FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Xe siècle) Du latin armare (« armer »).

Verbe Modifier

armer \aʁ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Pourvoir d’armes ; équiper.
    • Cependant, par précaution, Jasper Hobson, le sergent et Mrs. Paulina Barnett elle-même s'armèrent de fusils. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Nos grandes places de guerre, Strasbourg et Metz, les véritables boulevards de notre défense, n’avaient été ni armées, ni approvisionnées. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.124, Bloud & Barral, 1883)
    • C’était précisément pour s’armer contre moi qu’elle était restée si longtemps sans paraître. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, pages 52-53)
    • Hébert leur avait déclaré toutefois que Clouet s’était armé d'un couteau pour frapper Latour et « qu'il n'était qu'un assassineur, un Barrabas et un empoisonneur». — (Paul d’Estrée, Le Père Duchesne: Hébert et la commune de Paris (1792-1794), Librairie Ambert, 1908, p.8)
    • Juste au moment du 18 brumaire, Burnel se faisait renvoyer de Guyane par les colons, sous l'accusation de négrophilie : en réalité, à un moment où la colonie étant menacée par les Anglais, il envisageait d’armer les Noirs. — (Yves Bénot & ‎Marcel Dorigny, Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises - 1802, Éditions Maisonneuve et Larose, 2003, p. 60)
  2. Lever des soldats, lever des troupes.
    • Il attaquait dans le moment unique et irretrouvable d'une guerre civile qui armait les uns contre les autres les princes de la branche allemande ; […]. — (Auguste Simon Jean Chrysostome Poirson, Histoire du règne de Henri IV, 1865, préface, p.XLIV)
    • […]: après avoir harcelé la révolution dans l'Assemblée, elles l'attaquèrent plus tard à force ouverte, le clergé par des soulèvements intérieurs, la noblesse en armant l'Europe contre elle. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
  3. (Marine) Équiper un bâtiment, le pourvoir de tous les objets nécessaires pour le mettre en état de prendre la mer, qu’il s’agisse d’un bâtiment de guerre, de commerce ou de loisir.
    • La délivrance des lettres de marque et le droit de course avec commission, c'est-à-dire après avoir reçu du roi l'autorisation d’armer des navires et de courir sus aux étrangers dont on avait à se plaindre, devinrent bientôt très profitables aux armateurs malouins et à leurs confrères des autres ports. — (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, p.47)
    • L'année même de la prise de la Bastille, 1789, Paimpol n'armait plus que six terre-neuviers, quatre en 1790. — (Christian Querré, La Grande Aventure de Terre-Neuvas de la baie de Saint-Brieuc, 1998)
  4. (Par extension) (Marine) Enrôler un marin sur un navire.
  5. (Figuré) Exciter à prendre les armes.
    • Ses vices ont armé tous les honnêtes gens contre lui. - Armer le fils contre le père, l’ami contre l’ami.
  6. (Militaire) Garnir une Place de guerre, ses remparts, de pièces de canon.
  7. (Militaire) (Chasse) Mettre une arme en situation de fonctionner.
    • Tout à coup le marquis aperçut ses pistolets, en saisit un, l'arma lestement et le dirigea sur l'étranger. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • À ce cri « un homme ! » le général et les lanceros s’étaient à tout hasard préparés contre une attaque soudaine, en armant leurs fusils, …. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  8. (Par extension) Renforcer un objet ou un matériau par un autre objet ou matériau.
    • Armer un aimant.
    • Armer une poutre de bandes de fer.
    • Armer une meule de moulin avec des liens de fer.
    • Actuellement, l’architecture tient bien peu compte de la sculpture : où trouverait-elle sa place dans les cubes de béton armé qui constituent les maisons modernes ?— (Sculpture dans l'Encyclopédie anarchiste, texte établi par Sébastien Faure, La Libraire internationale, 1934, p. 2536-2541.)
    • L'usine [...] était également outillée pour transformer le papier d'emballage en papier goudronné, entoilé, armé, huilé et paraffiné, à usage industriel. — (Yannick Holtzer, Les Papeteries Mougeot : paysages et impacts d'une industrie située en milieu rural, Journées d'études vosgiennes, 2005)
  9. (Figuré) Munir de certains pouvoirs, de certains moyens intellectuels ou autres de défense ou d’attaque.
    • Bien que les ruminants soient les mieux armés stomacalement pour digérer la cellulose, il n'arrivent pas à la transformer complétement, […]. — (La culture de l'esparcette dans le canton de Vaud, page69, Association pour le développement de la culture fourragère, 1950)
    • Le gouvernement doit être armé contre les désordres. La justice est armée contre les délits de ce genre. J’étais bien armé pour répondre à cette objection.
  10. (Fauconnerie) Attacher des sonnettes au faucon.
    • Armer l’oiseau.
  11. (Musique) Mettre à la clef le nombre de dièses ou de bémols convenables pour indiquer le ton dans lequel est écrit l’air ou le morceau instrumental.
    • Armer la clef.
  12. (Équitation) Résister.
  13. (Marine) Garnir d’une protection une manœuvre.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

BretonModifier

Forme de verbe Modifier

armer \ˈarmɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe armañ/armiñ.

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

armer \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie ABCD)

  1. Armer.
  2. (Par extension) Équiper.

RéférencesModifier

  • Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2 novembre 2007, Broché, 1000 pages ISBN 978-2906064645, page 92