est pas cousue, elle n’est que bâtie.
    • Elle a la prétention de se bâtir elle-même une toilette en soie… Ce sera du joli ! — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 231.)
  2. (Chapellerie) Façonner (le feutre destiné à la confection des chapeaux).

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

bâtir \bɑ.tiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Construire une maison, un édifice.
    • En effet, en exécution de ces lettres patentes, l’emplacement pour bâtir le nouveau bourg fut tracé au delà de l’Aude. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Ils avaient une maison à eux. […]. Oh ! une vraie cabane ! couverte de chaume, bâtie en pisé, fermée par des volets qui claquaient au vent. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 324, Fischbacher, 1896)
    • Nous les hommes des douars lointains, des hauts djebels, des larges vallées, nous savions que l'on ne bâtit pas sa maison si l'on n'a pas confiance dans la solidité du sol. — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p.26, France-Empire, 1963)
  2. (Figuré) Établir.
    • Ce constat n’est pas nouveau : le keynésiano-fordisme des Trente Glorieuses s’est bâti sur le recours massif à l’importation de travailleurs immigrés venus du Tiers monde. — (Christian Pradeau & Jean-François Malterre, Migrations et territoires, dans Les cahiers d'Outre-Mer n° 234/vol. 59, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006)
    • Il a bâti sa fortune sur les ruines de la fortune des autres.
    • Il bâtit son système sur des suppositions en l’air.
  3. (Figuré) Développer la corpulence, la morphologie de quelqu'un.
    • C'est un homme bien bâti.
  4. (Figuré) Forger le caractère de quelqu'un.
    • Voilà comme je suis bâti, tel est mon caractère.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier