Étymologie

modifier
(1080) quir (Chanson de Roland). Du latin cŏrĭum (« peau (cuir, robe) des animaux » ; « peau de l’homme »)[1].

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
cuir cuirs
\kɥiʁ\
 
Ceintures en cuir. (sens 2)
 
Un cuir. (sens 4)
 
Cuirs de fruits. (sens 8)

cuir \kɥiʁ\ masculin

  1. Peau épaisse de certains animaux.
    • L’âne et le mulet ont le cuir extrêmement épais et dur.
  2. Peau des animaux, quand elle est séparée de la chair et corroyée.
    • Autrefois, nos écorces se vendaient à vil prix, et nos cuirs n’avaient pas une grande valeur ; mais nos écorces et nos cuirs, une fois bonifiés, la rivière nous permit de construire des moulins à tan, il nous vint des tanneurs dont le commerce s’accrut rapidement. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre premier)
    • L’ameublement était sommaire : un bureau, un fauteuil de cuir, des classeurs métalliques, deux petites tables dont l’une supportait une presse à copier. — (Claude Orval, Un Sursis pour Hilda, Librairie des Champs-Élysées, 1960, première partie, chapitre premier)
    • L’écorce de chêne, employée pour le tannage des cuirs, est un élément important de la richesse forestière du département. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 173)
    • Il choisit avec un soin méticuleux son plus beau caillou, qu’il plaça dans le cuir du lance-pierres, puis, une jambe en avant, l’autre en arrière, le buste cambré, il tendit les élastiques. — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Lo…, aidé d’un autre, m’attacha par les poignets et les chevilles avec des lanières de cuir fixées au bois. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  3. (Par extension) Objet fabriqué dans une telle peau.
    • On l’expulsa de sa jolie cabine,dont le personnage à tête d’oiseau reprit possession, jurant entre ses dents et réemménageant ses cuirs à rasoir, ses tire-bottes d’aluminium, ses brosses, ses miroirs et ses pots de pommade. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 170 de l’édition de 1921)
    • Le quartier où tous les dix mètres un grand noir patibulaire vous tendait un paquet de mouchoirs frappé de l’image d'une fille en cuir ou en bikini avec, au dos, le plan d'accès vers un bar à hôtesses. — (Jean-Philippe Depotte, Le chemin des dieux, Éditions Denoël, 2013)
    • J'avais toujours mon cuir sur le dos, et ma casquette sur l'œil. — (Romain Gary, La promesse de l'aube, Folio)
  4. (En particulier) Lanière de cuir tendue que les barbiers et les coiffeurs utilisaient pour parfaire l’affûtage des rasoirs (coupe-choux), pour éliminer le morfil. On le nomme aussi "cuir à repasser".
    • Quand on voulait raviver le tranchant du rasoir,on se servait d'un cuir enduit de pommade dans laquelle on avait incorporé de la potée d'émeri, de la potée d'acier et de la potée d'étain, puis pour adoucir le tranchant on le passait sur un autre cuir enduit de pommade dans laquelle on mettait de l'ardoise réduite en poudre. — (Camille Pagé, La coutellerie depuis l'origine jusqu'à nos jours tome 1, éd. H. Rivière, 1896)
    • Pour affûter son rasoir, il faut tenir son cuir de la main gauche, y promener ensuite parfaitement à plat son rasoir , en y décrivant un X et en le tirant alternativement sept à huit fois le dos et le talon en avant, de haut en bas, puis de bas en haut, et [...] — (Jean Baptiste Glaire, Joseph-Alexis Walsh (sous la direction de), Encyclopédie Catholique yome 1, éd. Parent-Desbarres, 1839)
  5. (En particulier) (Par métonymie)(Sport) Ballon de cuir.
  6. Peau de l’homme.
    • Rien de très précis, mais un peu comme ces effluves électriques qui vous chatouillent le cuir, avant l'orage, et font se redresser à rebrousse poil la toison intime des ménesses. — (Marcel-Étienne Grancher, Ce mec est contagieux, Éditions Champs fleuris, Lyon, 1951, chapitre 1)
    • Et il semblait vouloir s’arracher les cheveux. Il se les serait bien tous tirés du cuir sans que je l’en empêchasse. Mais il s’arrêta de lui-même avant de s’être fait grand mal. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, réédition Le Livre de Poche, 1967, page 59)
  7. (Linguistique) Procédé de langage qui consiste à lier les mots entre eux avec un \t\ qui ne fait partie d’aucun mot. Lorsqu’il s’agit d’un \z\ on parle de velours.
    • Un homme de vingt ans se soumettre à étudier comme un enfant, et encore avec un vieux soldat, qui ne pouvait parler sans faire des cuirs ! — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
    • — Ça n’en aura pas moins été un gniaf qui sera entré ici le premier, comme un sorbonniot, et que toute la valetaille de bureau ou d’office aura salué ! Nous aurons introduit le cuir dans le Conservatoire de la langue française, et flanqué un coup de pied au derrière de la tradition ! — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
    • « Vous êtes excellente, lui dis-je mielleusement, vous êtes gentille, vous avez mille qualités, mais vous en êtes au même point que le jour où vous êtes arrivée à Paris, aussi bien pour vous connaître en choses de toilette que pour bien prononcer les mots et ne pas faire de cuirs. » Et ce reproche était particulièrement stupide, car ces mots français que nous sommes si fiers de prononcer exactement ne sont eux-mêmes que des « cuirs » faits par des bouches gauloises qui prononçaient de travers le latin ou le saxon, notre langue n'étant que la prononciation défectueuse de quelques autres. Le génie linguistique à l'état vivant, l'avenir et le passé du français, voilà ce qui eût dû m'intéresser dans les fautes de Françoise. — (Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, Gallimard, 1921-1922)
    • Pied était pié au moyen âge, le d étant une pure graphie rétablie par la Renaissance : la prononciation pyé t à tèr (pied-à-terre) est donc un cuir légitimé. — (Albert Dauzat, Phonétique et grammaire historiques de la langue française, Larousse, 1950, page 115)
    •  (sens plus large? à préciser ou à vérifier) Comme elle n’avait aucune instruction et avait peur de faire des fautes de français, elle prononçait exprès d’une manière confuse, pensant que si elle lâchait un cuir il serait estompé d’un tel vague qu’on ne pourrait le distinguer avec certitude, de sorte que sa conversation n’était qu’un graillonnement indistinct duquel émergeaient de temps à autre les rares vocables dont elle se sentait sûre. — (Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913)
  8. (Cuisine) Friandise constituée d’une purée ou d’une compote de fruit séchée.
    • Après avoir disposé votre purée au déshydrateur, s’il vous reste du jus, vous pourrez après quelques heures de séchage, le verser sur vos cuirs pour obtenir une surface plus lisse et un cuir plus consistant. — (Tom Press Magazine, Tom Press éditions, n° 13, avril-mai 2016, page 8)

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Hyponymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Dérivé du latin corium.

Nom commun

modifier

cuir *\Prononciation ?\ masculin

  1. Peau (d’homme ou d’animal).
  2. (En particulier) Cuir.
    • Et sachiés bien que son escu
      Sanloit estre de cuir tané
      — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Variantes

modifier

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin corium.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
cuir
\Prononciation ?\
cuirs
\Prononciation ?\

cuir \Prononciation ?\ masculin

  1. Cuir.

Synonymes

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

cuir \Prononciation ?\

  1. Adresser, envoyer.
  2. Planter.
  3. Appliquer, mettre, poser.
 

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

cuir \Prononciation ?\

  1. Mettre.

Dérivés

modifier