Voir aussi : Four

Conventions internationales modifier

Nom scientifique modifier

four \ˈfoa\

  1. (radiotéléphonie) Mot de code radiotéléphonique de l'OACI, OTAN et SIA pour le chiffre 4.

Français modifier

Étymologie modifier

(Nom 1) Du latin fŭrnus. Le \n\ se retrouve dans fourneau, fournil, enfourner, fournier, etc.
(Nom 2) Voir Four.

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
four fours
\fuʁ\

four \fuʁ\

  1. Relatif aux Fours, peuple de l’ouest du Soudan.
    • Les hommes aux chameaux sont arrivés ici voilà dix mois et ils vont rester ici pendant longtemps, estime Abdulhaman Abdullah Issa. Ils ont conclu des accords avec des fermiers fours en leur disant  : “N’allez pas à Kass, nous sommes des frères, vous devez vivre ici.” — (Alexis Masciarelli, Au Darfour, la terreur au quotidiens, 14 janvier 2005)
  2. Relatif au four, langues des Fours.
    • La persistance de sa curiosité (il perdra malheureusement l’essentiel de ses notes, parmi lesquelles un dictionnaire de langue four) et la force de sa volonté n’en sont que plus admirables. — (« Note de lecture », Autrepart, numéro 36, 2005, page 185)

Nom commun 1 modifier

Singulier Pluriel
four fours
\fuʁ\
 
Un four pour particuliers (sens 1)
 
four à brique (sens 4)
 
Armoiries avec un four (sens héraldique)

four \fuʁ\ masculin

  1. (Cuisine) Ouvrage de maçonnerie voûté en rond, avec une seule ouverture par-devant, et dans lequel on fait cuire, grâce à la chaleur concentrée, le pain, la pâtisserie, etc.
    • […], on vient d’inaugurer un séchoir artificiel : c’est un four à chaleur modérée, où l’on dispose les poissons sur des lattes; au bout de trois jours ils sont séchés à point. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 32)
    • À vingt pas de la maison le four, coiffé de son petit toit de planches, faisait une tache sombre ; la porte du foyer ne fermait pas exactement et laissait passer une raie de lumière rouge. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Durant la disette de 1793, les autorités établirent à Libreville (ex-Charleville) six fours publics qui devaient cuire tous les deux jours 16 120 livres de pain pour les habitants, c’est-à-dire une ration d'une livre par jour et par tête. — (Michel Morineau, Pour une histoire économique vraie, Presses Universitaires du Septentrion, 1985, page 190, note 8)
  2. Partie d’un fourneau autour de laquelle circule la flamme du foyer et où l’on fait cuire les viandes, les pâtisseries.
  3. (Vieilli) Lieu où était le four et où se rendaient ceux qui voulaient cuire.
    • Aller au four.
    • Revenir du four.
  4. Lieux voûtés et ouverts par en haut, où l’on fait cuire la chaux, le plâtre, la brique, la tuile, etc.
    • Les minerais préparés étaient, depuis la reprise moderne des travaux jusqu'en 1817 , fondus à la mine au moyen de fours à manche ; on y coupelait aussi le plomb pour argent et l'on trouve encore un moulin pour le broyage des litharges. — (Frédéric Blanchard, « Mémoire sur la mine de Tende ou de Vallauria (Ancien comté de Nice) » dans la Revue universelle des mines, de la métallurgie, des travaux publics, des sciences et des arts, dirigée par Ch. De Cuyper, tome 57, Paris & Liège, 1869, page 181)
    • Pour résoudre tous les problèmes d’émissions atmosphériques, le four verrier idéal serait le four électrique à voûte froide. — (James Barton et Claude Guillemet, Le verre, science et technologie, EDP Sciences, 2005, page 217)
    • Souvent non dissous lors de la fusion des matières premières, les infusibles se désintègrent sous les températures élevées des fours et génèrent des micro-inclusions préjudiciables. — (Le verre dans les déchets d'emballages ménagers, Cercle National du Recyclage, juillet 1898, page 8)
  5. (Par ellipse) Four crématoire.
    • Il ne semble pas exagéré de porter cette somme à 50 francs pour tenir compte des dépenses que nécessitent l'entretien et les réparations (toujours couteuses) du four et du matériel, et en outre l'occupation pendant cinq ans d'une case dans le colombarium municipal. — (« Frais d'incinération dans l'appareil crématoire de la ville de Paris », dans l'art. 17 de la NOTE présentée par M. Chassaing, au nom de la Commission du budget, sur la crémation en France en 1889, p. 20, en recueil dans Rapports & Documents, Conseil municipal de Paris, année 1889, Paris : Imprimerie municipale, 1890)
  6. Équipement industriel dans lequel on traite thermiquement des matériaux (métaux, terre à feux…) de manière à en modifier les performances (résilience, dureté…), ou les caractéristiques physico-chimiques (déformation, fusion, cuisson…).
    • La visualisation des courants de verre et les mesures de température dans la masse vitreuse effectuées sur des fours en activité sont complexes, coûteuses et souvent incompatibles avec l'activité industrielle. — (Jean Fourment & Jean Fromentin, Fours de verrerie, Techniques de l'Ingénieur n° BE 8 848, 2000, p.)
  7. (Familier) Échec, en parlant d’une pièce de théâtre, d’un livre qui n’obtient aucun succès ; d’une entreprise qui échoue et aussi d’une personne qui ne réussit pas.
    • Elle débute dans une vieille pièce du répertoire moderne et obtient un joli four, mais elle aime son métier et ne se décourage point. — (Marie Colombier, Les Mémoires de Sarah Barnum, 1883)
    • Ceux du bâtiment disent tous que les articles en volumes « c’est des fours » et que les libraires n’en veulent plus. — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
    • Il est rare de se faire des amis le soir d'un four dans une équipe théâtrale. — (Françoise Sagan, Avec mon meilleur souvenir, 1984, Folio, page 88)
  8. (Argot) Lieu de vente de drogues, habituellement situé dans une cage d’escalier et protégé à l’extérieur par des guetteurs.
    • Les équipes se relaient : le four est ouvert jusqu’à 22 heures la semaine et minuit le week-end. La drogue est cachée à proximité du four, la préparation se fait dans les appartements. — (Marie-Hélène Bacqué et Lamence Madzou, Les jeunes des banlieues sont les premières victimes du « bizness », Le Monde, 30 mai 2009)
    • Y’a d’la drogue, y’a des armes, c’est le four. — (Kaaris, album Le Bruit de mon âme, 2015, Four)
    • Producteur de rap, « Malsain » a succédé à un certain « Tartare » et a longtemps fait la guerre à un dénommé « Cyborg », l’ennemi juré qu’il est soupçonné d’avoir fait liquider il y a un an et demi, et dont la famille tient l’autre « méga-four » (important lieu de vente) de la ville, cité Charles-Schmidt. — (Louise Couvelaire et Simon Piel, A Saint-Ouen, une guerre des « stups » qui n’en finit pas, Le Monde. Mis en ligne le 8 mars 2021)
  9. (Héraldique) Meuble représentant l’ouvrage de maçonnerie du même nom dans les armoiries. Il est représenté de front, en pierre et généralement sous la forme d'un four à pain. À rapprocher de four à chaux.
    • De gueules à la cordelière d’or nouée en chef entourant un four d’argent maçonné de sable au foyer d’or chargé d’une flamme du champ ; au chef d’azur chargée de trois croisettes recroisetées au pied fiché d’or, qui est de la commune de Le Neufour de la Meuse → voir illustration « armoiries avec un four »
  10. Bouche grande ouverte qui bâille fortement (cf. bâiller comme un four).
    • Depuis ma dernière visite à la fauverie du Zoo, je n’avais pas admiré de four semblable. — (Léo Malet, L’Ours et la Culotte, 1955, chapitre IX)

