FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français achater, du latin populaire *accaptare, renforcement avec ad- de captare « chercher à prendre, à saisir, capter », fréquentatif de capĕre, « prendre ». Une autre hypothèse suggère une réfection, sous l’influence de captare, du latin classique acceptare, doublet de accipĕre, avec le sens de « prendre à soi », donc « obtenir, acquérir », d’où « acheter » (cf. emĕre qui voulait primitivement dire « prendre » et qui s’était spécialisé au sens d’« acheter » dès l’époque littéraire).

Verbe Modifier

acheter \a.ʃə.te\ ou \aʃ.te\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Acquérir quelque chose en l’échangeant contre sa valeur en devise.
    • Tenez, qu'est-ce qui se passe à la Bourse ? Des gens qui n'ont rien prennent le droit d’acheter une marchandise dont ils savent parfaitement que la livraison ne s'accomplira jamais, mais qu'ils revendront avec profit. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 167-168)
    • Tu n'as pas oublié que le quatrième soir, la garce t'a proposé d’acheter en viager une cabane qu'elle avait à Maisons-Laffitte. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Pour une trentaine de sous, on achetait un lapin aux éclusiers et on le fricassait en chemin, sur un coupon garni de gazon et de pierres. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • […], ils achetèrent aussi ses actions du canal de Suez au khédive Isma'il, afin de contrôler la nouvelle voie d’eau reliant la mer Rouge et l’océan Indien à la Méditerranée et à l’Atlantique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.166)
    • A Jaffa, ce village de pêcheurs à côté de Tel-Aviv, je visitais le souk. Je me fis arnaquer en achetant des bijoux prétendument yéménites, mais je vis surtout des djellabas blanches, comme celles qu'il portait. — (Hélène Casellas, Camille L... Attention, danger, Éditions Publibook, 2006, page 109)
  2. Corrompre quelqu’un à l’aide de pots-de-vin.
    • Les hommes de la trempe de celui-ci sont rares... Quitte à me venger plus tard, commençons par acheter celui-ci ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • […]: Stendhal a montré, dans Lucien Leuwen, qu'en 1835, la monarchie parlementaire et bourgeoise de Louis-Philippe, pratiquait avec un art consommé toutes les turpitudes imaginables : on achetait l'élection d'un député avec cent mille francs, quelques nominations, quelques bureaux de tabac, […]. — (Yves Chalier, « Prologue » de La République corrompue, Éditions Robert Laffont, 1991)
    • Dans ce pays, pourvu qu’on aie assez de tunes pour s’acheter l’impunité, on peut, sans coup férir, acculer les petites gens au suicide, racketter les invalides, choséifier ou sous-hommiser les faibles, les traiter comme des serpillières ou des sextoys. — (Diogène le Cynoque, Un proprio pas très propre, disponible sur le site lirenligne.net)

SynonymesModifier

1er sens
2e sens

AntonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

acheter \aʃtə\ ou \aʃte\, 1er groupe (voir la conjugaison) transitif (graphie ABCD)

  1. Acheter, acquérir.
  2. (Par extension) Importer.

RéférencesModifier