Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français errer (« errer »), venant du latin errare (« errer, aller çà et là, sans but »)[1].
  • Pour Wartburg, le sens de aller çà et là vient de iterare[2], et le sens de se tromper vient de errare[3].

Verbe Modifier

errer \e.ʁe\ ou \ɛ.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Vaguer de côté et d’autre ; aller çà et là.
    • Combien de temps encore errèrent-ils ainsi, ballottés sur ces eaux furieuses? — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Pour la première fois je vis ici, dans le Koutei, des karbaux (bœufs) qui paissaient dans les champs ainsi que des troupeaux de porcs qui erraient partout. — (Le Tour du monde, Hachette, 1890, vol.60, p.353)
    • (Figuré)Henri posa son porte-plume sur la table et ses regards errèrent au hasard. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • Il laisse errer ses pensées.
  2. (Figuré) Se tromper ; avoir une fausse opinion.
    • Il n’y a personne qui ne puisse errer, qui ne soit sujet à errer.
    • Vous errez dans votre calcul. — Errer dans les principes. Redresser ceux qui errent.
    • M. Georges Gaudion, on en peut juger par cette citation, n’est pas encore tout à fait maître des mots et la nécessité du rythme l’induit à ne pas respecter toujours la syntaxe : en quoi il erre gravement. — (Mercure de France, volume 64, 1906)
    • Si je me trompe, laissez-moi errer. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 36.)

SynonymesModifier

(1)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • \e.ʁe\
  • France : écouter « errer [Prononciation ?] »
  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « errer »
  • Suisse (canton du Valais) : écouter « errer »
  • France (Lyon) : écouter « errer [Prononciation ?] »

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin errare (« errer, aller çà et là, sans but »)[1].

Verbe Modifier

errer \erer\

  1. Errer, aller çà et là.
  2. Aller.
    • Le vallet oire durement.— (Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Désiré », dans Lais bretons (XIIe et XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, Champion, 2001, vers 556)
      Le jeune homme allait vite.

VariantesModifier

RéférencesModifier