Français modifier

Étymologie modifier

(Ca. 1180) Du moyen français pisser[1], de l’ancien français pisser[2], pissier, d’une forme en latin populaire[1] *pissiare[1], d’une onomatopée[1].
Cognat de l’italien[2] pisciare, l’occitan pissar, l’anglais piss, le catalan pixar, l’espagnol pishar, l’allemand pissen. Le verbe est absent des langues celtiques et il est difficile de le relier au latin pitissare, pytissare (« cracher »).

Verbe modifier

pisser \pi.se\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) (Vulgaire) Uriner.
    • Je me souviens pourtant d’avoir une fois pissé dans la marmite d’une de nos voisines, appelée madame Clot, tandis qu’elle était au prêche. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782 → lire en ligne)
    • — Ah bien ! dit Loubet, il est raté, leur feu d’artifice !
      — Pour sûr qu’ils ont pissé dessus ! ajouta Chouteau, en ricanant.
      — (Émile Zola, La Débâcle, 1892)
    • Joséphine […] pissa dans ses jupes de détresse en remarquant l’altération des traits du Pape à cette apostrophe véhémente. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Enfin on vint. « Qu’est-ce que tu veux ? » Je voulais uriner. « Pisse sur toi », me répondit-on de derrière la cloison. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Si je ne vieillis pas, gamin, c’est que je bois la sève des bouleaux au printemps. Ça dépure, ça fait pisser par pintes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • L’oncle regarda le ciel, et décréta :
      « Il ne pleuvra pas et ce temps est parfait pour la chasse ! »
      Lili me fit un clin d’œil, et me dit à voix basse :
      « S’il fallait qu’il boive tout ce qui va tomber, il pisserait jusqu’à la Noël ! »
      — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, Le Livre de Poche, page 59)
    • Et puis, des fois, quand ils ont bien bu, ils pissent dans la source. Une fois, ils avaient mis un écriteau : « Nous avons pissé dans la source ! » — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, Le Livre de Poche, pages 32-33)
    • — Chiale donc, grommelait le père, tu pisseras moins. Mais ça ne te fera pas maigrir, Bon Dieu. — (Bernard Clavel, Les Fruits de l’hiver, chapitre 68, Robert Laffont, 1968)
    • Je pris l'habitude, à l'imitation des goumiers et des bellahs, d'aller pisser accroupi, à flanc de dune, pour parer au risque de m'humidifier le saroual par vent tourbillonnant et parce qu'en terre d'Islam, ce besoin est à satisfaire discrètement. — (Robert Le Roy, Méhariste au Niger: souvenirs sahariens, Éditions Karthala, 1997, page 76)
  2. (Populaire) Couler abondamment.
    • L’un qui se sauve avec le nez qui lui pissait rouge sur sa vareuse, et l’autre à moitié assommé qui voulait se sauver aussi. — (Bernard Clavel, Les Fruits de l’hiver, chapitre 65, Robert Laffont, 1968)
    • Puis c'est le printemps et tu as beau colmater de ton mieux toutes les fissures de ta hutte de terre, quand il pleut, l'eau te pisse sur la tête. — (Mordecai Richler, Solomon Gursky, traduit de l'anglais (Canada) par Lori Saint-Martin & Paul Gagné, Éditions du Sous-sol, 2016, chapitre 7)
    • Il gémissait mais il n'avait pas perdu connaissance. Il pissait un sang pas possible. — (Antoine Bello, Enquête sur la disparition d'Émilie Brunet, 2010 ; édition Folio, 2012, page 169)
    • Le carter s'était encore rompu sous les assauts de chocs impitoyables, et l’huile pissait de plus belle, marquant le sable de pustules noirâtres. — (Virgile Charlot, Tropique du Bayanda : Une épopée africaine, éd. Arthaud, 2012)
  3. (Familier) (Péjoratif) Produire abondamment des choses médiocres.
    • Cadeno avait fait merveille. Ce qu'il ignorait, il l'inventait. Se prétendant l'ami des princesses et des starlettes, il pissait de la copie à propos de leurs infidélités et de leurs travers. — (Christian Jacq, Crime academy, volume 6 :Les enquêtes de l'inspecteur Higgins, J Éditions, 2012, page 74)
    • Ils peuvent se réjouir, tous ces journalistes qui annoncent de fausses nouvelles. […]. Ils font la course au sensationnel et pissent de la ligne pour remplir du papier. C'est tout. — (Jérémy Vandurme, Jusqu'à ce que la mort nous sépare..., Auteur lulu (Lulu.com), 2011, page 180)
    • Il ne voulait pas de vaches noir et blanc, de celles qui pissent le lait, les Holstein : en Normandie, on a des normandes ! — (Patrick Herman & ‎José Bové, Numéro d'écrou 20671 U: lettres au détenu Joseph Bové, Atalante, 2003, page 99)
    • Certes, le vin français "pissait" deux à trois fois plus que le vin espagnol, riche en sucres et en alcool, mais ce n'était guère là un signe de qualité. — (Jean-Marc Delaunay, Méfiance cordiale. Les relations franco-espagnole de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, Éditions L'Harmattan, 2010, chapitre 17, page 14)
  4. (France) (Familier) (Jeux) Poser une carte d’atout, à défaut de pouvoir enchérir ou monter, plus faible qu’une carte d’atout posée par un joueur précédent.
    • Le joueur suivant doit revenir à la couleur demandée ; s'il n'en a pas, il est obligé de monter en Atout (de surcouper en mettant un Atout d'un numéro supérieur) ; s'il ne peut monter, il « pisse » un Atout plus faible ; sans Atout, il se défaussera avec n'importe quelle carte. — (Dominique Michele, Le Livre des jeux de cartes: Règles et astuces de 32 jeux indispensables, Éditions Fetjaine, 2011, chapitre 29 : le Tarot)
    • Cela permet de faire pisser à l’atout les autres joueurs, obligés de dévoiler certains arguments pour répondre. — (Jakez ar Vagerez, L’Héritage Spirituel, tome 2, page 130, Publibook, 2001)
  5. (Transitif) Évacuer en urinant.
    • Trois mois après le malade pissa un calcul d’acide urique qu'on jugea le noyau d'une pierre plus volumineuse qui avait été usée et dissoute. — (Dr Petit, Traitement médical des calculs urinaires par les eaux de Vichy, dans Revue Médicale française & étrangère, juin 1838, en collection dans l’Encyclographie des sciences médicales, Bruxelles, 1838, page 107)
  6. (Transitif) S’écouler, en général abondamment.
    • Bref, nous avions fini le litre, assis sur une grosse souche, avec la fameuse couverture pendue aux branches, qui pissait l’eau comme une gouttière. — (Georges Bernanos, Nouvelle Histoire de Mouchette, Plon, 1936)
    • Et ce serait peut-être du bois de l’année, tout pissant de sève. — (Bernard Clavel, Les Fruits de l’hiver, Robert Laffont, 1968)
    • La nuit, il réparait son vieux fourgon qui pissait l’huile de partout, puis il partait avant le lever du jour pour Rungis. — (Margot D. Marguerite, La vieille dame qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait, La Manufacture de livres - 12/21, 2017)
  7. (Québec) (Désuet) Avoir peur. → voir pissou
    • Et Zéphirin montra le poing à Narcisse, qui de son côté écumait.
      — Fais pas de bêtises, grommela Narcisse.
      — Ah ! tu pisses, reprit le bedeau d'un ton dédaigneux.
      — Tu crés ? Alors, viens derrière la grange et j'men vas t'montrer ce que c'est qu'un Canayen qui a du poil aux pattes.
      — (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, chapitre XII)