Synonymes modifier

Dérivés modifier

Proverbes et phrases toutes faites modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

  four figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : pain.

Traductions modifier

Nom commun 2 modifier

four \fuʁ\ masculin singulier

  1. Langue parlé par les Fours dans le Darfour, à l’ouest du Soudan.
    • Aujourd’hui, l’islamisation du Jebel Marra est totale, mais les langues vernaculaires, le four en particulier, restent couramment parlées, tandis que renaissent les conflits sanglants entre cultivateurs noirs de la montagne, et Zaghawa, […] — (Marc Lavergné, Le Soudan contemporain, page 48, 1989)

Traductions modifier

Prononciation modifier

Homophones modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi modifier

Références modifier

Anglais modifier

Étymologie modifier

Du vieil anglais fēower, du proto-germanique *fedwōr (en), de l’indo-européen commun *kʷetwóres.

Adjectif numéral modifier

four \ˈfɔɹ\ (États-Unis), \ˈfɔː\ (Royaume-Uni) pluriel

  1. Quatre.
    • A square has four equal angles.
      Un carré a quatre angles égaux.
    • The train is made up of four carriages.
      Le train est composé de quatre wagons.
  2. (be, turn +) Quatre ans (âge d’une personne).
  3. (at +) Quatre heures.
  4. (on +) Le 4 (d’un mois).

Dérivés modifier

Apparentés étymologiques modifier

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
four
\ˈfɔɹ\
ou \ˈfɔː\
fours
\ˈfɔɹz\
ou \ˈfɔːz\

four \ˈfɔɹ\ (États-Unis), \ˈfɔː\ (Royaume-Uni)

  1. Quatre.

Dérivés modifier

Prononciation modifier


Homophones modifier

Breton modifier

Forme de nom commun modifier

Mutation Collectif Singulatif Pluriel
Non muté pour pourenn pourennoù
Adoucissante bour bourenn bourennoù
Spirante four fourenn fourennoù

four \ˈf̬uːr\ collectif

  1. Forme mutée de pour par spirantisation (p > f).

Anagrammes modifier