Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) Du latin portus (« passage »).
(Nom commun 2) Déverbal de porter.
(Nom commun 3) Apocope de portable.
(Nom commun 4) Traduction erronée de l’anglais port, du latin porta.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
port ports
\pɔʁ\
 
Le Port de Corfou, au début du XXe siècle
 
Le port de Pula, aujourd'hui

port \pɔʁ\ masculin

  1. Havre côtier, refuge ou abri pour les bateaux les protégeant des vents et des tempêtes.
    • Des phares éloignent les navires des dangers ou les conduisent dans les ports abrités par des digues construites en luttant contre les tempêtes. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Vers 4 heures, j’aperçois de nouveau la terre après avoir barré toute la nuit ; je passe au petit jour près d’un destroyer américain et entre dans le port Saint-Georges. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La Chiffonne en longea la côte occidentale, doubla la pointe Nord et, suivant les falaises de l’Est, moins anfractueuses, pénétra dans un grand port naturel, protégé par un alignement de gros rochers et de petits îlots. — (G. Lenotre, Les derniers Terroristes, Paris : chez Firmin-Didot, 4e édition, 1932, page 79)
    • Azemmour, la ville maure remontant à l’antiquité, en plein déclin aujourd'hui par suite de l’ensablement de son port et l’indolence de sa population. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 148)
    1. Ensemble des installations, en bord de mer, pour le chargement et le déchargement de marchandises.
      • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 210 de l’éd. de 1921)
      • Ça me rappelle le vieux port marseillais, les marchandes de coquillages, les pieds-paquets et le vin de Cassis, doré comme du soleil. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 187-188)
    2. Point de la rive d’un cours d’eau où les navires, les bateaux abordent, où les navires chargent et déchargent les marchandises.
      • Le mythique port de Bercy.
      • Le port céréalier de Givet.
    3. Ville bâtie auprès d’un port, autour d’un port.
      • Marseille est un des plus beaux ports du monde.
    4. (Figuré) Lieu de repos, de refuge, d’une situation tranquille.
      • Il est dans le port en se retirant du monde et de l’embarras des affaires.
      • Il s’est assuré un port dans la tempête.
    5. (Figuré) Lieu où l’on se retire loin des embarras du monde, où l’on cherche à se mettre à couvert de quelque danger.
      • La maison de l’ambassadeur a été un port de salut pour lui.
  2. (Géographie) Col des Pyrénées.
    • De l’autre côté, c’est l’Espagne, dominée par des falaises identiques aux nôtres […]. On peut passer en Espagne sans suivre le sentier qui franchit le port, mais il y faut beaucoup d’acrobatie. — (Abellio, Pacifiques, 1946)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   port figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : bague, bateau.

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
port ports
\pɔʁ\
 
Un timbre de port

port \pɔʁ\ masculin

  1. Action de porter.
    • Simon Cohen, se conformant en ceci à l'usage du pays qui interdit le port des armes à ses coreligionnaires marocains, est inerme; les chameliers ont des gourdins et de mauvais poignards. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 45)
    • Il n’y a non plus aucun pittoresque dans les costumes, car le port du pareu ou pagne indigène est interdit dans les rues de Papeete. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Bien qu’il ait déjà été question dès 1208, […], d’imposer aux juifs un signe en forme de roue, la rouelle ne fut officiellement imposée en France qu’en 1227 par le Concile de Narbonne. […]. La roue devait, ordinairement, se porter sur la poitrine. […]. Le défaut du port de la roue était passible d’amende et même de châtiments corporels. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    1. Façon de se porter, maintien.
      • Tout le monde les connaît. Avec leur costume sombre, leurs tatouages et leur port altier, ils sont reconnaissables entre tous. — (Charlotte Menegaux, « Yakusa, la seule mafia au monde à avoir pignon sur rue » - Le Figaro)
  2. (Botanique) Apparence naturelle d’une plante.
    • Arbuste, une essence ligneuse dont le port n’excède pas sept mètres de haut — (Code du développement territorial, Service Public de Wallonie)
  3. (Architecture des ordinateurs) Dispositif permettant de connecter des périphériques.
    • Le port USB (Universal Serial Bus) est apparu en 1995 pour pallier les carences du port série créé en 1960 et supportant le standard RS-232. Ce sont des connecteurs qui permettent de raccorder des périphériques…
    • De son côté, Bloomberg maintient ses informations et a même ajouté récemment que des ports Ethernet avaient été bidouillés pour écouter aux serveurs. — (Mickaël Bazoge, The Big Hack : Tim Cook demande à Bloomberg de se rétracter, MacGeneration, 19 octobre 2018 → lire en ligne)
  4. Prix du transport, affranchissement.
    • Franco de port.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
port ports
\pɔʁt\

port \pɔʁt\ masculin

  1. (Argot) (France) Téléphone portable.
    • J'ai oublié le code de verrouillage qu'on me demande quand j'allume mon port. — (site www.kiloki.com))
    • J’aurais bien éteint mon port mais j’attendais des coups de fil donc je pouvais pas vraiment. — (site www.clubpoker.net (accent sur éteint et apostrophes rajoutés))

Nom commun 4Modifier

Singulier Pluriel
port ports
\pɔʁ\

port \pɔʁ\ masculin

  1. (Réseaux informatiques) Système permettant aux ordinateurs de recevoir ou d'émettre des informations.
    • Un serveur HTTP utilise par défaut le port 80 (443 pour HTTPS).

TraductionsModifier

PrononciationModifier

nom 1
nom 2



HomophonesModifier

nom 1 (prononcé \pɔʁ\
nom 2 (prononcé \pɔʁt\

Voir aussiModifier

  • port sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin portus.

Nom commun Modifier

port \Prononciation ?\ masculin

  1. Port.

Dérivés dans d’autres languesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1, verbe) Du latin portus.
(Nom 2) De même origine que le précédent, antonomase de Porto.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
port
\ˈpɔɹt\
ou \ˈpɔːt\
ports
\ˈpɔɹts\
ou \ˈpɔːts\

port \ˈpɔɹt\ (États-Unis), \ˈpɔːt\ (Royaume-Uni)

  1. Port, rade.
  2. (Navigation) Bâbord.

AntonymesModifier

DérivésModifier

Quasi-synonymesModifier

Verbe Modifier

Temps Forme
Infinitif to port
\ˈpɔɹt\ ou \ˈpɔːt\
Présent simple,
3e pers. sing.
ports
\ˈpɔɹts\ ou \ˈpɔːts\
Prétérit ported
\ˈpɔɹ.tɪd\ ou \ˈpɔː.tɪd\
Participe passé ported
\ˈpɔɹ.tɪd\ ou \ˈpɔː.tɪd\
Participe présent porting
\ˈpɔɹ.tɪŋ\ ou \ˈpɔː.tɪŋ\
voir conjugaison anglaise

port \ˈpɔɹt\ (États-Unis), \ˈpɔːt\ (Royaume-Uni) transitif

  1. Porter.

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

port \ˈpɔɹt\ (États-Unis), \ˈpɔːt\ (Royaume-Uni)

  1. Porto, vin de Porto.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • port sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  
  • port (bâbord) sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
port
\Prononciation ?\
ports
\Prononciation ?\

port masculin

  1. Port.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 Modifier

port neutre/masculin

  1. Port, affranchissement.
    • port betaald
      port payé
    • een pakje port betaald versturen
      envoyer un colis en port payé
    • voor een brief moet je een euro port betalen
      une lettre doit être affranchie d’un timbre de un euro

SynonymesModifier

Nom commun 2Modifier

port \Prononciation ?\ masculin

  1. Porto, vin de Porto.
    • een glas port
      un verre de porto

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 82,0 % des Flamands,
  • 93,8 % des Néerlandais.

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]

PolonaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

port

  1. Port.

PrononciationModifier

RomancheModifier

Forme de verbe Modifier

port \Prononciation ?\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de purter.

RoumainModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

port \ˈpoɾt\

  1. Port.