Voir aussi : baìl, bâil

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) Déverbal sans suffixe de bailler.
(Nom commun 2) Du créole haïtien bagay (« chose »)

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
bail
\baj\
baux
\bo\

bail \baj\ masculin

  1. (Droit de propriété) Contrat par lequel on donne à quelqu’un la jouissance d’une chose, moyennant un prix convenu et pour un temps déterminé.
    • Bail conventionnel. — Bail sous seing privé.
    • L’étude de l’évolution contemporaine du statut des baux immobiliers d’exploitation a consisté à soumettre les législations sur les baux commerciaux, ruraux et les baux professionnels à un examen d’actualité. — (Fabien Kendérian, L’évolution contemporaine du statut des baux professionnels immobiliers d'exploitation: baux commerciaux, ruraux, professionnels, 2011)
    • (Par extension)Les noces de diamant, d’or et même d’argent, sont trop loin du mariage dans les pays à divorce ; en conséquence, New-York, où l'on fait vite, pratique les noces d’étain au bout de dix ans — et les noces de bois au bout de cinq ans, ce bail parait long. — (« Noces », dans Le Pèlerin du 20e siècle, Maison de la Bonne Presse, 1894, p. 605)
  2. (En particulier) Contrat portant sur la location des propriétés foncières ou immobilières.
    • Lorsque le locataire se marie en cours de bail, le conjoint qui n'a pas signé le contrat peut quand même se prévaloir du bail. Il faudra donc que le renon donné par les locataires soit signé par les deux époux et si l'un ne le fait pas, le bailleur pourra considérer que le congé est nul. — (Pierre Jammar, Guide du propriétaire bailleur et de ses conseillers, EdiPro, 2e éd., 2016)
    • S'il s'agit d'une location pour une durée déterminée et qu'il reste moins de douze mois à courir à la location, le nouveau locateur ne peut mettre fin au bail et le locataire ne perdra aucun droit. — (Bernard Clermont & ‎Benoît Yaccarini, Initiation au droit des affaires du Québec, Presses de l'Université Laval, 4e édition, 1986, p. 265)
    • Faire rapporter les baux précédents.
  3. (Familier) Longue durée.
    • Il y avait un bail que Lucas ne s'était pas baladé dans le coin, mais Toreth l'avait emmené s'y promener autrefois, en lui expliquant que la seule différence entre les habitants de ce quartier et ceux qui vivaient comme eux de l'autre côté de la colline, c'était l'argent, une bagatelle sur l'échelle des qualités humaines. — (Diana Evans, Shango, traduit de l'anglais par Christine Bouchareine et Caroline Garnier, Éditions Robert Laffont (collection Pavillons) , 2012, chap. 6)
    • Ça fait un bail que je n'ai pas parlé à une fille de mon âge, ai-je pensé. Et il fallait bien dire que ce n'était pas désagréable, même si l'interlocutrice en question était une mademoiselle Je-sais-tout à couettes. — (Kiko Amat, Tout ce qui fait BOUM, Asphalte Éditions, 2015, chap. 3)
    • — Au début, je croyais qu'ils blaguaient, mais ça dure depuis un bail maintenant. Depuis, je me sens légèrement exilé du coup. — (E. L. Todd, Coup de Cœur Hawaïen, tome 3 : Liés par la marée, traduit de l'anglais [États-Unis), Hartwick Publishing, 2019, chap. 19)

NotesModifier

Seule une minorité de noms français en -ail ont leur pluriel en -aux au lieu de -ails : → voir aspirail, bail, corail, émail, fermail, gemmail, soupirail, travail, vantail et ventail et vitrail. Le pluriel du mot ail, quant à lui, peut être tout aussi bien ails que aulx.

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

bail \baj\ masculin

  1. (Argot) (Familier) Objet qu’on désigne sans le nommer, machin, truc.
    • J'entends des bails atroces sur moi.
      À c'qu'il paraît, j'te cours après ?
      Mais ça va pas, mais t'es taré, oh ouais
      Mais comment ça, le monde est tit-pe ?
      — (Aya Nakamura, Djadja, 2018)
  2. (Argot) Transaction ou affaire concernant de la drogue.
    • Quand c'est la crise on fait les bails
      On se demande pas si c'est légal.

      — (Guizmo (rappeur) Guizmo, T'as même pas idée, 2012)

PrononciationModifier

  • \baj\
  • France : écouter « bail [lə baj] »
  • Suisse (canton du Valais) : écouter « bail [baj] »
  • France (Toulouse) : écouter « bail [baj] »
  • France (Vosges) : écouter « bail [baj] »
  • France (Vosges) : écouter « bail [baj] »
  • France (Saint-Étienne) : écouter « bail [baj] »

HomophonesModifier

ParonymesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • bail sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bail sur le Dico des Ados 
  • bail sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1 & 2) Du latin baculum (« bâton, pieu ») → voir baile, plus fréquent, pour le sens de « palissade ».
(Nom 3 & 4) Déverbal de baillier.

Nom commun 1 Modifier

bail \Prononciation ?\ masculin

  1. Pieu armé de fer.

Nom commun 2Modifier

bail \Prononciation ?\ masculin

  1. Enceinte, palissade, retranchement.

Nom commun 3Modifier

bail \Prononciation ?\ masculin (pour une femme on dit : baille)

  1. Bailli, gouverneur, régent.
  2. (En parlant d’enfant ou de veuve dont on a la charge) Tuteur, gouverneur ou gouvernante, nourrice.

VariantesModifier

Nom commun 4Modifier

bail \Prononciation ?\ masculin

  1. Pouvoir, garde, tutelle, administration, délégation.

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom et verbe 1) De l’ancien français bailler, le nom est le déverbal du verbe.
(Nom 2) Du vieux norrois beyl, « le cerceau ».
(Verbe 2) Par réduction du verbe to bail out.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
bail
\beɪl\
bails
\beɪlz\

bail \beɪl\

  1. Caution.

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
bail
\beɪl\
bails
\beɪlz\
 
Cricket bails

bail \beɪl\

  1. (Cricket) Nom des deux petits témoins horizontaux qui forment le guichet.
    • If the ball hits the wicket and the bails fall off, the batsman is out.
      Si la balle touche le guichet et que les deux témoins tombent, le batteur est éliminé.

Verbe 1 Modifier

bail \beɪl\

  1. Libérer sous caution.

NotesModifier

  • To post bail est plus commun que to bail, particulièrement dans la langue soutenue, sauf qu’en parlant de l’expression to bail someone out, qui est plus courant et peut s’utiliser figurément aussi au sens de donner secours à quelqu’un en détresse.

DérivésModifier

Verbe 2Modifier

bail \beɪl\ intransitif

  1. (Argot) Se barrer, filer.

PrononciationModifier

  • (Australie) : écouter « bail [beɪl] »

HomophonesModifier

AnagrammesModifier