Synonymes modifier

Uriner :
Couler abondamment :

Dérivés modifier

Proverbes et phrases toutes faites modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

  1. « pisser », dans Dictionnaire du moyen français (1330-1500), 2010, 4e édition → consulter cet ouvrage
  2. « pisser » dans le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes

Anglais modifier

Étymologie modifier

(Siècle à préciser) Dérivé de piss, avec le suffixe -er.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
pisser
\ˈpɪ.sə(ɹ)\
pissers
\ˈpɪ.sə(ɹ)z\

pisser \ˈpɪ.sə(ɹ)\

  1. Pisseur, pisseuse, personne qui pisse.
  2. (États-Unis) (Vulgaire) (Argot) Cabinets, toilettes, waters, petit coin (appareil sanitaire recueillant et évacuant les besoins naturels).
  3. (Familier) (Vulgaire) (Royaume-Uni) Quelque chose de fâcheux ou de mauvais.

Synonymes modifier

→ voir toilet

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Voir aussi modifier

  • toilet sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

Moyen français modifier

Étymologie modifier

De l’ancien français pisser[1], d’une forme en latin populaire *pissiare, d’une onomatopée[2].

Verbe modifier

pisser *\Prononciation ?\

  1. Pisser.

Références modifier

  1. « pisser » dans le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes
  2. « pisser », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage