Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) Plutôt [1] que du latin concha (« coquille ») dont est aussi issu conque, du latin coccum (« cochenille, parasite formant une petite excroissance globuleuse ressemblant à une graine »). Certains emplois de coccum sont proches du français coque : coccum cnidium (« fruit du garou »), coccum a aussi le sens de « pigne de pin », au onzième siècle, le latin cocca est attesté au sens de « coupelle, vase de forme demi-sphérique ».
(Nom 2) De l’occitan coca (« gâteau »), par delà peut-être du latin coquo (« cuire »). Note : Le TLFi [1] en fait un mot identique au précédent.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
coque coques
\kɔk\
 
Un poussin sorti de sa coque (1).
 
Ver à soie et coque (3).
 
Coque de noix (8).

coque \kɔk\ féminin

  1. Enveloppe extérieure de l’œuf.
    • Les perdreaux courent au sortir de la coque.
    • Le poussin becquetait déjà la coque.
  2. (Figuré) Symbole de la naissance.
    • Ce couplet sortait de sa coque [venait d’être fait] le jour que je partis de Paris. — (Marquise de Sévigné, 426.)
    • [Des poèmes] Ensemble lentement tous couvés sous mes ailes, Tous ensemble quittant leurs coques maternelles, Sauront d’un beau plumage ensemble se couvrir. — (André Chénier, 191.)
  3. (Zoologie) Cocon où se renferment le ver à soie et autres chrysalides d’insectes qui filent.
    • Ce ver à soie commence à faire sa coque.
  4. Nom donné à diverses espèces de coquillages (en particulier, en France, la coque commune, ou coque comestible).
  5. (Par extension) Enveloppe protectrice.
    • Le carburateur est enveloppé d’une coque protectrice.
  6. (Marine) Enveloppe des bordages, corps du bateau, abstraction faite du gréement et de la mâture.
    • Lorsque le cuivre fut ôté, la coque fut complétement recalfatée à neuf, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle était demeurée longtemps debout devant ces hautes coques dont les hublots laissaient voir l'intérieur des cabines éclairées. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 52)
  7. (Serrurerie) Petites pièces de fer qui servent à conduire le pêne d’une serrure. Crampon sur la platine d’un verrou à ressort ou d’un loqueteau.
  8. (Botanique) Enveloppe ligneuse de certains fruits.
    • Coque de noix, d’amande.
  9. Œufs de poisson de mer que l’on emploie pour amorcer les filets avec lesquels on pêche les sardines.
  10. (Botanique) (Par ellipse) Coque du Levant, drupe dont la déhiscence a lieu avec élasticité, à cause d’un ressort membraneux situé à sa base.
  11. Faux pli qui se fait à une corde trop forte et qu’on n'a pas pris soin de détordre.
  12. (Vieilli) (Habillement) Arrangement de rubans ou de cheveux disposés en forme de coque.
    • Une large figure de femme, coiffée de coques grisonnantes, et des bras s’agitaient, et tout cela disait : « […] ». — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.1, 1910)
    • […] elles quittaient la livrée conventuelle, revêtaient les robes de gala, les ballons et les coques, les vertugadins et les fraises à la mode dans ce temps-là, et elles se rendaient au salon où affluaient les visites. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Quand je serai mariée, j’habiterai une maison rose, dont les tapisseries seront pittoresques et les meubles pimpants. Aux rideaux, je nouerai des rubans clairs avec de larges coques. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 53.)
    • Georgette avait le visage rond comme le mien, des joues roses bien marquées, en forme de petites pommes luisantes, des cheveux foncés, nattés et noués d’un ruban jaune dont les coques ressemblaient aux ailes d’un grand papillon. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 202.)
  13. (Commerce) Emballage thermoformé assurant la présentation et la protection d’un produit.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   coque figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau.

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
coque coques
\kɔk\

coque \kɔk\ féminin

  1. Petite boule réalisée à partir des feuilles du pastel (Isatis tinctoria) dont on extrait une teinture de couleur bleue.
    • Du commerce des « coques » de pastel est née l’appellation de « Pays de Cocagne ». Ces coques transitaient dans les ports français de Bordeaux, Marseille et Bayonne. — (Bibliothèque nationale de France, Le bleu de pastel : note technique, par Karine Garcia et Andrée Rigaux, BnF, Atelier du département des Estampes et de la Photographie, 2008)
  2. (Pâtisserie) Dans le sud-ouest de la France, sorte de brioche traditionnelle pour l’Épiphanie.

SynonymesModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe coquer
Indicatif Présent je coque
il/elle/on coque
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je coque
qu’il/elle/on coque
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
coque

coque \kɔk\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de coquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de coquer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de coquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de coquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de coquer.

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « coque [kɔk] »
  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « coque [Prononciation ?] »
  • France (Toulouse) : écouter « coque [Prononciation ?] »

HomophonesModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « coque [kɔk] »

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin coccum ; → voir caquerole, caquelote, cocaigne et cacoigne.

Nom commun Modifier

coque \Prononciation ?\ féminin

  1. Coque de navire.
  2. Salicoque.

VariantesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier