Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Faisait escirer en ancien français, puis descirer, deschirer par substitution du préfixe es- par dé- [1] ; plus avant de l’ancien bas vieux-francique *skerian (« séparer, diviser ») → voir scheuren en néerlandais, scheren en allemand, to shear en anglais ; voyez aussi caro (« chair, viande ») en latin.

Verbe Modifier

déchirer \de.ʃi.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rompre en tirant avec force un côté en direction opposée de celle de l’autre.
    • Déchirer des étoffes, de la toile, du papier, de la peau, des chairs, etc. En tombant, il s’est déchiré la peau du genou.
    • Ma robe s’est déchirée.
    • Déchirer une lettre.
    • Monsieur Saito lut mon travail, poussa un petit cri méprisant et le déchira: [...]. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 10)
  2. (Par extension) Blesser, écorcher, lacérer.
    • Dès le premier jour, les chevilles tuméfiées par la pression du fer se déchirèrent. Une plaie se forma, sanieuse, putride, entourée d’une auréole d’inflammation violente. — (Georges Clemenceau, À l’Île du Diable dans L’Aurore, 9 juillet 1899 - En réunion dans Justice militaire, Stock, 1901, p.247)
    • Quoi qu’il en fût, ma naissance fut pénible. Je déchirai ma mère si cruellement que le contact de son mari lui devint un supplice. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 24)
  3. (Figuré) Émouvoir ou agiter douloureusement le cœur.
    • Leurs plaintes douloureuses me déchirent. Les passions opposées déchirent le cœur, l’âme. Être déchiré de remords.
    • Pleurez-nous rapidement et remplacez-nous vite. Si cette lettre vous déchire, rendez-le-lui. Adieu. Lettre de rupture de Tholomyès à Fantine — (Victor Hugo, Les Misérables, V. Hugo, 1862)
    • Je me dépêchai de régler l’horloge et de m’en aller, car, de voir ce pauvre vieux dans une telle désolation, cela me déchirait le cœur. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Elle ressent son métier comme une imperfection continuelle et une imposture, a écrit dans son journal « être prof me déchire. » — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 125.)
    • (Absolument) Un spectacle qui déchire.
  4. (Figuré) Troubler un État, une ville, un grand corps, etc., en parlant des factions, des dissensions
    • Les guerres civiles ont déchiré ce royaume durant plusieurs années.
    • L’État était déchiré par diverses factions.
    • L’Église était déchirée par un schisme.
  5. (Figuré) Offenser, outrager par des médisances, par des calomnies.
    • François Cadet, un bel homme, un beau garçon dont les filles s’éprennent d’abord, pour qui elles se jalousent et se déchirent. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 31)
    • La famille de Vincent Lambert se déchire depuis des années devant les tribunaux, en l’absence de directives anticipées écrites laissées par le patient avant son accident. — (Jean-Baptiste Jacquin , « Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation autorise un nouvel arrêt des traitements », Le Monde. Mis en ligne le 28 juin 2019)
    • Déchirer son prochain.
    • Déchirer la réputation d’un honnête homme.
  6. (Littéraire) Traverser l’espace, l’environnement.
    • La lumière rasante faisait paraître d’un noir intense les nuées qui furent déchirées bientôt par cent autres lumières, lorsque les éclairs les parcoururent. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Un cri strident déchira la nuit.

déchirer intransitif

  1. (Populaire) (Argot) Réussir.
    • J’ai trop déchiré à l’examen.
  2. (Populaire) (Argot) Être de très bonne qualité.
    • Cette moto, elle déchire.

ExpressionsModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier