CaractèreModifier

  Étymologie graphique

 
Scène d’origine
         
Oracle sur écaille Ex-voto sur bronze Chu Soie et bambou Petit sceau Écriture Liushutong Forme actuelle
Type : sinogramme réutilisé
 
Tracé du caractère
D’après l’étymologie traditionnelle, ce serait à l’origine la représentation de deux hallebardes (戈) s’affrontant tête-bêche (avec initialement une symétrie verticale, le trait horizontal étant en commun) ; et le caractère serait un emprunt phonétique. Pour le 說文解字, le caractère serait peut-être une superposition d’une main () et d’une hallebarde (), signifiant ce que l’on défend les armes à la main. Ces deux explications correspondent à des formes sigillaires, mais sont infirmées par les graphies anciennes.
Les caractères sur bronze et sur écaille évoquent plutôt un instrument ressemblant à une fourche. Cependant, dans les inscriptions oraculaires, le caractère n’est jamais attesté dans le sens d’un instrument, mais toujours dans le sens d’une auto-désignation (d’une tribu, de son territoire et de son chef) tournant autour de l’idée de : « le clan qui immole », probablement pour souligner sa piété, ou la raison pour laquelle le clan est le favori des dieux.
Signification de base 
Dans la langue classique, le caractère n’a conservé que le sens de « moi, je, nous ».
Dérivation sémantique 
Les glissements de sens suivants sont ceux déduits des caractères oraculaires et sur bronze :
(Le clan qui immole) > Immoler une victime avec une arme Wo (sorte de lance dont la hampe est surmontée d’une tête munie de dents) >
Immoler > Bienfait, bonne fortune, circonstance favorable.
Immoler > (Le lieu) de l’immolation.
(Le clan qui immole) > Nous (groupe de personnes conduit par le Roi au combat, à la chasse, etc., sur un territoire) >
Nous > Nous, les Shang > Nous autres.
Nous > Notre territoire.
Nous > Nous, le souverain > Moi, le souverain > Je.
Voir aussi 
En grande pompe.
En philosophie, le « moi » () s’oppose au « je » () comme la lutte de deux lances () diffère de la réunion des cinq bouches () : le est alors l’individu éphémère, par opposition au moi qui exprime la constance de l’humanité dans les particuliers.

En composition

À gauche : ,

À droite : , , , , , 饿, , , , , , , , , ,

En haut :

En bas : , ,

  Classification

Référence dans les dictionnaires de sinogrammesModifier

  • KangXi : 0412.010
  • Morobashi : 11545
  • Hanyu Da Zidian : 21401.020

ChinoisModifier

Pronom personnel Modifier

\u̯ɔ˨˩˦\ \uɔ˨˩˦\

  1. Je, moi.
    • 是法国人。
      shì Fǎguórén.
      Je suis Français.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Pronoms personnels en chinois
Personne Type Singulier Pluriel
1re (wǒ) 我们 / 我們 (wǒmen)
俺们 / 俺們 (ǎnmen) (régional, Nord)
Inclusif 咱们 / 咱們 (zánmen)
2e (nǐ) 你们 / 你們 (nǐmen)
Femme (nǐ) 妳们 / 妳們 (nǐmen)
Poli (nín) 您们 / 您們 (nínmen)
3e Homme / Indéfini (tā) 他们 / 他們 (tāmen)
Femme (tā) 她们 / 她們 (tāmen)
Non humain (tā) 它们 / 它們 (tāmen)

SynonymesModifier

  •  (ǎn) — (dans les dialectes du Nord-Est)
  •  (zán)

PrononciationModifier

 
Tracé du sinogramme (Chine et Japon)
 
Tracé du sinogramme (Taïwan)
Tracé du caractère : Variante dans le tracé des deux derniers traits.

CoréenModifier

Sinogramme Modifier

 

RéférencesModifier

  • Lecture eumhun extraite du projet libhangul [1]

JaponaisModifier

Sinogramme Modifier

  • On’yomi : ガ (ga)
  • Kun’yomi : われ (ware), わ (wa)

Pronom personnel Modifier

Kanji
Hiragana われ
Transcription ware
Prononciation \ɰa.ɾe\

\ɰa.ɾe\

  1. (Désuet) Moi, je.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier