Voir aussi : Bouillon

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Du radical de bouillir avec le suffixe -on.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bouillon bouillons
\bu.jɔ̃\

bouillon \bu.jɔ̃\ masculin

  1. (Sens propre) Bulle qui se forme à la surface d’un liquide lorsqu’il bout.
    • […]; mettez-y vos oranges, et après quelques bouillons, vous les retirez , et les laissez refroidir; vous mettez une fois la bassine sur le feu, vous donnez quelques bouillons, et laissez refroidir. — (MM. Viard & Fouret, Le Cuisinier royal ou l’art de faire la cuisine, la pâtisserie et tout ce qui concerne l’office, 11e édition, Paris : chez J.-N. Barba, 1822, page 485)
    • Si l’on mouille à froid, on tourne sur le feu jusqu’au premier bouillon ; si on mouille à chaud, on mouille peu à peu et hors du feu pour éviter les grumeaux. — (Jules Gouffé, Le livre de cuisine : comprenant la cuisine de ménage et la grande cuisine, illustré par E. Ronjat, Paris : chez L. Hachette, 1867, page 88)
  2. (Cuisine) Eau dans laquelle on a fait bouillir de la viande, des légumes, ou des herbes médicinales, pour servir de nourriture ou de remède.
    • C’est ce qui a mis en grand honneur l’anis, le corail rouge, le bouillon de vipère dont parle Mme de Sévigné, l’orviétan, le bézoard, la thériaque, la corne de cerf ou l’œil d’écrevisse réduits en poudre, etc. — (Pierre Janet Les médications psychologiques, tome 1 : L’action morale, l’utilisation de l’automatisme, Paris : chez Alcan, 1919, L'Harmattan, 2007, page 18)
    • La poussière de craie donnait soif et cet automne était chaud. Je me souviens d’avoir bu un jour peut-être dix quarts de bouillon brûlant pris à la cuisine roulante. Les hommes avaient soif et refusaient le bouillon ; mais ils finirent par suivre mon exemple. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, page 111)
    • J’habitais Pétrograd et je déjeunais de coutume à la table de « Conseil des commissaires du peuple de la Commune du Nord », où l’on nous offrait de délicieux bouillons au cheval faisandé. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  3. (Par analogie) (Jardinage) (Vieilli) Liquide fertilisant obtenu par putréfaction de débris végétaux dans l’eau.
    • La plupart des observations précédentes s’appliquent à l’emploi des bouillons, que le jardiniers obtiennent en faisant macérer dans l’eau des fumiers ou des débris végétaux divers. — (O. Bussard, Cultures légumières, 1943)
  4. Ondes que forme un liquide, lorsqu’il est agité, lorsqu’il tombe ou jaillit.
    • À part Simon qui nage comme un poisson, les plongeons ressemblent plutôt à des écrabouillages qui font de gros bouillons.
      Le maître nageur crie sans arrêt et ne dit jamais que c’est bien, ce serait trop lui demander.
      — (Hervane Blanc, Face de Lune, Librinova, 2018)
    • L’eau sort à gros bouillons de cette source. Une fontaine qui jette de gros bouillons.
  5. (Par hyperbole) Sang qui sort abondamment d’une blessure ou par la bouche.
  6. (Vieilli) Restaurant où l’on servait surtout du bouillon de bœuf.
    • Les établissements de bouillon, fondés par des bouchers dans le but d’utiliser les restes de leur étal, sont aussi très recherchés d’une partie du public. D’abord, on peut y entrer pour prendre un simple bouillon (20 centimes), ou un potage, lorsqu’on n’a pas besoin d’autre chose […] Cet avantage de pouvoir prendre un bouillon en attendant l’heure du dîner servi plus loin est fort inappréciable ; on déjeune ou on dîne aussi très confortablement, de viande de boucherie et de légumes surtout, dans ces sortes d’établissement qu’on rencontre aujourd’hui dans tous les quartiers. — (Adolphe Bitard, Guide pratique dans Paris pendant l'Exposition, 1878)
    1. (Vieilli) (Par extension) Restaurant bon marché.
      • C’est Gustave Mathieu, le poète, et Regnard, le chevelu, qui, m’abordant à une table de Bouillon Duval où je viens de m’asseoir, m’apprennent qu’une trentaine d’individus se sont jetés sur la caserne des pompiers de La Villette, et ont fait feu sur les sergents de ville. — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
      • Depuis que son garçon était parti, celui-ci déjeunait dans un bouillon proche du bureau, ou emportait sa ratatouille dans une petite gamelle et mangeait parmi la poussière des cartons. — (Marcel Martinet, La maison à l’abri, 1919)
      • Entre ce bouillon à prix fixe et l’entrée des Folies, s’incrustait un établissement dénommé le Moulin de la Gaîté. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
      • C’était la sortie des ateliers de couture situés rue de la Paix et rue Saint-Honoré, sous les arcades se pressaient des apprenties prenant d’assaut les bouillons ou les crémeries. — (Claude Izner, Mystère rue des Saints-Pères, chapitre IV, page 75. Éditions 10/18, collection « Grands détectives » no 3505, 2003)
      • Au Bouillon Pigalle, nouveau spot apprécié du boulevard de Clichy, la star s’appelle bourguignon aux coquillettes (notre strogonoff à nous). Le lieu est d’ailleurs une moderne réincarnation des bouillons, ces restos populaires de la Belle Époque. — (Valérie Hénau, « Back to CCCP », dans Marianne n° 1093, du 23 février 2018, page 79)
  7. (Textile) Gros plis ronds qu’on fait à quelques étoffes pour la parure et l’ornement, soit dans les vêtements, soit dans les meubles.
  8. Exemplaire non vendu d’une publication, livre, journal.
    • — Mes abonnés ? — pas mes ! — mon ! Nous avons un abonné, rien qu’un ! — Mais passe donc dans l’autre pièce… Assieds-toi sur le bouillon. »
      Il y a des paquets de journaux par terre.
      — (Jules Vallès, Le Bachelier, G. Charpentier, 1889)
    • Je sus que cette feuille tirait à trois cents, avec soixante abonnés et pas un bouillon. — (Maurice Bedel, Mémoire sans malice sur les dames d’aujourd’hui, 1935)
    • Son tirage variait entre 80 000 et 100 000 exemplaires […] tandis que l’organe central du FNL, Le Peuple (Ech Chaab en arabe) ne parvenait pas à dépasser les 15 000 à 20 000 tout en accumulant les invendus – du « bouillon », dans l’argot de la presse. — (Henri Alleg, Mémoire algérienne, Éditions Stock, 2005)
    • C’est beau, c’est généreux, c’est grand, c’est magnifique !
      Et, dans les positions les plus pornographiques,
      Je leur rends les honneurs à fesses rabattues
      Sur des tas de bouillons, des paquets d’invendus.
      — (Georges Brassens, Le Bulletin de santé, in Supplique pour être enterré à la plage de Sète, 1966)
  9. (Technique) Bulle d’air qui se trouve engagée dans le verre ou dans un métal pendant qu’il est en fusion.
    • Mais si dans les verreries à charbon, l’on tisoit pour garantir le verre de venir ambité, la poussière du charbon tomberoit sur le verre ; elle le feroit bouillir, & les bouillons ou petites vessies occasionnées de cette manière, gâteroient les marchandises ; & d’un autre côté, si l’on n’étoit pas assidu à tiser, le verre viendroit ambité. — (« VERRERIE », dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dirigée par swahili et Jean le Rond d'Alembert, 1re éd., tome 17, 1751 , page 107)
    • Les fenêtres sont à petits carreaux : quelques-uns, récemment remplacés, paraissent trop clairs parmi les vieux qui, auprès, paraissent verts et ternis. Certains ont des défauts que nos parents appellent des « bouillons » ; l’arbre qu’on regarde au travers se dégingande ; le facteur, en passant devant, prend une bosse brusquement. — (André Gide, La porte étroite, 1909, réédition Le Livre de Poche, pages 6-7)
    • La pièce ne paraissait pas exactement sombre, mais le jour, tombant des vitraux presque dépolis par les bouillons nombreux qui bossuaient leurs verres, y conservait une qualité incertaine et comme perpétuellement déclinante. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
  10. (Technique) Évaporation de l’eau salée, dans un appareil de chauffage, pour en précipiter le sel.
  11. (Médecine vétérinaire) Excroissance charnue qui se forme à coté ou dans une plaie.
  12. (Pêche) Banc de poissons très serrés (généralement hareng ou sardine), qui provoque comme un bouillonnement en surface.
  13. (Vieilli) Ardeur, impétuosité.
    • Dans les premiers bouillons de sa colère.
    • Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage,
      À peine se sentit des bouillons d’un tel âge,
      Qu’il soupira pour ce plaisir.
      — (Jean de La Fontaine, L’Horoscope)
    • Aux premiers mots proférés dans cet étrange débat, j’ai ressenti les bouillons du patriotisme jusqu'au plus violent emportement. — (Mirabeau, Sur le drapeau tricolore - Assemblée constituante du 21 octobre 1790)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • bouillon sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bouillon sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français bouillon.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bouillon
\Prononciation ?\
bouillons
\Prononciation ?\

bouillon

  1. Bouillon.
  2. Restaurant bon marché.
    • I remember once she disappeared for a few days; I think maybe I was the only one who noticed; this was a few months after my humiliation at the bouillon in Bercy. — (Iain Pears, The Portrait, éditions Vintage Canada, 2006, page 106 → lire en ligne)
      Je me souviens d’une fois où elle a disparu pendant quelques jours ; je pense que j’étais peut-être le seul à l’avoir remarqué ; c’était quelques mois après mon humiliation au bouillon de Bercy.

PrononciationModifier

  • Sud de l'Angleterre (Royaume-Uni) : écouter « bouillon [Prononciation ?] »

DanoisModifier

ÉtymologieModifier

Du français bouillon.

Nom commun Modifier

Commun Singulier Pluriel
Indéfini bouillon bouilloner
Défini bouillonen bouillonerne

bouillon commun

  1. (Cuisine) Bouillon.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français bouillon.

Nom commun Modifier

bouillon masculin

  1. Bouillon.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 98,5 % des Flamands,
  • 98,1 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]