Wiktionnaire:Actualités/058-janvier-2020

Autres langues :
English · ‎français
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un journal mensuel sur le Wiktionnaire, les dictionnaires et les mots. Il est publié en ligne depuis avril 2015. Son écriture est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir un avis lors de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon de la prochaine édition. Vous pouvez lire aussi les Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Pour les commentaires, critiques ou suggestions, voir la page de discussion.

Actualités - numéro 58 - janvier 2020
Lémurien.

Un maki photographié par Yves Picq à Madagascar (cliquez pour voir la photographie en entier).

Une rencontre prolifique

Ce 2 janvier 2020 a eu lieu une rencontre mensuelle des Wiktionnaristes de Lyon et alentours assez hors du commun. Ces rencontres ont lieu chaque premier jeudi du mois depuis septembre 2015 au KoToPo, un espace culturel associatif dédié aux langues, et cette rencontre était la cinquantième rencontre, ou presque, ça dépend si on compte la visite estivale de Pamputt en 2018. Pour la première fois, le nombre de personnes présentes a dépassé la possibilité de la tablée et deux groupes solides ont pu converser de 18 à 23h. Des têtes connues, habituées des lieux : DaraDaraDara, Gnrc, Klr's eye, Lyokoï, Noé, Otourly, Pom445, Romainbehar, Sebleouf. Un revenant de son séjour hors de Lyon, WikiLucas00. Des curieux et curieuses venues se renseigner sur le Wiktionnaire. Un pseudonyme connu dont le propriétaire voisin venait à une rencontre pour la toute première fois avec émotion, ChoumX. Deux voyageurs venus des roses tréfonds du monde, Darmo117 et Lepticed7 !

Ces deux derniers larrons sont ensuite restés jusqu’à la fin du weekend à Lyon, en découvrant la ville mais aussi la mystérieuse île de la Table-Ronde au cœur des lônes. Une soirée leur a aussi permis de rencontrer l’inattendue Vive la Rosière, avec qui nous avons mangé une fondue dans un caquelon (prononcé douteusement [kakœlɔ̃]). Et surtout, pléthores de discussions stimulantes, amenant à la rédaction d’une palanquée de propositions pour les collaborations de la semaine pour l’année qui commence. Et elle commence fort, puisque Dbult (non présent à Lyon) s’y est attelé avec ferveur, notamment avec la création d’une centaine de pages sur les nuages !

Ces rencontres, hors des écrans, autour de l’activité commune de contribution au Wiktionnaire, sont toujours fertiles et enthousiasmantes. Depuis, des rencontres régulières s’organisent également à Toulouse. Alors si cela vous attire, n’hésitez pas à passer à Lyon, ou à contacter les Wikimédiens autour de chez vous ! — une chronique par Noé

Brèves d’ici

  • Plusieurs titres de section aux noms potentiellement inconnus du lectorat bénéficient maintenant d’infobulles qui les expliquent. Ces bulles s’affichent lors d’une consultation sur un ordinateur de bureau, au survol de la souris. Cette nouveauté est proposée par Automatik le 27 janvier.
  • Les tutoriels sont maintenant rangés dans un nouvel espace de noms, en préparation d’un dispositif d’accompagnement des utilisateurs en cours de préparation.

Nécrologie : Le décès d’Elbarriak (d · c · b) nous est rapporté par Borda. Il contribuait depuis juin 2012 sur le Wiktionnaire et a apporté plus de 25 000 modifications entre 2012 et 2017, mêlant rectifications et créations, surtout autour de l’italien. Sa dernière contribution ici fut la création de la page du mot autoimmunizzazioni le 28 mai 2017. Nous perdons un contributeur estimé et nous transmettons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Brèves d’ailleurs

  • Jeux de mots et répression policière : la police de Crans-Montana, en Suisse, a distribué des amandes salées aux automobilistes mal garés pendant les fêtes de fin d’année.

Un kiwi photographié par Glen Fergus en Nouvelle-Zélande (changement de l’image en mai 2020, la précédente était un râle wéka mal identifié sur Wikimedia Commons).

Staline et la linguistique

Chaque discipline a ses grandes controverses, et elles sont plus ou moins connues du grand public. Aujourd’hui, l’économie, la géopolitique et l’évolution climatique sont des thèmes sur lesquelles les figures politiques s’expriment, mais il fut un temps où c’étaient les questions sur l’origine du monde, la littérature ou l’évolution des langues et des cultures qui occupaient les discours politiques. C’était le cas en 1950, lorsque Joseph Staline, alors au pouvoir en URSS, se fend d’un article dans la revue Pravda. Il s’implique alors dans une controverse entre les partisans du linguiste Nicolas Marr et ses opposants, une controverse méconnue hors de l’URSS et délicate à résumer ici, mais dans laquelle il se place franchement en opposition à Marr.

Staline définit la langue dans une perspective marxiste et argumente sur le fait que la langue n’a pas de caractère de classe, que les parlers des bourgeois et ceux des prolétaires ne sont que des jargons et non pas des langues en concurrence. La langue est un élément en partage au sein du peuple et non une superstructure construite socialement qui serait caractérisée par les classes dominantes. Les langues s’inscrivent dans des trajectoires de contact et il est important d’étudier les éléments communs pour faciliter la diffusion d’une langue, celle de la Russie soviétique.

Ses positions, exprimées avec clarté dans un débat complexe, sont le signe d’un changement de ligne pour la politique linguistique de l’URSS. S’il n’est pas rare d’entendre des figures politiques exprimer des opinions sur la politique, il demeure exceptionnel de rencontrer des articles argumentés attaquant une école de pensée au sein d’une discipline éloignée des compétences initiales de la personnalité politique qui s’exprime. — une chronique par Noé

Statistiques

Du 20 décembre 2019 au 20 janvier 2020

  + 26 309 entrées et 96 langues modifiées pour atteindre 3 875 886 entrées et 1 158 langues avec au moins cinq entrées.

  + 6 148 entrées en français pour atteindre 379 314 lemmes et 570 475 définitions.

  Les trois langues qui ont le plus avancé outre le français sont le same du Nord (+ 8 474 entrées), l’italien (+ 679 entrées) et le grec ancien (+ 413 entrées), la progression du coréen (+8 634) n’étant en fait due, pour la plus grande partie, qu’à la fusion de deux codes langue (ko & ko-hani) pointant sur la même langue.

  + 3 nouvelles langues pour un total de 4 824 langues : le bété (Côte d’Ivoire) , le sokuya et le moyen irlandais. Ce nombre de langues se retrouve inférieur à celui du mois dernier du fait de la fusion de plusieurs codes langue qui, en tant qu’alias, pointaient sur les mêmes langues que les codes de base. Voir les précisions ici.

  + 3 055 citations ou exemples en français pour atteindre 410 018.

  + 6 266 prononciations (dont 5 705 pour le français) pour atteindre 187 147 prononciations audios pour 117 langues (dont 83 586 pour le français).

  + 323 médias d’illustrations (images et vidéos) dans les articles du Wiktionnaire, pour atteindre 48 480.

  + 4 thésaurus pour atteindre 631 thésaurus dans 56 langues dont 458 thésaurus en langue française ! Les nouveaux thésaurus sont : la reliure par Noé ; le nuage et le basket-ball par Lepticed7 ; la danse par Laurent Jerry.

  Wikiscan et Wikistats donnent chaque mois accès à beaucoup de mesures, dont la liste des pages les plus consultées et des pages modifiées par le plus de personnes.

  + 30 mots créés sur les 31 proposés dans les Mots du jour.

  + 10 domaines sémantiques pour les mots de français : arachnologie, boulangerie, sciage, ébénisterie, meunerie, nanotechnologie, phytopathologie, prison, puériculture, savate.

  La rubrique Wiktionnaire:Questions sur les mots (WT:QM) a enregistré 49 questions en janvier contre 37 questions en décembre et 46 en novembre.

Un basilic photographié par Assianir en Amérique.

