Voir aussi : canné

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Du latin canna (« roseau »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
canne cannes
\kan\
 
Une canne (3) de marchand Châlus.

canne \kan\ féminin

  1. (Botanique) Espèce de roseau, telle que le roseau, la canne d’Inde, la canne à sucre, le bambou, etc.
    • Les cannes flèchent au mois d’août, c’est-à-dire, vers le dixième mois de leur plantation ; au moment de la floraison la canne est creuse; aussi se garde-t-on bien de la récolter à cette époque ; […]. — (L.-J Blachette & Frédéric-Salvator Zoéga, Nouveau manuel complet du fabricant et du raffineur de sucre… , collection Manuels Roret, Paris : Librairie Encyclopédique de Roret, 1833, page 22)
    • Canne de Provence ou roseau à quenouilles : Graminée Arundo donax, L.
    • Canne à sucre : Graminée Saccharum officinarum, L., espèce de roseau dont on extrait le sucre.
    • Canne d’Inde : Balisier.
  2. (Vieilli) Tige ou racine qui ne se trouve plus aujourd’hui dans le commerce, et qui provenait du Calamus aromaticus.
  3. Bâton léger sur lequel on s’appuie de la main en marchant, souvent fait de roseau, de jonc ou de bois.
    • L’enfant retomba dans les plis de son manteau dont je l’enveloppai, et sa petite main ornée de grosses bagues laissa échapper une canne de jonc, qui tomba sur ma main comme s’il me l’eût donnée. — (Alfred de Vigny, Servitude et grandeur militaires, 1835)
    • Mon oncle avait une longue canne, terminée par une brochette de fer, au moyen de laquelle il enfilait les limaces et les escargots, mangeurs de salades. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • […] mais Jimmy le faisait méchamment trébucher, en le happant du crochet de sa grosse canne blanche, et les deux hommes tombaient à terre, ensemble […] — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Il s’appuyait sur une canne seulement et de telle manière que l’instrument de secours devenait un attribut de majesté. — (Joseph Kessel, Les Cavaliers, Gallimard, 1967)
    • Puis, d’après nous [orangs-outangs], le genre humain marcha droit la canne à la main. — (Pierre Jean de Béranger, Les Orangs-outans, 1854)
    • Porter une canne à la main. — Marcher avec une canne. — Canne à épée.
    • Une canne à pomme d’or, à pomme d’argent, à pomme d’ivoire.
    • Canne plombée.
      • Il y avait des gens de police parmi les agresseurs, mais ils n’avaient pas eu à donner le signal. Il leur suffisait de suivre la fureur publique et de choisir alors, dans le tas, ceux qu’ils reconnaissaient pour les avoir vus dans les complots, aux réunions, le jour de la manifestation Baudin ou de l’enterrement de Victor Noir. Sitôt l’homme désigné, la canne plombée et le casse-tête s’en payaient ! — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
    • Donner des coups de canne.
    • Lever la canne sur quelqu’un. → voir lever la canne
  4. (Par analogie) Instrument long et cylindrique dont les usages diffèrent.
    • L’écureuil s’abaisse et ne bouge plus. Prenez la canne en main et moulinez rapidement pour prendre contact avec le poisson et ferrez. — (Bernard Breton, Toutes les pêches en étang, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1997, page 83)
    • Sur le fond, et autour de l’aquarium, des présentoirs exhibaient les attirails, des plus simples aux plus compliqués : gaules en bambou, cannes en fibre de verre, grandes cannes télescopiques pour moulinet à tambour tournant, boîtes de mouches et de cuillères, d’hameçons et de plombs, devons, moulinets de tous calibres, montures pour poissons morts, dégorgeoirs, bourriches, épuisettes, appâts réputés fantastiques ! fabuleux ! ou, plus prosaïquement, épatants ! — (Alain Demouzon, La Pêche au vif, 1977, chapitre 6)
    • Canne à vent : Sorte de sarbacane du verrier.
  5. (Métrologie) Mesure de longueur employée en divers pays, particulièrement en Italie, et dont la valeur n’est pas constante ; celle de Naples vaut deux mètres vingt-neuf centimètres.
    • CANNE, en italien canna, en espagnol cana, en anglais cane. Mesure d’aunage et d’arpentage, employée surtout en Italie et dans le midi de la France. Cette mesure remplace souvent la toise ou la perche, servant à établir la superficie des terrains. En Italie on lui donne aussi, dans ce cas, le nom de pertica, ou perche, en France celui de toise. Voyez ces mots. Pour la canne des anciens Arabes, voyez Cassaba.
      Affrique (Sainte-) en France. La canne de 8 pans.
      Aix en Provence. La canne = 8 pans ou palmes = 64 menus.
      […]
      Alpes (Hautes-), département français. La canne ou toise ordinaire = 6 pieds = 8 pans.
      […]
      Apt en France. La canne = 8 pans = 72 pouces = 864 lignes.
      […]
      Barcelonne. La cana = 2 varas ou medias canas = 8 palmos = 32 quartos, et vaut, d’après une mesure authentique, vérifiée à la préfecture de Marseille, en 1829
      […]
      Dauphiné, ancienne province française. La canne ou toise delphinale se divise en 6 pieds ou 8 pans, et vaut
      […]
      Toulouse. La canne = 8 empans = 64 pouces = 512 lignes = 4096 points
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  6. (Québec) (Populaire) (Anglicisme) Boîte de conserve (de l’anglais can).
    • M. Blanchet ne se fait pas d'illusions et admet s'attendre à une défaite lors du vote puisque le gouvernement fédéral ne veut surtout pas ouvrir la Constitution – un passage obligé pour rompre les liens avec la Couronne et qui nécessite l'approbation des 10 provinces, de la Chambre des communes et du Sénat – de peur que chacun dresse sa liste de demandes et que la canne soit ensuite difficile à refermer. — (Presse Canadienne, Le Bloc forcera un vote sur une rupture des liens entre le Canada et la monarchie, ici.radio-canada.ca, 25 octobre 2022)
  7. (Normandie) (Désuet) Bidon (pour le lait).
  8. Bâton de bois utilisé autrefois comme arme, aujourd'hui comme accessoire dans le domaine sportif (canne de combat).
    • Nous exécutions aussi des exercices de canne qui rappelaient fort ceux des bataillons scolaires. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 52)
  9. (Nouvelle-Calédonie) (Familier) Érection[1].
    • Choper la canne.

SynonymesModifier

bâton sur lequel on s’appuie de la main en marchant

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   canne figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : beurre.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe canner
Indicatif Présent je canne
il/elle/on canne
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je canne
qu’il/elle/on canne
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
canne

canne \kan\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de canner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de canner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de canner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de canner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de canner.

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • canne sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • canne sur le Dico des Ados  
  • canne sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

  1. Christine Pauleau, Le français de Nouvelle-Calédonie, EDICEF, 1995, ISBN 9782841290239, page 54.

ItalienModifier

Forme de nom commun Modifier

Singulier Pluriel
canna
\ˈkan.na\
canne
\ˈkan.ne\

canne \ˈkan.ne\ féminin

  1. Pluriel de canna.