Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adjectif) (XIIe siècle) Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »), forme populaire de laïc, remplacé en français par celui-ci.
(Nom) (XIIe siècle)[1] Étymologie discutée :
  1. Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »)[2] avec une évolution sémantique similaire à roman et romance : « littérature, poésie en langue vulgaire, populaire » ; contre cette hypothèse, la forme en -s de l’ancien occitan lais[2] ;
  2. Du gaulois, apparenté[1] au gallois llais (« son, mélodie »), au gaélique laoidh (« hymne »), à l’ancien occitan lais (« plainte, lai ») ; comparer avec le bas-latin leudus (« chant guerrier ») et l'allemand Lied (« chanson ») ; contre cette hypothèse « très improbable[3] », le fait qu’un équivalent breton manque[2] ;
  3. De l’ancien bas vieux-francique *laik, laih[4] (« jeu, mélodie, chant »), apparenté au gotique leih (« jeu, mélodie, chant ») et au vieux haut allemand leich[3] (« poésie chantée »).
  4. Du vieux breton *laid[5].

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin lai
\lɛ\

lais
\lɛ\
Féminin laie
\lɛ\
laies
\lɛ\

lai \lɛ\[6] masculin

  1. Laïc, convers.
    • Un second frère lai conduisait une mule de rechange, chargée, selon toute probabilité, du bagage de son supérieur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Sœur laie, sœur converse.
  2. Séculier.
    • Cour laie, tribunal séculier.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lai lais
\lɛ\

lai \lɛ\ masculin

  1. (Littérature) Petit poème narratif, en vers octosyllabique, inspiré de sujets sérieux ou passionnés, empruntés le plus souvent à d’anciennes légendes.
    • Je fis jadis chansons et lais.
      Avec joie alors je chantais.
      Aujourd’hui mourant de regrets,
      C’est mon chant de mort que je fais.
      — (Creusé de Lesser, La Table ronde, ch. XIII)
    • Moi qui sais des lais pour les reines
      Les complaintes de mes années
      Des hymnes d’esclave aux murènes
      La romance du mal aimé
      Et des chansons pour les sirènes.
      — (Guillaume Apollinaire, « La Chanson du mal aimé », dans Alcools, 1913)
    • Ce corniaud de chanteur y verrait, pourquoi pas ? l’occasion d’un lai. — (George R. R. Martin, Le Trône de fer, tome I, La Glace et le feu, 1996, traduction de Jean Sola)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • lai sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. a et b « lai », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  2. a b et c « lai », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  3. a et b (en) Douglas HarperOnline Etymology Dictionary, 2001-2018 → consulter cet ouvrage
  4. Section étymologique de lai, en anglais
  5. [1] dans Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Bonn, 1928
  6. M.-A. Lesaint, Traité complet de la prononciation française dans la seconde moitié du XIXe siècle, Wilhelm Mauke, Hambourg, 1871, seconde édition entièrement neuve, p. 17 :
    À la fin des adjectifs et des substantifs : bai (rouge brun), balai, Cambrai, délai, Douai (ville), étai, frai, lai (laïque), mai (mois), Tokai, vrai, etc. — On prononce bè, balè, kanbrè, délè, douè, étè, frè, lè, … tokè, vrè. — Voyez plus haut les exceptions : gai, geai, papegai, quai.

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adjectif, nom 1) Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »).
(Nom 2) Voir lai.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin lai
\lɛ\

lais
\lɛ\
Féminin laie
\lɛ\
laies
\lɛ\

lai masculin

  1. Laïc, civil, séculier.

Dérivés dans d’autres languesModifier

  • Anglais : lay
  • Français : lai

Nom commun 1 Modifier

lai \lɛ\ masculin

  1. Laïc.
    • Qu’ele point nobles, laiz et clers.
      Et les clercs plus soudainnement.
      Pour quoy? Il vivent mains saintement.
      — (Bestiaire Marial tiré du Rosarius)

Nom commun 2Modifier

lai \Prononciation ?\ masculin

  1. (Poésie) Lai.
    • D’un dous lai d’amor De Blancheflor, Compains, [je] vous chanteroie. — (Romance, page 66, XIIe siècle)
    • Issi [ainsi] avient, cum dit vus ai
      Li Bretun en firent un lai
      De Equitan, cum il fina,
      E la dame qui tant l’ama.
      — (Marie de France, Equitan, XIIIe siècle)

Dérivés dans d’autres languesModifier

  • Français : lai

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin laicus (« laïc, commun, du peuple »).

Adjectif Modifier

lai masculin

  1. Laïc, du peuple.
    • Les gens laiz.

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin illac.

Adverbe Modifier

lai

  1. Là.
    • Cercamons si fos uns joglars de Gascoingna, e trobet vers e pastoretas a la usanza antiga.
      E cerquet tot lo mon lai on el poc anar, e per so fez se dire Cercamons
      — (Vida de Cercamon, dans Jean Boutière, A.-H. Schutz, Biographies des troubadours - Textes provençaux des XIIIè et XIVè siècles, Paris, 1964, page 9)

VariantesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Adjectif Modifier

lai masculin

  1. Variante de laid.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

OirataModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

lai \lai\

  1. Couper.

NotesModifier

Ce mot utilise la notation d’un linguiste car la langue ne dispose pas d’un alphabet officiel.

RéférencesModifier

RomancheModifier

ÉtymologieModifier

Du latin lacus.

Nom commun Modifier

lai \Prononciation ?\ masculin

  1. (Géographie) Lac. Note : dialectes vallader et sutsilvan.

Variantes dialectalesModifier