Ouvrir le menu principal
Voir aussi : Camp

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun) Du latin campus (« plaine, place, large espace »), ce mot est le doublet lexical de champ.
(Adjectif, nom commun dérivé) De l'anglais camp.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
camp camps
\kɑ̃\
 
Un camp de base au Groenland.

camp \kɑ̃\ masculin

  1. (Militaire) Espace de terrain où une armée dresse des tentes ou construit des baraques pour s’y loger en ordre ou pour s’y retrancher.
    • L'armée et la flotte furent remplies de nobles qui n'avaient vu ni un camp ni la mer depuis vingt-cinq ans ; on refit la maison du roi telle qu'elle était sous Louis XVI; […]. — (Théophile Lavallée, Histoire des français: depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris : J. Hetzel & Paulin, 1841, 3e éd., vol.4, p.535)
    • Bouzemont fut occupé jadis par les Romains, qui y avaient un camp retranché. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  2. (Par analogie) Centre de rétention bâti comme un camp militaire.
    • Envoyé à la prison du Cherche-Midi puis au camp de Cepoy, Chamberlin y fait la connaissance de truands encore en herbe comme Pierre Loutrel — bientôt on l'appellera Pierrot-le-Fou — et Georges Brahim — alias Jo Attia — ainsi que de trois agents de l'Abwehr […]. — (Renaud de Rochebrune & Jean Claude Hazera, Les patrons sous l'Occupation, Odile Jacob, 1995, p.202)
    • Les hommes sont internés en Lituanie, dans les camps de Milejgany, Jewie et Roon où ils souffrent du froid intense, du manque de nourriture et d'eau potable, des conditions précaires d'hébergement, de la vermine et des humiliations. — (Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Armand Colin, 2014)
  3. (Par extension) Armée campée.
    • Le camp était tranquille.
    • Tout le camp fut alarmé.
  4. (Par extension) (Au pluriel) Armées en général.
    • Il fut élevé dans les camps.
    • Les camps ennemis.
  5. (Par extension) (Jeux) Adversaires.
    • Aux barres, à la paume, on se constitue en deux camps.
    1. (Figuré) Parti politique, religieux ou autre, opposition.
      Ce pays est partagé en deux camps.
      Dans le camp de nos adversaires.
      Passer dans le camp ennemi.
  6. (Canada) Maison primitive, cabane, souvent située en forêt.
    • On va passer les vacances au camp.
    • Quand est-ce que tu pars pour ton camp de chasse cette année ?

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

camp \kɑ̃mp\ invariable

  1. Théâtral, extravagant mais au second degré, volontairement vulgaire, autoparodique.
    • Jouant sur sa visibilité de « folles », ses membres [les gazolines] manifestait un humour « camp », proclamant que « le maquillage est une manière de vivre ». (Wikipédia, Gazolines)
    • Une folle camp ne peut jamais en faire trop. Comme dit ma Sœur Marie Janine du Rêve Suspendu, dite Jaja, « Si tu hésites, rajoutes-en ! » (ce jour-là, à Lausanne pour être précis, elle parlait de rouge à lèvres ; par la suite, cette règle fut appliquée à bien d’autres situations…).

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

camp \kɑ̃mp\ invariable

  1. (Par substantivation) Attitude, style affecté, précieux, volontairement maniéré et toujours parodique prônant, incidemment, le renversement des valeurs hétéronormées.
    • La tactique des Sœurs dans la lutte contre le sida repose sur une stratégie politique : une utilisation du camp, une réappropriation revendiquée de l’efféminement, de la visibilité homosexuelle et de la follitude qui visent à désarmer les injonctions morales pesant sur la sexualité – sociales, religieuses, liées au sexe, au genre, aux pratiques sexuelles…

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • camp sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Nom commun Modifier

camp \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de chanp.

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

(XIe siècle) Du latin campus.

Nom commun Modifier

camp masculin

  1. Champ.
    • Mortz los laissavan en sopin,
      jazon els camps cuma fradin,
      no’ls sebelliron lur vizin.
      — (Cançon de Santa Fe, transcription adaptée de Robert Lafont, Histoire et Anthologie de la littérature occitane, T. I « L’Âge classique - 1000-1520 », Les Presses du Languedoc, 1997, Montpellier, p. 23)
      morts, ils les laissaient sur le dos ; ils gisent dans les champs comme misérables ; leurs voisins ne les ensevelirent pas. — (Traduction par Antoine Thomas)
  2. Camp.
  3. Champ de bataille.
  4. Champ (héraldique).

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1 et verbe) Du latin campus.
(Nom commun 2 et adjectif) Origine inconnue. Peut-être du xviie siècle, du français camper (« prendre une pose »)[1] ; ou bien de l'anglais dialectal *camp ou *kemp (« rude, frustre »)[2] ; ou encore du polari[3]

Nom commun 1 Modifier

camp \Prononciation ?\

  1. Camp.
  2. Parti.

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

camp \Prononciation ?\

  1. Style affecté, exagéré ou d'un mauvais goût intentionnel. Kitsch.


DérivésModifier

Adjectif Modifier

Nature Forme
Positif camp
Comparatif camper
Superlatif campest

camp \Prononciation ?\

  1. Théâtral.
  2. Efféminé.
  3. Volontairement vulgaire, auto-parodié.

Verbe Modifier

camp \Prononciation ?\

  1. Camper.

DérivésModifier

PrononciationModifier

Prononciation manquante. (Ajouter)

Voir aussiModifier

  • camp sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin campus.

Nom commun Modifier

camp \Prononciation ?\ masculin

  1. Champ.

DérivésModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin campus.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
camp
[ˈkamp]
camps
[ˈkams]
[ˈkans]

camp [ˈkamp] (graphie normalisée) masculin

  1. Camp, lieu où l’on campe.
    • camp de batalha
      champ de bataille
    • camp de Mars
      champ de Mars
    • camp de Cesar
      camp de César
    • passar camp
      franchir les limites du camp, au jeu de varres
    • anhèu de camp
      agneau sevré, qui commence à paître
    • amora de camp
      fruit de la ronce bleue
    • laurar lo camp
      labourer la terre
    • per camps
      par les champs
    • prendre un èr de camp/fichar lo camp/sacar lo camp/fotre lo camp
      prendre le camp, déguerpir
    • Qu’es aquò ? camp blanc, semenat negre,
      Tres buòus fan qu’una rega.
      Énigme populaire dont le mot est l’escritura, « l’écriture ».
    • Per Totsant
      La nèu pels camps.
      — (Proverbe languedocien)
  2. (gascon), (languedocien), (niçois) Champ.
    • camp grand
      champ grand, nom sous lequel on désignait ordinairement le champ le plus étendu d’une métairie, quand il y en avait d’une grande étendue
    • camp redond
      champ rond, nom fréquemment donné à un champ un peu arrondi
    • Quand lo paure òme ven dal camp. — (Chanson populaire languedocienne)

Variantes dialectalesModifier

  • 2 : champ (provençal, nord-occitan)

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

PicardModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français camp, variante du nord de la France de chanp, du latin campus.

Nom commun Modifier

camp \Prononciation ?\

  1. Champ.
  2. (Au pluriel) Campagne.
    • dins chés camps
      Dans la campagne

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

  • Douglas Harper, « camp (adj.) » sur Etymonline.com - Online Etymology Dictionary, 2011
  • Micheal Quinion, « Camp » sur World Wide Words, 2003
  • Oxford English Dictionary, 2e édition (1989)