Ouvrir le menu principal
Voir aussi : voila

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1538) Grammaticalisation de l’impératif vois .

Verbe Modifier

voilà \vwa.la\ invariable défectif

  1. Introduit une personne, une chose ou son action que l’interlocuteur peut sentir, très souvent visuellement. Quelquefois par opposition à voici qui sert à désigner une personne ou une chose qui est proche.
    • Voilà votre chapeau et voici le mien.
    • Voilà la personne que vous demandez.
    • Voilà un homme qui s’avance vers nous.
    • Vous cherchez de l’ombrage ? En voilà à une petite distance.
    • Le voilà qui arrive.
    • Voilà l’ennemi.
    • Il me semble que voilà Coelio qui s’avance de ce côté. — (Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne, 1833)
    • Ce n’est pas la peine, me dit l’étranger ; l’homme que voilà est précisément ce qu’il me faut. — (Benjamin Constant, Adolphe, 1857)
    • Voilà ce que j’ai voulu et voilà ce que j’accomplis. — (Émile Zola, Une page d’amour, Note, Georges Charpentier, Paris, 1878)
  2. S’emploie encore pour marquer un état prochain, ou même actuel, et une action qui a lieu présentement.
    • Voilà qui est fait.
    • Voilà qui va bien.
    • Voilà qu’on sonne.
    • (Familier) Voilà ce que c’est que de faire l’impertinent. Tels sont les désagréments, les traitements fâcheux auxquels on s’expose quand on fait l’impertinent.
  3. Choses qui viennent d’être dites, expliquées, détaillées, par opposition à voici qui désigne ce qu’on va dire.
    • Voilà ce qu’il m’a dit et voici ce que je lui ai répondu.
    • Voilà ce qui en est résulté.
    • Voilà ce qu’il faut considérer.
    • Voilà sa raison.
    • Voilà sa preuve, voilà tout ce que je possède.
    • Du pain et du fromage, voilà quel a été son déjeuner.
    • Voilà les services que je lui ai rendus et voici quelle a été ma récompense.
    • (répétition, familier) Voilà voilà !
  4. (Familier) Il marque ce qu’une chose a d’inopiné, de subit.
    • Comme nous étions à la promenade, voilà qu’une ondée vint à tomber.

NotesModifier

Ce mot est grammaticalement analysé comme un verbe défectif réduit à la forme du présent de l’indicatif de l’aspect inaccompli[1][2][3]. Comme les autres verbes, on place un pronom personnel clitique devant ce mot (p. ex. nous y voilà).
L’examen de la syntaxe de voici-voilà nous place devant une évidence : c’est en tout point celle de la langue dénommée verbe. — (Moignet, Gérard, 1969, Le verbe voici-voilà, dans Travaux de Linguistique et de Littérature 7, page 195)
Ce mot est de plus en plus employé de manière holophrastique à l’oral aujourd’hui et prend une fonction cognitive de regroupement[4].

VariantesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Préposition Modifier

voilà \vwa.la\

  1. Indique un moment antérieur au moment de l’énonciation.

SynonymesModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  1. « voilà », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  2. Benjamin K. Bergen et Madelaine C. Plauché, (2001), Voilà voilà: Extensions of Deictic Constructions in French, dans Alan Cienki, Barbara Luka et Michael Smith (éds), Conceptual and Discourse Factors in Linguistic Structure, pages 45-61
  3. Annick Englebert, (1998), L’Infinitif dit de narration, ISBN 9782801112014, page 159
  4. G. Col, C. Danino et J. Rault, (2015), Eléments de cartographie des emplois de voilà en vue d'une analyse instructionnelle, dans Revue de Sémantique et de Pragmatique, no 37, pages 37-59

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français voilà.

Interjection Modifier

voilà \vwɑ.ˈlɑ\

  1. (Gallicisme) Variante orthographique de voila.

Variantes orthographiquesModifier

TussentaalModifier

ÉtymologieModifier

Du français voilà.

Interjection Modifier

voilà \Prononciation ?\

  1. Interjection permettant de marquer un constat ou un exemple.

Variantes orthographiquesModifier

RéférencesModifier

  • Lynn Prieels, Standaardtaal of tussentaal op televisie: Een onderzoek naar het taalgebruik van presentatoren in tv-magazines, Université de Gand, 2012, 196 p., p. 24[lire en ligne]
  • Elien Lefevere, Tussentaal in de Vlaamse media: Een onderzoek naar het taalgebruik van televisiepresentatoren, Université de Gand, 2011, 169 p., p. 62[lire en ligne]