Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Ce mot provient du latin adoptare, composé de ad (« à ») et optare (« choisir », « souhaiter »).

Verbe Modifier

adopter \a.dɔp.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Choisir quelqu’un pour fils ou pour fille et lui en donner les droits civils en remplissant certaines conditions prescrites par la loi.
    • Auguste adopta Tibère.
    • Chez les romains, ceux qu’on avait adoptés passaient dans la famille et sous la puissance de celui qui les avait adoptés.
    • - Tu as 40 ans, il en a 23. Tu veux vraiment te marier ?
      - Qu’est-ce que je peux faire d’autre ?
      - L’adopter.
      — (40 carats, film de Milton Katselas, d’après Pierre Barillet et Jean-Pierre Gredy, 1973)
  2. (Par extension) Prendre soin d’un enfant – sans formes légales – comme si c’était son fils ou sa fille.
    • Il m’adopta et me servit de père.
  3. (Figuré) Admettre, accepter, recevoir comme sien un sentiment, un avis, un projet.
    • Tout dépend de l'attitude à la fois culturelle, ecclésiale et personnelle de ceux qui 'adoptent une telle posture intellectuelle (nous avons personnellement cessé depuis longtemps de croire que la posture intellectuelle suffisait à rendre compte de l’attitude réelle d'un intellectuel !). — (Denis Müller, Les passions de l'agir juste: fondements, figures, épreuves, Fribourg (Suisse) : chez Saint-Paul, 2000, p. 13)
    • Quand, la popularité du denim s’affolant, les adolescents le baptisent blue-jeans ou jeans (au pluriel en américain), les fabricants ne leur font pas une leçon de vocabulaire : ils adoptent eux-mêmes le mot dans leurs publicités. — (Michelle Jeanguyot, Le coton au fil du temps, Éditions Quae, 2008, p. 125)
    • J’adopte vos sentiments. — Je n’adopterai jamais une pareille opinion.
  4. (Spécialement) (Politique) Voter un texte.
    • Le télégraphe venait d’apporter la nouvelle que l’Assemblée nationale avait adopté les préliminaires de la paix : […]. — (Charles Le Goffic, Le biniou du mobilisé (1871), dans Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.233)
    • En dépit des criailleries de Reubell, l'Assemblée passa au vote et adopta la motion de Dupont à la presqu’unanimité. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  5. Choisir de préférence un genre de travail, une manière de faire quelque chose.
    • La nef romane présente une disposition qui a été adoptée assez fréquemment dans les églises provençales et du bas Languedoc. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Le procédé du décilage a été imaginé par Ed. Claparède et adopté universellement. — (Henri Piéron, Traité de psychologie appliquée vol. 3, bas de page 616, Presses universitaires de France, 1955)
    • Marchand avait coutume de ne jamais donner d’instructions détaillées à ses collaborateurs, se bornant à leur préciser l’orientation qu'il souhaitait les voir adopter. — (Sandford F. Borins, Le français dans les airs: le conflit du bilinguisme dans le contrôler de la circulation aérienne au Canada, p. 47, Institut d'administration publique du Canada, 1983)

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier