Étymologie

modifier
(Date à préciser) De sale.

salir \sa.liʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre sale.
    • Prenez garde de ne pas salir ce plancher.
    • Je me suis sali les mains à manier des livres pleins de poussière.
    • Cet enfant s’est sali.
    • Les étoffes blanches se salissent vite.
  2. (Sens figuré) Présenter à l’imagination des idées déshonnêtes.
    • Ce conte, cette description salit l’imagination.
    • Quoi que dise la directive eCommerce, il n’y a quasiment plus rien qui relève de l’exercice de la liberté d’expression sur les plateformes centralisées lucratives, sinon une grotesque parodie qui salit le nom même de la liberté et nous en fait peu à peu perdre jusqu’au sens ! — (Lionel Maurel, La directive Copyright n’est pas une défaite pour l’Internet Libre et Ouvert !, 15 septembre 2018 → lire en ligne)
    • S’il reste aux républicains un brin ou deux de décence, ils exprimeront ouvertement leur désaveu pour l’homme indigne qui salit sa fonction et bafoue les règles. — (Luc Laliberté, Patience et longueur de temps, Le Journal de Québec, 6 novembre 2020)
  3. (Sens figuré) (Familier) Déshonorer quelqu’un par des propos, par des calomnies.
    • Salir quelqu’un, salir la réputation de quelqu’un.
  4. (Sens figuré) (Pronominal) Se dit d’un homme qui a fait quelque action nuisible à sa réputation.
    • En agissant de cette sorte, il s’est sali.
  5. (Sens figuré) (Jardinage, Sylviculture, Agriculture) Se couvrir d’adventices, d’acrû, de plantes indésirables.
    • Une fois les peuplements ouverts et en l’absence de semis, le parterre des coupes se « salit » (colonisation par les graminées, par les rejets de taillis…) et, peu de temps après, le terrain devient impropre à la germination des glands. — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Faux-amis

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • salir sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin salire.

salir \Prononciation ?\

  1. Sauter.

Apparentés étymologiques

modifier

Variantes

modifier

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin salire (« sauter, jaillir »).

salir \sa.ˈliɾ\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Sortir.
    • Al día siguiente, 17 de abril, a las ocho, el portero detuvo al doctor cuando salía, para decirle que algún bromista de mal género había puesto tres ratas muertas en medio del corredor. — (Albert Camus, traduit par Rosa Chacel, La peste, Edhasa, 2005)
      Le lendemain 17 avril, à huit heures, le concierge arrêta le docteur au passage et accusa des mauvais plaisants d’avoir déposé trois rats morts au milieu du couloir.
    • (Mi padre) salió muy joven de las tierras paternas y trabajó de obrero en los diques del puerto de Talcahuano, terminando como ferroviario en Temuco. — (Pablo Neruda, traduit par Claude Couffon, Confieso que he vivido, Editorial Seix Barral, 1974)
      Il avait quitté très jeune les terres paternelles et avait travaillé comme ouvrier aux digues du port de Talcahuano, finissant comme cheminot à Temuco.
  2. Paraître.

Dérivés

modifier

Faux-amis

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin salire (« sauter, jaillir »).

salir \sa.ˈli\ transitif et intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (intransitif) Sortir, paraître, faire sailli, jaillir, germer.
  2. (transitif) Montrer, tirer, sortir, produire.

Variantes orthographiques

modifier

Dérivés

modifier

Références

modifier