Français modifier

Étymologie modifier

(Vers 1135) Dérivé de grève, avec le suffixe -ier, sous son ancienne forme grave (fin XIIe siècle), du pré-latin *grava.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
gravier graviers
\ɡʁa.vje\

gravier \ɡʁa.vje\ masculin

 
Du gravier fluvial (sens 1).
  1. (Géologie) Roche détritique à éléments assez gros (sables grossiers et cailloux), d’origine fluviatile ou littorale.
    • Samedi dernier, – répliqua M. Smallways, – j’ai été obligé de ramasser trois brouettées de gravier dans mes pommes de terre… trois brouettées de lest qu’ils nous ont versées sur la tête. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 6 de l’édition de 1921)
    • La Garonne devenant divagante multiplie, à loisir, les « gaules » ou « gaures », c'est-à-dire ses bras, et les « îles », résultant de l’atterrissement des graviers vite envahis par la végétation spontanée et bientôt exhaussées par la rétention du limon. — (Une histoire de la Garonne, sous la direction de Janine Garrisson-Estebe et de Marc Ferro, collection Des fleuves & des hommes, Paris : chez Ramsay, 1982, page 408)
  2. (Jardinage, Maçonnerie) Ensemble de petits cailloux servant au revêtement des allées, dans un jardin, etc.
  3. (Spécialement) Pierres concassées, de diamètres de 0,5 à 4 cm, servant au revêtement des chemins carrossables non asphaltés, et au remplissage de volumes pour lesquels on désire que l’écoulement d’eau soit maximal.
    • Le cri du gravier sous ses bottines, dans le silence, la fit tressaillir. — (Pierre Louÿs, Psyché, 1927, p.136)
    • En remontant le vieil escalier de bois, il entendit comme un bruit de bottes sur les graviers au-dessus de lui. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 239 de l’édition de 1921)
  4. (Vieilli) (Médecine) Concrétions assez grosses analogues à de petites pierres qui se forment dans les reins ou dans la vessie.
  5. (Terre-Neuve) (Pêche) Personne chargée d’étaler et de faire sécher la morue ou d’autres poissons sur les graves, les terrains caillouteux du rivage[1].
    • Mais la vie du gravier, qu'il fût mousse ou novice, était très fatigante, comme en témoignent les mémoires de Pléville Le Pelley, qui avait travaillé à Terre-Neuve comme mousse à l'age de 12 ans. — (Gary Reginald Butler, Histoire et traditions orales des Franco-Acadiens de Terre-Neuve, Éd. Septentrion, 1995)

Synonymes modifier

Dérivés modifier

Traductions modifier

Hyperonymes modifier

Prononciation modifier

Homophones modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi modifier

  • gravier sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références modifier

  1. Georges Berteau, Il y a un siècle, les petits métiers de la mer, éd. Ouest France, 2011, page 63 à 66

Allemand modifier

Forme de verbe modifier

gravier \ɡʁaˈviːɐ̯\

  1. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de gravieren.

Ancien occitan modifier

 

Étymologie modifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun modifier

gravier *\Prononciation ?\ masculin

  1. Gravier, sable.

Références modifier

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844 → consulter cet ouvrage