FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin populaire de Gaule *veracus, forme expressive dérivée de verus (« vrai »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin vrai
\vʁɛ\

vrais
\vʁɛ\
Féminin vraie
\vʁɛ\
vraies
\vʁɛ\

vrai \vʁɛ\

  1. Qui est conforme à la vérité, à ce qui est réellement.
    • Cette proposition est vraie, sera toujours vraie.
    • Dites des choses vraies, si vous voulez qu’on vous croie.
    • Dites vrai, comment trouvez-vous sa statuette ? — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy, réédition Le Livre de Poche, 1967, page 109)
    • Cette nouvelle n’est pas vraie.
    • S’il est vrai que vous ayez fait telle chose.
    • Il n’est pas vrai qu’on l’ait maltraité.
    • Il n’en reste pas moins vrai que…
    • Bien est-il vrai que le public n’est guère indulgent pour les toreros. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, rééd. Éditions Complexe, 1989, page 51)
    • – « C’est vrai ce que vous dites là ! » La patronne s’exclame, puis, plus fort, répète : « C’est vrai ce que vous dites ! », en insistant sur le vrai, qui ici ne s’opposait pas à « faux », mais signifiait l’émerveillement d’une découverte, d’une idée que la patronne de la quincaillerie n’avait pas eue, qu’elle s’étonne de ne pas avoir eue quand son employée, elle, l’avait déjà, apparemment sans effort. — (Annie Ernaux, Journal du dehors, 1993, réédition Quarto Gallimard, pages 521-522)
  2. Qui est réellement ce qu’on le dit être ou qu’il doit être, qui a toutes les qualités essentielles à sa nature. — Note : En ce sens, il se met le plus souvent avant le nom.
    • Le vrai Dieu. — La vraie religion.
    • Du vrai marbre. — Un vrai diamant.
    • Un vrai talent. — Le vrai bonheur.
  3. (Familier) (Par hyperbole) Qui a les qualités de.
    • Cet homme est un vrai cheval, un vrai lion, etc.
  4. (Familier) (Par hyperbole) Qui a l'apparence de.
    • Quand j'étais à Hollywood, j’ai remarqué que tous les acteurs américains ne buvaient pas. Nous, les Britanniques, on est des vrais alcolos, à côté. — (Lucinda Riley, La Rose de Minuit, traduit de l'anglais par Jocelyne Barsse, City Editions, 2014)
    • C’est un vrai supplice, un vrai martyre, etc.
  5. (Figuré) Qui est unique, essentiel, principal.
    • La vraie cause, le vrai motif de son action est le désir de vous être utile.
  6. Qui convient.
    • Voilà la vraie place de ce tableau.
    • Voilà des rubans de la vraie couleur qu’il fallait à sa robe.
    • C’est la vraie manière de s’y prendre.
  7. (Art, Littérature) Qui exprime, qui rend avec vérité la nature, les pensées, les objets.
    • Un style vrai. — Des caractères vrais.
    • Un coloris vrai. — Des tons vrais.
  8. (Astronomie) Qui est conforme à la marche réelle du soleil.
    • Midi vrai. — Jour vrai.
  9. Qui parle, qui agit sans déguisement, en parlant des personnes.
    • Une personne vraie. — Cet homme est vrai.
  10. (Mathématiques) Qui indique un résultat affirmatif ou positif, en parlant d’un état dans une logique booléenne.
  11. (Pris adverbialement) Vraiment.
    • Non, vrai ! il n’y a pas de pièces de théâtre capables de vous donner de ces émotions-là. — (Alphonse Daudet, Les trois sommations, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, page 173)
    • Vrai ! Alissa et toi, vous êtes stupéfiants d’égoïsme. — (André Gide, La porte étroite, 1909, réédition Le Livre de Poche, page 61)
    • Vrai, vrai, elle n’aurait pas dû nous raconter cette histoire-là ! — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, réédition Casterman Poche, page 201)
    • Vrai de vrai, c'est monsieur Jean ! reprit-elle. J'étais petiote à son départ, mais je le remets bien. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, page 72)
    • Vrai que j’aimais ma vie, que je voyais l’avenir sans désespoir. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 390)

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

vrai \vʁɛ\ masculin singulier

  1. Vérité ; ce qui est conforme à la vérité.
    • Le vrai, indépendant de mes caprices, doit être la règle de mes jugements ; et je ne ferai point un crime à celui-ci de ce que j’admirerai dans celui-là comme une vertu. — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • […] car on le sait, le vrai n’est pas toujours vraisemblable ; mais il est bien rare que le vraisemblable ne soit vrai, ou du moins revêtu de toutes les propriétés du vrai. — (D.A.F. de Sade, Histoire secrète d’Isabelle de Bavière Reine de France)
    • Il y avait un peu de vrai dans toutes ces histoires malsonnantes, mais du vrai mal compris, du vrai déformé, comme toujours. Il ne s’en est pas caché. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
  2. (Logique) Une des deux valeurs de vérité de l’algèbre de Boole, signifiant un état vrai, soit 1.

AntonymesModifier

Logique :

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Adverbe Modifier

vrai \vʁɛ\ masculin

  1. D’une manière conforme à la vérité.
  2. (Par ellipse) (Familier) Vraiment. Note : En ce sens, il prend souvent la forme interrogative.
    • Vous avez dit cela, vrai ?
    • Cela est conclu, vrai ?
    • Vrai, as-tu fumé ?
      Vous entendez les enfants ? Papa a fumé ! Hein, c’est gentil pour nous, ça ! Quelle bonne surprise !
      — (Léon Frapié, Le prisonnier, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, page 183)
    • Et, de vrai, ce n’était pas chose facile. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier