Ouvrir le menu principal

Wiktionnaire β

Voir aussi : bâiller

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin XIe siècle) Du latin bajulare (« porter », puis « confier la charge de »).

Verbe Modifier

bailler \ba.je\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Désuet) Donner.
    • Baron, n’est-il pas étrange que vous vous entendiez aussi bien à soigner les gens qu’à leur bailler des coups d’épée ? — (Robert Merle, Fortune de France, XI., 1977)
  2. (Désuet) Mettre en main, livrer, remettre. — Note d’usage :  : Ne subsiste plus que dans l’expression vous me la baillez belle.
    • Dis moi, fille du Nord
      Avec tes airs primaires
      Tu me la bailles amère
      Je ne suis plus d’accord.
      — (Léo Ferré ; L’Inconnue de Londres)
  3. Prêter, confier.
    • Bailler aux corneilles : faire quelque chose d’aussi niais que de prêter (de l’argent) aux corneilles. D’autres écrivent plutôt bayer aux corneilles, et lui donnent le sens de « rêvasser, perdre son temps en regardant en l’air niaisement ».
    • Anselme, j’ai jeté les yeux sur toi pour fonder une maison de commerce de haute droguerie, rue des Lombards, dit Birotteau. Je serai ton associé secret, je te baillerai les premiers fonds. — (Balzac, César Birotteau, 1837)
  4. Louer, donner à bail.
    • Bailler par contrat.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin bajulare (« porter », puis « confier la charge de »).

Verbe Modifier

bailler \ba.je\ transitif

  1. Donner, fournir.

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I