Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (XVIe siècle) Déverbal de choquer sous l’influence probable de l’anglais.
(Nom commun 2) Par apocope de chocolat.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
choc chocs
\ʃɔk\
 
Le choc des boules au billard. (1)

choc \ʃɔk\ masculin

  1. Collision brusque, impact d’un corps avec un autre corps.
    • Pendant que les lames attaquaient mon vaillant navire et que leurs coups sourds faisaient résonner la coque qui vibrait et se plaignait sous les chocs, je restai allongé sur ma couchette, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Dans le choc très brutal de l’amerrissage, un croisillonnage céda et l’extrémité de l’aile gauche baignait dans l’écume. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.73, Flammarion, 1937)
    • Un accident entre un camion et un utilitaire a fortement perturbé la circulation, hier, sur la RN 36. Le choc s'est produit, vers 17 h 50, à hauteur de la commune de Saint-Germain-Laxis. Trois blessés ont été dénombrés. — (EN BREF Croissy-Beaubourg Saint-Germain-Laxis, Le Parisien (www.leparisien.fr), le 4 décembre 2001)
    • Le carter s'était encore rompu sous les assauts de chocs impitoyables, et l’huile pissait de plus belle, marquant le sable de pustules noirâtres. — (Virgile Charlot, Tropique du Bayanda : Une épopée africaine, éd. Arthaud, 2012)
  2. (Militaire) Affrontement de deux troupes.
    • Le choc de deux escadrons, de deux armées.
    • Les ennemis furent renversés au premier choc, du premier choc.
    • Ils ne soutinrent pas le choc.
  3. (Figuré) Conflit ; opposition.
    • Une condition de stase existe dans tout le Proche-Orient, engendrée par le choc récurent entre Tradition et modernité, et par le défi lancé à celle-ci par l’éthique musulmane indigène, […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.91)
    • La lumière jaillit quelquefois du choc des opinions.
    • Choc d’intérêts.
  4. (Figuré) Malheur, de toute chose qui porte une atteinte grave à la fortune, à la santé, à la raison de quelqu’un.
    • Ce choc ébranla sa raison.
    • Sa constitution affaiblie ne put soutenir un tel choc.
    • Sa raison ne tint pas contre un choc si violent.
    • Il a reçu un choc, se dit de quelqu’un qui a été ébranlé physiquement ou moralement.
  5. (Par extension) Stupéfaction qui suit un grand malheur, un deuil, une blessure.
    • Bien qu’il n’eût pu comprendre un seul mot de ce qui avait été dit, Bert éprouva un choc en remarquant le ton qu’avait pris l’homme. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 247 de l’éd. de 1921)
    • On l’a retrouvé sain et sauf mais dans un état de choc profond.
  6. (Médecine) Réaction soudaine, violente à une infection, à un médicament ou une opération, etc.
    • L’électrocution est un choc létal produit par une décharge d’électricité.
    • Un choc thérapeutique.
  7. (Médecine) Apport insuffisant de sang oxygéné vers les cellules du corps.
  8. (Économie) Modification exogène d’une relation économique.
    • Le modèle reproduit une réaction négative de la consommation privée totale à un choc de dépenses publiques.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « choc [ʃɔk] »

Voir aussiModifier

  • choc sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
choc chocs
\ʃɔk\

choc \ʃɔk\ masculin

  1. (Argot) Chocolat.

ItalienModifier

ÉtymologieModifier

Du français choc.

Nom commun Modifier

Invariable
choc
\ʃɔk\

choc \ʃɔk\ masculin invariable

  1. Variante rare de shock.

DérivésModifier

Voir aussiModifier

  • choc sur l’encyclopédie Wikipédia (en italien)