cheminée

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1170) Sous-entendant camera, du latin caminata : « salle pourvue d’une cheminée » puis « cheminée », dérivé de camīnus (« fourneau, cheminée »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cheminée cheminées
\ʃə.mi.ne\
ou \ʃmi.ne\
 
Une cheminée du château de Germolles. (2)
 
Une cheminée. (3)
 
Fumée sortant de la cheminée d’une locomotive. (4)
 
Une cheminée dans la pâte d’une tarte avant cuisson. (5)
 
Clapets de flûte traversière surmontant leurs cheminées. (8)

cheminée \ʃə.mi.ne\, \ʃmi.ne\ féminin

  1. Construction abritant un âtre, où l’on fait du feu, et comportant un conduit pour donner issue à la fumée.
    • Enfin, une immense cheminée leur offrait un moyen d’éclairer et de réchauffer à la fois leur sommeil. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Les deux éléments de l’architecture qui ont dépéri avec la civilisation industrielle et ses techniques, sont la cheminée et l’escalier. — (« Un membre privilégié de l’architecture », dans André Chastel, L’Escalier dans l’architecture de la Renaissance, éd. Picard, coll. De Architectura, 1985, ISBN 2-7084-0129-7, p. 7)
    • Si vous surmontez votre maison d'une cheminée, et qu'un voisin s'avise que le feng-shui en est mécontent, vous serez obligé de la démolir si vous n'êtes pas dans un port à traité. — (Émile Bard, Les Chinois chez eux, Paris : A. Colin et Cie, 1899)
    • Elle ouvre le premier tiroir de sa coiffeuse pour s'emparer de l’original de son travail. Elle va le détruire, le réduire en cendres dans la jolie cheminée du salon. — (Cerise Bellicanj, Le Très Petit Monde de la Teigne (T.P.M.T.), TheBookEdition, 2010, p. 91)
  2. (Par extension) Partie inférieure de cette construction qui lui sert d’encadrement en avançant dans une pièce.
    • Jetant un coup d’œil sur la pendule de la cheminée […], j’eus le plaisir de voir que j’avais encore vingt minutes à moi. — (Edgar Poe, L’Ange du bizarre, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
    • Rétoil, qui est marbrier au cimetière de Volvic et nous a promis à chacun sa meilleure inscription, grave en attendant dans le marbre de la cheminée […] — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Il n’y a dans la chambre qu’une bougie allumée qui tremble sur la cheminée. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • La garniture d’andrinople rouge de la cheminée ondulait par instant […] — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Un livre à demi ouvert sur mes genoux croisés, je suis assis devant la cheminée, où flambe le premier feu de la saison. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  3. (Par extension) Partie supérieure du conduit en maçonnerie qui domine le toit.
    • Les cheminées et les toits de chaume, à droite et à gauche de la route, dépassaient à peine les montagnes de neige […] — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • On n’entend plus que les cris des volailles et des porcs saignés ; les cheminées fument, tout Ramscapelle s’emplit de la joyeuse animation d’un marché oriental. — (Marguerite Baulu, La Bataille de l’Yser, Perrin & Cie, Paris, 1918, page 354)
    • Il put compter les petites cabanes des jardins, les unes ouvertes à tous vents, et que traversait, ce soir-là, le zéphir, les autres surmontées de cheminées immenses, ridicules, sur ce toit mesquin, avec leur bicorne de fer-blanc, comme un gendarme qui conduit une voiture à âne. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 162)
  4. (Par analogie) Conduit d’évacuation des fumées.
    • D’ailleurs, Bakou possède des quartiers, qui sont bien russes de mœurs et d’aspect […] et au bout de ces rues, un port moderne, dont l’atmosphère s’encrasse des fumées de la houille, vomies par la cheminée des steamers. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • D’ailleurs, Bakou possède des quartiers, qui sont bien russes de mœurs et d’aspect […] et au bout de ces rues, un port moderne, dont l’atmosphère s’encrasse des fumées de la houille, vomies par la cheminée des steamers. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  5. (Par analogie) (Cuisine) Petite ouverture sur le dessus d’une pâte d’une tourte pour permettre à la vapeur de s'échapper lors de la cuisson.
    • Terminer en réalisant une cheminée : prendre un triangle de papier cuisson, le rouler et le planter dans la tourte. — (Comment faire une tourte, www.atelierdeschefs.fr)
  6. (Figuré) (Alpinisme) Couloir étroit plus ou moins vertical (fissure large, dièdre) permettant l’insertion du corps du grimpeur et l’usage de techniques particulières.
    • Cheminée aux parois lisses que l’alpiniste doit monter à la manière des ramoneurs, en s’aidant des reins et des genoux. — (Georges Casella, L'alpinisme, 1913)
  7. (Vieilli) Partie d’un fusil à percussion où se mettait la capsule et qui communiquait le feu à la charge.
  8. (Par analogie) (Organologie) Partie du clétage de certains instruments à vents solidaire du corps, servant à faire la jointure entre les tampons plats des clapets et le corps arrondi au niveau des trous.
    • Cette flûte a des cheminées soudées.
  9. (Industrie minière) Conduit plus ou moins vertical servant à l’aération ou au transport de matériaux, personnels, etc.

Quasi-synonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   cheminée figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau, maison.

HyperonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe cheminer
Participe Présent
Passé
(féminin singulier)
cheminée

cheminée \ʃə.mi.ne\, \ʃmi.ne\

  1. Participe passé féminin singulier de cheminer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • cheminée sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier