Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen français puis, de l’ancien français puis, du latin vulgaire *postius, du latin post ou postea.

Adverbe Modifier

Invariable
puis
\pɥi\

puis \pɥi\

  1. (Adverbe de temps) Permet l’enchaînement chronologique d’évènements.
    • Il leur dit quelques mots, puis il sortit.
    • Ils se proposent d’aller à Orléans, à Blois, puis à Tours.
  2. (Adverbe de lieu) Permet l’enchaînement physique en partant du premier plan.
    • Derrière lui était assis un tel, puis un tel.
  3. (Adverbe d'énumération).
    • Vous ne l’y détermineriez que difficilement ; et puis, à quoi cela servirait-il ?
  4. (Familier) Et par forme d’interrogation.
    • Et puis ? Eh bien, qu’en arrivera-t-il, que s’ensuivra-t-il, que fera-t-on après ?

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Conjonction de coordination Modifier

Invariable
puis
\pɥi\

puis \pɥi\

  1. Et.
    • Et puis, et puis après.
  2. (Côte d’Ivoire) Indique un lien de causalité entre deux propositions, à la place de pour.
    • Eh mon fils ! Tu as mangé quoi et puis tu es tombé malade comme ça ? (au lieu de : « Qu’as-tu mangé pour tomber malade comme ça ? »)
    • Chéri, je t’ai fait quoi et puis tu es fâché contre moi ? (au lieu de : « Qu’est-ce que je t'ai fait pour que tu te fâches contre moi ? »)

VariantesModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe pouvoir
Indicatif Présent je puis
Imparfait
Passé simple
Futur simple

puis \pɥi\

  1. (Désuet) Variante de peux, première personne du singulier de pouvoir à l’indicatif présent.
    • Autant tirer sur le tranchant d’un canif, sur un fétu de paille ou sur un rayon de soleil, que sur cette petite branche que je puis à peine voir. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pourquoi l’arrêter ? Je puis en faire quelqu’un. Il a l’étoffe. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Note d’usage : Aujourd’hui, cette forme est seulement employée dans des phrases appartenant au registre soutenu, à la forme interrogative inversée, ou de concert avec la conjonction si. Dans la langue courante, on emploie plus volontiers la forme longue « Est-ce que je peux ? » ou la forme simple « Je peux ».

  • Puis-je vous aider ?
  • Si je puis me permettre, c’est plutôt comme cela qu’il faudrait dire : …

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adverbe) Du latin post.
(Nom) Du latin puteus.
(Forme de verbe) voir ci-dessus.

Adverbe Modifier

puis \Prononciation ?\

  1. Puis.
  2. Depuis

VariantesModifier

NotesModifier

  • Adverbe d’énumération.

Nom commun Modifier

puis \Prononciation ?\ masculin

  1. Puits.
    • La fontaine et li puis
      De trestoute science
      — (L’ABC Nostre Dame, ms. 837 de la BnF, f. 171r.)
      La fontaine et le puits
      De toute connaissance

DérivésModifier

Forme de verbe Modifier

puis \Prononciation ?\ masculin

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de pooir.

RéférencesModifier

  • Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage
  • Tableaux de conjugaison de l’ancien français (TCAF), Machio Okada et Hitoshi Ogurisu, 2007-2012 (pooir)