FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin plantare.

Verbe Modifier

 
Planter un arbre. (1)

planter \plɑ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se planter)

  1. Fixer une plante en terre pour qu’elle prenne racine et qu’elle croisse.
    • Dans les vergers ou les terrains vagues, où l’on ne compte pas sur la récolte du sol, on plante en général 200 pommiers ou poiriers par hectare. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
    • La solution se trouve dans les jardins disséminés çà et là. Beaucoup d’habitants y passent une partie de la journée, devisant joyeusement de parcelle à parcelle en plantant des salades. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
  2. Garnir d’arbres.
    • Planter un bois, une allée.
  3. (Absolument) Planter des plantes.
    • Il aime beaucoup à planter.
  4. Mettre en terre avec la main, au lieu de semer des graines ou des grains par poignée, et aussi pour des bulbes.
    • Planter des noyaux, des pépins.
    • Planter des pois, des fèves, etc.
    • Planter des bulbes d'oignon ou des patates.
  5. Enfoncer en terre en laissant paraître une partie en dehors.
    • Planter des bornes, un poteau, un piquet, des jalons, une croix, …
    • Planter un étendard, un drapeau, L’arborer sur les remparts d’une ville prise d’assaut, au moment où l’on y entre.
    • Planter l’étendard de la croix dans un pays, Y introduire la religion chrétienne.
    • Planter sa tente, S’établir quelque part.
  6. Enfoncer un objet pointu
    • Planter son couteau dans la table
    • Planter un clou
  7. (Argot) Poignarder.
    • Évidemment, c’est mieux de planter un méchant, ça fait moins de peine, on a l’impression de participer à une opération ville propre. — (Franz Bartelt, Le Jardin du bossu, Gallimard, 2004)
  8. (Théâtre) Disposer un décor sur la scène.
    • Planter un décor.
    • (Architecture) Planter un édifice, Faire les premiers travaux pour la construction d’un édifice.
    • (Familier) Être planté quelque part, être dans quelque lieu sans en bouger ou s’en éloigner.
      • Et ils restèrent plantés, serrés les uns contre les autres, tout en noir, achevant les vieux vêtements du deuil de leur père.— (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883 - Éditions Gallimard, 1980, page 29 ISBN 2070409309)
    • J’étais planté là à vous attendre. On dit aussi
    • Planter une personne en quelque endroit, L’y aposter, l’y mettre en observation.
  9. (Familier) Quitter, abandonner quelqu'un ou quelque chose, s'en séparer, ne vouloir plus en avoir affaire.
    • Je la rendrais malheureuse d’ailleurs, horriblement malheureuse ; le beau profit ! Le lendemain de mes noces, elle serait jalouse, elle aurait tort. Six mois après, elle aurait raison. Je la planterais là, je serais impitoyable ; je me connais, et j’en suis sûr. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 196)
    • Son domestique s’en est allé sans rien dire et l’a planté là.
    • Si vous ne voulez pas faire ce que je vous dis, je vous planterai là et ne me mêlerai plus de vos affaires.
    • « Comment t’es arrivée là ?
      — J’ai planté mon ex quand j’ai su qu’il avait une poule. »
    • Il a planté là les vers, la musique.
    • Il a aussitôt planté là son travail et s’en est allé.
  10. (Québec) Se faire battre, employé sous la forme se faire planter.
    • « Pis, t’as-tu gagné ta game d’hockey?
      — Pentoute. On s’est fait planter cinq à zéro. »
  11. (Intransitif) (Informatique) Se dit d’un ordinateur ou d'un logiciel lorsqu’il rencontre une erreur le rendant inutilisable.
    • Ce logiciel a planté, il faut que je redémarre mon ordinateur
  12. (Pronominal) (Populaire) Se tromper, ne pas réussir une épreuve, un travail…
    • Je me suis lamentablement planté à mon contrôle.
    • Si ça ne marche pas, c’est que tu t’es planté quelque part durant l’assemblage !

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

BretonModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de plantañ (« planter ») avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin planter
\ˈplãn.tɛr\
planterien
\plãn.ˈtɛr.jɛn\
ou planterion
\plãn.ˈtɛr.jɔ̃n\
Féminin planterez
\plãn.ˈteː.res\
planterezed
\plãn.te.ˈreː.zet\

planter \ˈplãn.tɛr\ masculin

  1. Planteur.
    • Hervez ar brud en doa dastumet kalz madoù en enez Java, e-lecʼh m’en doa labouret evel planter. — (Ur butuner touet, in Arvor, niv. 125, 6 Mezheven 1943, page 1)
      Selon la rumeur, il avait amassé quantité de biens dans l’île de Java où il avait travaillé comme planteur.
  2. (Sport) Buteur.
    • Paul Georges Ntep, argader evit Roazhon, planter kentañ ar cʼhrogad — (Naoned – Roazhon : Digempouezet an Derbi in Ya !, niv. 536, 18 Gwengolo 2015, p. 3)
      Paul Georges Ntep, attaquant pour Rennes et premier buteur du match.

SynonymesModifier

DanoisModifier

Forme de nom commun Modifier

planter \Prononciation ?\ commun

  1. Pluriel indéfini de plante.

WallonModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

planter \Prononciation ?\ (pronominal : se planter)

  1. Fixer en terre, sur une surface solide.
    • Il a planté deus åbes divant s' måjhone. (Il a planté deux arbres devant sa maison.)
    • Après Bouyon, on n' pleut nén planter l' såpe après les åbes, peu d' les brognî. (Du côté de Bouillon, on ne pouvait pas planter la serpe sur les arbres, de peur de les blesser.)
  2. planter ås : Effectuer une plantation, un semis de.
    • I plantèt ås crompires. (Ils plantent les pommes de terre, ils effectuent leur semis de pommes de terre.)

Proverbes et phrases toutes faitesModifier