Français modifier

Étymologie modifier

Du latin tardif muccare dérivé de muccus (« morve »).
Le sens de « remettre à sa place » correspond à moquer.

Verbe modifier

 
Se moucher. (1)

moucher \mu.ʃe\ transitif pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se moucher)

  1. Souffler par les narines pour en faire sortir les mucosités.
    • Il toussait, se raclait la gorge, se mouchait en trompette, […] — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 327)
    • Les deux se sont rapprochées de moi pour me convertir, mais un sale gamin, habillé en petit poulbot, est venu se faire moucher par sa maman. — (Étienne Liebig, Comment draguer la militante, La Musardine, 2012)
    • Saisi, la main sur son mouchoir, avec la peur sourde qu’on ne le visitât, le père bégayait des explications, jurait ses grands dieux qu’il devait les avoir perdus, en se mouchant. — (Émile Zola, La Terre, quatrième partie, chapitre II)
    • Dans ce cas ([…]), il la traitait de gourde. Si son trou de balle lui tombait du cul, disait-il, elle ne saurait même pas où le chercher. Si la cervelle était de la poudre à canon, elle ne pourrait pas se moucher sans risquer l’explosion. — (Stephen King, Bazaar, traduit de l'anglais par William Desmond, éditions Albin Michel, 1992, Dixième chapitre)
    • Moucher du sang, rendre du sang par le nez en se mouchant.
    • Se moucher fréquemment, bruyamment. Si cet enfant pouvait moucher, il serait soulagé. Il ne mouche presque point.
    • C’est un homme qui ne se mouche pas du pied, c’est un homme qui a de grandes prétentions.
    • Il ne se mouche pas du coude avec une saucisse, c’est un homme qui ne s’embête pas.
  2. Ôter le bout du lumignon d’une chandelle, d’une bougie, d’une lampe, lorsqu’il empêche celle-ci de bien éclairer.
    • Le nain moucha la bougie de sa lanterne, et l’arquebusier distingua des traits ridés et amaigris, des yeux brillants de malice et une barbe blanche de givre. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Elle mouchait la chandelle qui clairait sur le bord de l’évier, quand la porte s’ouvrit. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La foule maintenant envahit la rue. La procession est au dernier reposoir. Dans quelques minutes, elle sera là. Vivement Ernestine mouche ses bougies. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 237)
  3. Éteindre une chandelle en pinçant la flamme.
    • Marchand aide l’Empereur à se coucher et sort de la chambre en mouchant les chandelles. C’est la nuit. — (Marie La Palme Reyes, L’Acte manqué ou L’Empereur et le Loup de Mer, 2005)
    • Il est possible de moucher la flamme, en pinçant la mèche entre 2 doigts, empêchant ainsi la combustion. — (Comment est fabriquée une bougie végétale - Bougie-Bougies.com)
  4. (Sens figuré) (France) (Populaire) Dire son fait à quelqu’un.
    • Je l’ai mouché.
    • Il s’est fait moucher.
    • Je me rappelle que la normalienne s’est fait « moucher » une fois ; elle n’y reviendra plus. — (Léon Frapié, La maternelle, Librairie Universelle, 1908)
    • Ce n’est tout de même pas de notre faute, si l’Adélaïde vous a mouché ce matin, et si le curé vous a engueulé. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, réédition Le Livre de Poche, pages 250-251)
    • Je suis mouchée, mais héroïque aux yeux des miens. — (Marie de Gandt, Sous la plume. Petite exploration du pouvoir politique, Paris, Éditions Robert Laffont, 2013, page 27)
    • Il drague Isabelle Adjani venue à son JT, en 1997, et cille à peine lorsque, un soir de 1992, Béatrice Dalle, pour mieux le moucher, révèle qu’il lui a envoyé des lettres.— (Raphaëlle Bacqué, Patrick Poivre d’Arvor, Nicolas Hulot, Gérard Louvin… Retour sur l’âge d’or des intouchables de TF1, Le Monde, 19 janvier 2022)
  5. (Populaire) Se faire tuer, en particulier par un coup de feu.
  6. (Sens figuré) (Populaire) Faire taire quelqu’un.
    • Dans le chenil, ils furent accueillis par une brève salve d’aboiements, que le père Müller moucha d’un coup de sifflet entre ses dents. — (Nicolas Mathieu, Connemara, Actes Sud, 2022)

Dérivés modifier

Proverbes et phrases toutes faites modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

Ancien français modifier

Étymologie modifier

(Verbe 1) De moiche (« mèche »), proprement « ôter la mèche » (→ voir plume et plumer).
(Verbe 2) De mouche (« mouche »).

Verbe 1 modifier

moucher \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Rogner.
  2. Tuer.
    • Aussi ne se passoit il gueres d'heures sans qu'il n'y eust quelqu'un de mouché.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Verbe 2 modifier

moucher \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Courir pour se débarrasser des mouches.
  2. Espionner.

Variantes modifier

Dérivés dans d’autres langues modifier

Références modifier

Gallo modifier

Étymologie modifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe modifier

moucher \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. (Melesse) Fuire (en parlant des vaches fuyant les taons).

Références modifier

Suédois modifier

Forme de nom commun modifier

Commun Indéfini Défini
Singulier mouche mouchen
Pluriel moucher moucherna

moucher \Prononciation ?\

  1. Pluriel indéfini de mouche.