Voir aussi : Bien, biên, biến, biền, biện, biển

Étymologie

modifier
Du latin bene (« bien, à propos, favorablement »).

Adverbe

modifier

bien \bjɛ̃\ invariable (comparatif : mieux)

  1. Marque un certain degré de perfection et d’utilité.
    • On jouait au Rummikub. On buvait du café, on fumait des cigarettes, et c’étaient des moments où j’étais bien. — (Florence Cassez & Eric Dussart, Rien n’emprisonne l’innocence, Michel Lafon, 2010)
    • Il écrit bien. — Ses affaires vont bien.
    • Entre bien et mal, ce serait très mal de ne pas bien choisir. Si l'on pense que faire le bien ne peut pas faire de mal, il faut alors bien le faire en se donnant du mal. → voir faire le bien — (Philippe Normand, Sac de fables d'un flic libéré, éditions Pippa, 2018)
  2. Beaucoup ; fortement ; très.
    • L’Atlantide, que cette contrée ait existé, cela est hors de doute. Mais il paraît certain qu’elle avait déjà disparu, bien avant l’apparition de l’homme sur la terre. — (René Thévenin et Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e édition, page 15)
    • Lacroix a bien raison : ces viragos nous gâchent la vie. — (Élise Fontenaille, L'homme qui haïssait les femmes, Grasset, 2011)
    • Y aura des suicides ce soir, à Courbevoie, et bien plus à Nanterre, j’en foutrais mon billet. — (René Dzagoyan, Vadim Bronsky: Dernière mort avant l'oubli, éd. Flammarion, 2004, page 146)
    • Le monde de la bande dessinée est bien plus cruel qu'il n'y paraît : un nombre hallucinant d'albums afflue dans les bouclards chaque mois, et bien rares sont les titres qui parviennent à s'imposer. — (Run, « Édito », dans DoggyBags, tome 2, Roubaix : Ankama Éditions, avril 2012)
  3. Au moins.
    • Il est passé il y a bien deux heures.
  4. De bonne grâce ; souligne l’acceptation.
    • Je le veux bien.
    • Tout avait été dit. « Bien, bien, bien... », reprit Mierck en se balançant sur la pointe des pieds. — (Philippe Claudel, Les Âmes grises, Livre de Poche, page 108)
  5. Davantage ; plutôt ; de préférence.
    • Seulement, la vie de la plante, considérée relativement à la production utilisable, ne forme pas l'objet de la botanique, mais bien de l’agronomie. — (Albert Lévy, « L'actinomètre Arago-Davy : Contribution à l'étude de la maturation des raisins », dans les Annales agronomiques publiées sous les auspices du Ministère de l'agriculture et du commerce, tome 4, Paris : chez G. Masson, 1878, page 505)

Variantes orthographiques

modifier
  • bi1 (Langage SMS)

Variantes

modifier

Dérivés

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier
  • → voir bene- et ses dérivés