Dictionnaire du mois

Dictionnaire des mots rares et précieux, Éditions Seghers (Éditions 10/18 pour la dernière édition), 1965 (1996 pour la dernière édition) ISBN 2-264-02482-8

Des dictionnaires de particularismes en français, il y en a quelques-uns. Mais des dictionnaires de mots rares, il y en a peu. Et parmi ces derniers, il y en a un qui a failli rester dans la catégorie des raretés des collectionneurs. Sa popularité actuelle, il est assez facilement trouvable en occasion voire en neuf, est due à l’histoire de son rééditeur qui avait découvert sa première édition dans un cadre fugace. En effet, Jean-Claude Zylberstein ayant eu cette expérience courte eut l’occasion trente ans après de retomber sur la référence de cet ouvrage peu banal, et de décider de sa réédition rapidement.

Mais quel est le contenu de cet ouvrage ? Avec des entrées au format simple, il offre à son lectorat un nombre conséquent de mots rares avec leurs définitions. Excellent complément à un dictionnaire plus classique, il est une mine d’or pour les amoureux et les amoureuses des recoins de la langue française. D’environ 8 000 entrées (n’ayant pas de chiffre précis, je me risque à une estimation à partir d’une moyenne sur quelques pages), il se compose surtout de vocabulaire spécialisé et de mots désuets que l’on peut rencontrer dans des lectures aux richesses insoupçonnées.

Et pour celles et ceux qui en veulent plus, voici une petite liste de mots qu’on trouve dans ses lignes : azymique, béloce, chatte-pelouse, petit dunkerque, nitidiflore, sciathère, jatrophe — une chronique par Lyokoï (d · c · b)

Collaborations du mois

En 2020, nouvelle dynamique. En plus des LexiSessions qui proposent des thèmes de thésaurus, il y aura dorénavant chaque mois une Collaboration du mois qui visera à la création d’un espace de projet thématique facilitant la rédaction d’un type d’entrée. La LexiSession de janvier portait sur les droits humains dans le cadre d’une initiative inter-projets, #WikiForHumanRights. Pour le mois de février, le projet proposé porte sur les genres musicaux avec la création d’un nouveau projet thématique mais également de deux thésaurus, pour les aficionados d’exploration lexicale, sur la guitare et sur le piano.

À voir ou écouter

Quelques émissions audio ou vidéos sur la lexicographie, la linguistique et la langue française sorties ou découvertes ce mois-ci.

Un couscous tacheté, photographiés par Aviceda en Australie.

Les collaborations de la semaine de janvier

Ces propositions sont affichées sur la page d’accueil. Ce mois-ci, elles ont été rédigées par Lepticed7 et Noé. Tous les liens bleus mènent vers des pages créées par Dbult, sauf les thésaurus, créés par Lepticed7. Félicitations à eux  

Semaine 01 (30 décembre 2019 au 5 janvier 2020)

2020 est une année bissextile. Intéressons-nous aux curiosités du calendrier grâce à un thésaurus à son sujet !

Semaine 02 (6 au 12 janvier 2020)

Êtes-vous sur un petit nuage ? Cette semaine, intéressons-nous aux nuages : brume sèche, stratocumulus, cumulus bourgeonnant, mur de foehn, et bien d’autres ! Il y aurait peut-être même de quoi initier un thésaurus autour du nuage !

Semaine 03 (13 au 19 janvier 2020)

Connaissez-vous les couvre-chefs des régions de France ? En voici une liste qui manquent encore au Wiktionnaire : bàzzelekàpp (Alsace), palhole (Limousin), layotte (Bourgogne), toquat (Aube), sarret (Hérault)

Semaine 04 (20 au 26 janvier 2020)

Certain·es en ont la phobie, d’autres les adorent. Pour apprendre à mieux les connaître, nommons-les : lycose de Narbonne  , ségestrie florentine  , recluse brune  , Steatoda grossa  , saltique chevronnée   ou encore la Steatoda bipunctata  .

Semaine 05 (27 janvier au 2 février 2020)

En musique électronique, avez-vous les bases ? Voici quelques noms de genres musicaux qui n’ont pas encore été décrits dans le Wiktionnaire : early hardcore, lento violento, J-core, jumpstyle, darkcore, terrorcore