Étymologie

modifier
Du latin pausare (« cesser »). L’intermédiaire se trouve dans l’emploi qu’on en faisait dans les épitaphes chrétiennes : hic pausat in pace ingenua — (Inscriptions chrétiennes par Le Blant, 3e livre page 373, fin du IVe siècle).
Il y a eu confusion entre pausare et le verbe ponere (« poser », « mettre »), qui a évolué en pondre : tous les composés de ponere ont adopté une forme en -poser : antéposer, apposer, déposer, disposer, exposer, imposer, interposer, opposer, préposer, proposer, supposer, superposer, transposer. En témoignent, pour chacun d’eux, un dérivé nominal en -ition (exposition, proposition, etc.) alors qu’on attendrait une forme en -ation pour un verbe latin en -are et français en -er.
Une seule exception à cette règle : reposer qui hérite des deux verbes latins deux sens : (« faire une pause ») (déverbal : repos) et (« poser à nouveau »).
 
Une femme pose assise par terre avec son chien dans les bras (12)

poser \po.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se poser)

  1. Placer, mettre sur quelque chose.
    • Ils avaient retiré leur tunique, posé leur épée à terre, et ils s’acharnaient superbement à la besogne. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 349 de l’édition de 1921)
    • Moins l’habit et la cornette, c’est une sœur de la charité qui pose des ventouses, des cataplasmes, applique des sinapismes, masse les rhumatisants, ensevelit les morts. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Poser les armes, mettre les armes bas, se rendre.
    • Menacé d’encerclement, ce régiment dut poser les armes.
  2. (Sens figuré) Abandonner une chose.
    • Poser les armes, Faire la paix ou une trêve.
    • Les deux partis ont posé les armes.
  3. Mettre dans le lieu, dans la situation convenable, placer.
    • Poser des rideaux, des sonnettes, des tableaux.
    • Poser une figure, poser un modèle, poser le modèle, placer une figure, un modèle dans l’attitude la plus favorable.
    • Poser un corps de garde, poser des gardes, des sentinelles, les placer en quelque endroit.
  4. (Architecture) Mettre, fixer une pierre, une poutre, une colonne, une statue, etc., à la place qu’elle doit occuper.
    • Poser une statue sur un piédestal.
    • Poser une pièce de charpente.
    • Poser les fondements d’un édifice.
  5. (Sens figuré) Établir.
    • Poser un principe.
    • Poser comme une vérité incontestable que…
    • Je pose cela comme un fait certain, comme une chose de fait.
  6. (En particulier) Fixer ou préciser, en parlant d'une question.
    • Une question doit alors être posée dans toute sa gravité : en France, l’antisémitisme nouveau est-il arrivé sous le couvert de l’antisionisme ? — (Raphaël Draï, Sous le signe de Sion: l'antisémitisme nouveau est arrivé, Éditions: Michalon, 2001)
  7. (Par extension) Adresser, en parlant d'une question.
    • L’incrédulité de Bert était ébranlée. Il posait des questions, et le soldat y répondait complaisamment. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 24 de l’édition de 1921)
  8. Mettre en bonne place, en valeur, en crédit.
    • Ce livre l’a posé.
    • Une bonne plaidoirie a enfin posé cet avocat.
  9. (Mathématiques) Se dit en parlant des chiffres qu’on écrit dans une opération, par opposition à retenir.
    • 8 et 9 font 17 ; je pose 7 et retiens 1.
  10. (Musique) Attaquer un son avec fermeté et sûreté et le maintenir pendant toute la durée de la note.
    • Il sait bien poser un son.
    • Il pose bien, il pose mal sa voix.
  11. (Intransitif) Être posé ou appuyé sur quelque chose ; porter sur quelque chose.
    • Une poutre qui ne pose pas assez sur le mur.
    • Poser à faux.
    • Il s’appuyait au rebord de la table où posaient la tasse et les réchauds. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
    • Je te dirai la terre.
      Tes pieds posent sur elle et, quand tu en auras tiré le suc de tes jours, à son tour elle posera sur toi.
      — (Maurice Bedel, Traité du plaisir, 1945)
  12. (Intransitif) Prendre une certaine attitude pour se faire peindre, pour se faire photographier.
    • On voit Akio, ultraséduisant, poser en uniforme de garde impérial entre ses parents, qui sourient de fierté. — (Emiko Jean, Tokyo Forever, 2022)
    • Les gens ne vont pas croire que je n’ai pas posé pour ces photos. Ils vont penser que je suis une vendue. Ils vont penser que je ne suis qu’une mannequin snob et prétentieuse. — (Meg Cabot, Journal d'une princesse, tome 3 : Un amoureux pour Mia, traduit de l'anglais par Josette Chicheportiche, éd. Hachette Romans, 2003)
  13. (Intransitif) (Sens figuré) Étudier ses attitudes, ses gestes, ses regards, son langage, pour produire de l’effet.
    • Cet homme ne cesse pas de poser.
    • Comme Jacques dénigrait Cyrano sans savoir m’en expliquer les faiblesses, comme il récitait d’un air gourmet des vers obscurs sans m’en faire sentir les beautés, j’admis avec mes parents qu’il posait. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958, réédition Le Livre de Poche, page 169)
  14. (Pronominal) Se placer.
    • Au Parlement européen le mois dernier, Tim Cook a fustigé un « complexe industriel de la donnée », une critique en creux de Google et d’Amazon, accusés de brasser beaucoup de données personnelles, alors qu’Apple se pose comme défenseur de la vie privée. — (Stéphane Moussie, Recherche : Tim Cook justifie la position privilégiée de Google dans les appareils Apple, MacGeneration, 19 novembre 2018 → lire en ligne)
  15. (Pronominal) (En particulier) Arrêter de voler et prendre place sur un objet ou une surface, en parlant des oiseaux et des autres animaux volants; se percher.
    • L’oiseau est venu se poser sur le sommet de l’arbre, sur le faîte du toit.
  16. (Pronominal) (Sens figuré) Se donner une position, une situation, une attitude.
    • Se bien poser, se poser avantageusement dans le monde, s’y faire une position honorable, avantageuse.
    • Dès ses débuts il s’est bien posé au barreau.
  17. (Pronominal) Prendre un rôle, s’en donner l’apparence.
    • Ce conflit dynastique dégénérerait en guerre européenne. C’est pourquoi Dubois se pose en apôtre de la paix. — (Évelyne Lever, La diplomatie secrète du mystérieux abbé Dubois, dans Marianne (magazine) n° 765, 17 décembre 2011)
  18. (Pronominal) (Familier) S’asseoir, s’installer quelque part.
    • On tourne en ville depuis un moment, et j’aimerais bien qu’on se pose quelque part. — (Eric Duchêne, Foi d’animal, volume 2 : L’envol de l'aigle, Lilys, Marcinelle, 2021-02-02, 364 pages, page 147)
  1. Construction intransitive correcte, mais rare : poser pour … (comme : passer pour …)
    • Tout en ménageant les conservateurs, il pose pour le républicain. — (Gustave Flaubert, Le candidat, acte II, scène VI ; Œuvres de Gustave Flaubert, tome XIII : théâtre, éditions Rencontre, Lausanne, 1965, page 413)
    • Au reste, je ne veux pas poser pour le sceptique. — (Émile Mendel et Cordier, La bête noire, acte unique, scène 2, dans : Théâtre de campagne, septième série ; Librairie Ollendorff, Paris, 1881, page 182)
  2. Même construction avec une qualité abstraite :
    • Au bal, ce fat pose pour l’élégance
      Et fume, hélas ! sa pipe quand il sort ;
      Ce médecin pose pour la science,
      C’est le meilleur pourvoyeur de la mort.
      Ce financier pose pour la richesse,
      Quand à Clichy se meuble son logis ;
      […]
      — (Jacques Brasdor, Le far-niente, Par la Ville, Masques et visages ; Imprimerie Émile Voitelain et Cie, Paris, 1869, page 51)
    • Quant à nous, qui ne posons pas pour la science, nous qui aimons mieux cent fois vous faire rire et traiter un ami aux Frères-Provençaux qu’une question par A + B, nous attendons, avant de nous prononcer pour ou contre, que, suivant sa promesse, M. Gaillard nous fasse toucher du doigt la chose. — (Francisque Bathol, Une précieuse découverte dans Les punaises dans le beurre — Journal hebdomadaire n° 2 du 30 juillet 1868, Paris, 1868, page 17)
  3. Même sens, avec la construction poser à …
    • Nous avons deux termes de retard, le téléphone est bouclé depuis la semaine dernière et je lave ton linge dans la cuvette du lavabo, mais toi, tu poses encore à la générosité éclairée ! C’est impayable ! » — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 24)

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

 (traductions à préciser ou à vérifier)

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

poser \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Poser.

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
poser
\ˈpoʊ.zɚ\
posers
\ˈpoʊ.zɚz\

poser \ˈpoʊ.zɚ\

  1. (Art) Poseur, modèle qui pose.

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
De l’anglais poser.

Nom commun

modifier
Invariable
poser

poser masculin et féminin identiques \Prononciation ?\

  1. Poseur.

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Forme de verbe

modifier

poser \posɛr\

  1. Deuxième personne du singulier de l’impératif de posrat.