Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adjectif) (ca. 1175) Du latin secretus.
(Nom) (1110 en Poitou, répandu 1380) Du latin secretum, neutre de secretus. (ca. 1140) segrei.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin secret
\sə.kʁɛ\
secrets
\sə.kʁɛ\
Féminin secrète
\sə.kʁɛt\
secrètes
\sə.kʁɛt\

secret \sə.kʁɛ\

  1. Qui n’est connu que d’une personne ou de fort peu de gens ; que l’on tient caché, dont on dérobe la connaissance aux autres.
    • Or, tout sage et expérimenté qu’il était, Coligny n’avait pu tenir secrète une si entière confiance […] — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Les Lettres à l’Étrangère […], ces lettres contiennent des aveux, voilés, il est vrai, des histoires obscures, sans doute, mais reconnaissables pour qui connaît un peu l’existence secrète de Balzac. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Les slavistes les plus autorisés ont immédiatement flairé les intentions secrètes du traducteur magyar. — (Ernest Denis, La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.96)
  2. (Histoire) Qualifiait les doctrines et pratiques occultes telles que l’astrologie, la magie, la nécromancie, etc.
    • Ce mage fit fortune dans les sciences secrètes.
  3. (En particulier) Qualifie un accès dérobé.
    • Escalier secret ; porte secrète.
  4. (Spécialement) Qualifie les fonds dont un gouvernement use sans être tenu d’en rendre compte.
  5. Qualifie les personnes qui savent se taire et tenir une chose secrète.
    • C’est un homme à qui vous pouvez tout confier, il est fort secret.
  6. (Chasse) Qualité d'un chien qui n'aboie pas.
    • Tout limier doit être secret, c'est-à-dire muet. — (Olivier Perrin, Encyclopédie de la vénerie française, édité par l'auteur, 1961)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
secret secrets
\sə.kʁɛ\

secret \sə.kʁɛ\ masculin

  1. Information connue d’une seule personne ou d’un groupe réduit de personnes, qui est tenue d’être cachée, qu’il ne faut pas révéler.
    • La comtesse […] leur ordonna de s’agenouiller devant son lit, et, la voix basse, et sans autre témoin que Dieu, elle leur révéla un secret que personne n’entendit. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • […] c’était la confidente toute particulière de Marguerite, qui n’avait aucun secret pour elle, et l’on prétendait qu’au nombre des mystères qu’enfermait son incorruptible fidélité il y en avait de si terribles que c’étaient ceux-là qui la forçaient de garder les autres. — (Alexandre Dumas , La Reine Margot - I, 2, C. Lévy, 1886)
    • Quand ils se dirent « adieu », le renard révéla un secret au petit prince : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. — (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Gallimard, Paris, 1945)
    • Une religion qui serait seulement faite de conventions extérieures, d’attitudes et de formes serait sans action sur la conscience et ne changerait rien aux secrets de la vie intime. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • — C'est tellement beau, chuchota-t-elle.
      — Pourquoi parles-tu à voix si basse?
      — Parce que c'est si beau que c'est forcément un secret.
      — (Amélie Nothomb, Le Voyage d'hiver, Albin Michel, 2009, p. 94)
    • Jules Verne… lut-elle plaintivement. On ne peut pas le relire. Une fois qu’on a le secret, c’est fini. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, p. 129.)
  2. Discrétion, silence sur une chose confiée.
    • Je vous demande le secret.
    • Promettez-moi le secret.
    • Les affaires ont été traitées avec le plus grand secret.
  3. Moyen connu d’une seule personne ou de peu de personnes pour faire certaines choses, pour produire certains effets.
    • Nous voici à l'automne 1966. Cela fait trois ans et demi […] que le roi Constantin s’initie aux secrets de la lutte japonaise. Il a commencé par le jiu-jitsu, a continué avec le judo et maintenant, depuis un an, il s’adonne aux secrets de l'extraordinaire karaté. — (Vassilis Vassilikos, Z, 1966, traduit du grec par Pierre Comberousse, NRF Gallimard, 1967, p.66)
    • Un secret de fabrication, industriel, militaire.
    • Donner, communiquer, vendre, acheter un secret.
  4. (Figuré) Les moyens qu’on met en usage pour venir à bout de quelque chose, pour y réussir.
    • Le secret de plaire, de parvenir.
  5. (Serrurerie) Ressort particulier qu’il faut faire jouer, organe caché qu’il faut manœuvrer.
    • On ne peut ouvrir ce coffre-fort, si l’on n’en sait le secret.
    • Serrure à secret.
  6. Cachette pratiquée dans un coffre-fort, dans un secrétaire, dans un cabinet.
  7. Lieu caché, écarté.
    • Il vit retiré dans le secret de sa maison.
  8. (Prison) Lieu séparé on enferme le prisonnier, en ne lui laissant de communication qu’avec le geôlier.
    • Mettre un prisonnier au secret, le tenir au secret.
    • J’ai su que Robert d’Artois était allé là-bas, et qu’il avait eu accès auprès de Madame de Bourgogne. C’est en contrevenance aux ordres. La reine, pour autant qu’on puisse la dire telle, est condamnée au mur, c’est-à-dire au secret. Aucun sauf-conduit ne vaut pour l’approcher s’il ne porte mon sceau, ou le tien. — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, « La Reine étranglée », 1955)
  9. Solution de nitrate de mercure utilisée pour faciliter le feutrage des peaux de lapin en vue de la fabrication de chapeaux.

Quasi-synonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

  • secret sur l’encyclopédie Wikipédia  

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin secretum.

Nom commun Modifier

secret masculin

  1. Secret.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adjectif) De l’ancien français secret, qui vient du latin secretus.
(Nom) Du latin secretum.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
secret
\ˈsi.kɹɪt\
ou \ˈsiː.kɹɪt\
secrets
\ˈsi.kɹɪts\
ou \ˈsiː.kɹɪts\

secret \ˈsi.kɹɪt\ (États-Unis), \ˈsiː.kɹɪt\ (Royaume-Uni)

  1. Secret.

DérivésModifier

Adjectif Modifier

secret \ˈsi.kɹɪt\ (États-Unis), \ˈsiː.kɹɪt\ (Royaume-Uni)

  1. Secret.

DérivésModifier

PrononciationModifier

  • États-Unis (Californie) : écouter « secret [ˈsi.kɹɪt] »

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

1 : Du latin secretum.
2 : Du latin secretus.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
secret
[səˈkɾet]
secrets
[səˈkɾets]

secret \səˈkɾet\, \seˈkɾet\ masculin

  1. Secret.
    • Los peregrins tots ensems votaran
      e prometran molts dons de cera fets;
      la gran paor traurà a llum los secrets
      que al confés descoberts no seran.
      — (Ausiàs March, Veles e vents)

Adjectif Modifier

Nombre Singulier Pluriel
Masculin secret
[səˈkɾet]
secrets
[səˈkɾets]
Féminin secreta
[səˈkɾetə]
secretes
[səˈkɾetəs]

secret [səˈkɾet], [seˈkɾet]

  1. Secret.

DérivésModifier

SynonymesModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

1 : Du latin secretum.
2 : Du latin secretus.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
secret
[seˈkɾet]
secrets
[seˈkɾets]

secret \seˈkɾet\ (graphie normalisée) masculin

  1. Secret.

Adjectif Modifier

Nombre Singulier Pluriel
Masculin secret
[seˈkɾet]
secrets
[seˈkɾets]
Féminin secreta
[seˈkɾeto̞]
secretas
[seˈkɾeto̞s]

secret [seˈkɾet] (graphie normalisée)

  1. Secret.

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier