Voir aussi : Semer

Français Modifier

Étymologie Modifier

De l’ancien français semer, issu du latin seminare.

Verbe Modifier

semer \sə.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Agriculture) Répandre de la graine ou du grain sur une terre préparée, afin de les faire produire et multiplier.
    • Si la racine de disette étoit une betterave, les cultivateurs sémeroient-ils si distinctement l'une & l'autre ? — (Abbé de Commerell, Mémoire et instruction sur la culture, l'usage et les avantages de la racine d'Abondance ou de Disette, Lausanne : François Grasset, 1786, page 11)
    • C’est semé et désherbé avec le robot. — (journal 20 minutes, édition Paris-IDF, 30 septembre 2022, page 15)
    • Semer à la volée, à la main, en lignes, etc. — Semer au plantoir, au semoir.
    • (Absolument) C’est la saison de semer. Semer dru, serré.
    • Semer de l’oseille, du persil, de la laitue, etc., semer de la graine d’oseille, de persil, de laitue, etc.
  2. Ensemencer.
    • Semer un champ, une planche, une couche. — Ces terres n’ont pas été bien semées.
  3. (Sens figuré) Répandre, jeter çà et là, disséminer.
    • L’allégresse qu’ils semaient le long de la route affectait diversement, et selon leurs tempéraments, les autres excursionnistes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 55 de l’édition de 1921)
    • On a semé des libelles dans toute la ville. — On avait semé des fleurs sur son passage.
    • « Nous savons que certaines personnes aimeraient semer le chaos et la confusion », a déclaré la maire de Washington, Muriel Bowser, lors d'une conférence de presse jeudi. — (AFP, « Washington se barricade par crainte des violences », dans Le journal de Montréal, 1er novembre 2020)
  4. Parsemer, couvrir çà et là avec des choses que l’on répand.
    • Semer de fleurs le chemin, le passage de quelqu’un.
  5. (Sens figuré) Répandre.
    • Le mouvement pacifiste, au XXe siècle, a été très largement porté par les femmes, plus sensibles que les hommes à l'absurdité d'une puissance qui s'édifie en semant la mort, et qui appelle « champs d'honneur » les lieux des pires massacres. — (Marie Gratton, Côté cour, côté jardin : Voyage intérieur en 365 jours, Montréal (Canada) : éd. Médiaspaul, 2001, page 492)
    • Semer la terreur. — Semer dans un ouvrage des réflexions, des anecdotes piquantes. — Semer de jeux de mots, de pointes, etc., un discours, un écrit.
  6. (Sens figuré) (Familier) Distribuer à tout va pour séduire, pour corrompre.
    • Il fallut semer de l’argent pour gagner le peuple et les soldats.
  7. (Sens figuré) (Familier) Laisser loin derrière soi, se débarrasser, en parlant de quelqu'un.
    • Et Thérèse songeait : « Elle est trop prudente, la bonne madame Marmet. Elle m’ennuie ». Et elle méditait de la laisser à Fiesole et d’aller seule visiter les églises. Employant, au dedans d’elle-même, un mot que Le Ménil lui avait appris, elle se disait :
      — Je vais semer Mme Marmet.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 133)
    • Dommage qu’on ne puisse aller plumer ensemble en sortant… Mais pas moyen de semer le gros. D’autant que, sans en avoir l’air, il est jaloux comme un tigre. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 79)

Dérivés Modifier

Apparentés étymologiques Modifier

Proverbes et phrases toutes faites Modifier

Traductions Modifier

Traductions à trier Modifier

Prononciation Modifier

Anagrammes Modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi Modifier

Références Modifier

Ancien français Modifier

Étymologie Modifier

Du latin seminare.

Verbe Modifier

 
Semer

semer \Prononciation ?\

  1. (Agriculture) Semer.

Apparentés étymologiques Modifier

Références Modifier