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Traductions

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
bien biens
\bjɛ̃\

bien \bjɛ̃\ masculin

  1. (Au singulier) Ce qui est bon, ce qui favorise l'équilibre, l'épanouissement d'un individu, d'une collectivité ou d'une entreprise humaine.
    • Si je pensais que le souverain bien fût la joie, je ne douterais point qu'on ne dût tâcher de se rendre joyeux, à quelque prix que ce pût être, et j'approuverais la brutalité de ceux qui noient leurs déplaisirs dans le vin, ou les étourdissent avec du pétun. — (René Descartes, « Lettre à Élisabeth Egmond, du 6 octobre 1645 », dans Correspondance avec Élisabeth, Presses électroniques de France, 2013)
    • Lorsqu’au bout de quelques semaines Elhamy la remercia, avec une cordialité souriante, du bien qu’elle avait fait à son fils, une émotion sourde étreignit sa gorge. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Cette Antigone voyoute pourrait courir toutefois le risque d’énoncer un univers d’indifférenciation où l’ordre légal et la transgression s’égaleraient sur un seuil éthique au-delà du bien et du mal. — (Rose Duroux, Les Antigones contemporaines: de 1945 à nos jours, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010, p.310)
    • Pascal nous dit qu’au point de vue des faits, le Bien et le Mal sont une question de « latitude ». En effet, tel acte humain s’appelle crime, ici, bonne action, là-bas, et réciproquement. — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, Les Demoiselles de Bienfilâtre, dans les Contes cruels, Calmann Lévy, 1893, page 1)
  2. (Au singulier) Probité, vertu.
    • J’ai ramené au bien et au repentir des misérables qui, un soir, au détour d’un chemin, avaient voulu m’assommer à coups de hache. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Le mal que font les hommes vit après eux ; le bien est souvent enseveli avec leurs cendres. — (William Shakespeare, « Jules César », acte 3, scène 6, dans les Œuvres dramatiques de Shakspeare, tome 1, traduit de l'anglais par Letourneur, Paris : chez Lavigne, 1836, p. 117)
    • Les gentils cons qui décrétaient le Bien et le Mal comprenaient qu'un garnement tirât les cheveux d'une fillette, pas qu'il lui roulât un patin ! Sœur Marie me le fit bien savoir ! Purification de ma bouche vilaine par la cascade d’ave au pied de saint Joseph. — (Pierre-Robert Leclercq, Les Gabyandre, Librairie Fayard, 1978)
  3. (Droit de propriété) Toute chose d'utilité pratique et de valeur financière.
    • Les proscrits avaient le droit d’emporter leurs biens meubles. Mais leurs biens de mainmorte (immeubles, champs, vignobles, caves greniers) furent décrétés propriété royale et confisqués. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Un nouveau courant de recherche fait valoir que les dépenses que les entreprises consacrent aux nouvelles technologies, à savoir les investissements dans des biens immatériels, contribuent à la croissance de leur production non seulement sur le moment mais également des années plus tard. — (OCDE, Mesurer l’innovation : Un nouveau regard, Éditions OCDE, 2010, p. 21)
  4. (Courant) Chose, matérielle ou immatérielle, qui appartient en propre à une personne.
    • « N'oublie jamais que la vie est ton seul bien, Tzeu.
      – J'aurais du mal à l'oublier ! J'ai plus de famille, plus de maison, plus de vêtements. »
      — (Pierre Bordage, Wang – I. Les portes d'Occident, « J'ai Lu », 1997, page 163)
  5. (Vieilli) Maison de campagne, propriété rurale.
    • Le sieur Tassin de Montcourt ayant péri révolutionnairement, ses biens, et notamment les deux septièmes qui lui appartenaient dans la terre de Saint-Escobille, furent confisqués au profit de la nation. — (Hospices de Dourdan contre Tassin de Villiers, Cours de Cassation, 6 mai 1818, dans le Journal du Palais : Jurisprudence française, vol. 14 (1817-1818), Paris : chez F.-F. Patris, 1839, page 791)
  6. (Spécialement) (Canada) (Désuet) Terre, bien immobilier en campagne.
    • « Tu ne sais donc pas qu’il me faut cette terre ? Tu ne sais pas qu’il me la faut absolument ? Ah ! la diablesse de femme. Il me la fallait en effet, il me la fallait, surtout pour avoir la terre. Mais à présent qu’elle a tant fait la grande dame ; à présent qu’elle m’a repoussé, moi veuf comme elle, et beaucoup plus riche qu’elle... ma foi, elle s’arrangera comme elle pourra, je prendrai le bien, comme disent les habitants, et je laisserai la femme. » […] Bien, se dit dans nos campagnes, pour terre, bien immobilier. La signification ainsi restreinte de ce mot, montre l’attachement des Canadiens-français pour la propriété foncière. L’anglais dit my goods, en parlant de ses effets, de son mobilier. — (Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Charles Guérin, G.H. Cherrier, éditeur, Montréal, 1853, I, 2, page 21)

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Dérivés

modifier

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Adjectif

modifier

bien \bjɛ̃\ invariable

  1. Qui est considéré comme agissant bien.
    • C’est ce que font les gens bien.
  2. Qui est considéré comme étant adéquat, positif ou jugé favorablement.
    • Quelques jours après mon arrivée, un vaste pique-nique réunit sur les bords de l’Adour toutes les familles bien de la région. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958, réédition Le Livre de Poche, page 395)
    • 20 avril 43 – À ses yeux, je ne suis pas une jeune fille bien. Je porte des chapeaux excentriques. Ma mère travaille et elle ne serait pas éloignée de croire que je suis enceinte et que le pauvre Blaise ne fait que réparer. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 274)
    • Avec des filles de la classe, on allait sonner au portes des maisons bien, rue de la République ou avenue Clemenceau, nos timbres des tuberculeux au poing. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 332)

Le comparatif et le superlatif de supériorité de l’adverbe et de l’adjectif bien sont irréguliers. On utilise le mot mieux pour l’adverbe :

Il parle bien le français, beaucoup mieux que moi. Mais elle parle le mieux

On utilise meilleur quand bien est utilisé comme adjectif :

Ces peintures sont bien, en tout cas meilleures que ce que l’on trouve d’habitude à ce prix.
C’est un homme bien, le meilleur d’entre nous.

Ce mot dénote une supplétion car son étymologie est distincte de celles de mieux et de meilleur.

Traductions

modifier

Interjection

modifier

bien \bjɛ̃\

  1. Bon, introduit le début ou la reprise d'une élocution.
    • Bien, nous allons reprendre notre discussion.

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • bien sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bien sur l’encyclopédie Vikidia  

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin bene. (Vers 980) ben.

Adverbe

modifier

bien *\bjẽn\

  1. Bien (de façon habile, juste, ou correcte).
  2. Bien (indique l’acceptation, la confirmation).
    • Meis ben savum certeinement — (La vie de saint Gilles, édition de Bos et Paris, p. 36, c. 1170)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Nom commun

modifier

bien *\bjẽn\ masculin

  1. Bien (contraire de mal).
  2. Bien, possession.

Variantes

modifier

Références

modifier
  • « bien », dans Dictionnaire du moyen français (1330-1500), 2010, 4e édition → consulter cet ouvrage
  • Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Bonn, 1928
  • WACE, Vie de sainte Marguerite, Conception de Nostre Dame et Vie de Saint Nicolas, édition bilingue, Publication, traduction, présentation et notes par Françoise Le Saux et Nathalie Bragantini-Maillard, édition Honoré Champion, Paris, 2019, p. 378-379.

Étymologie

modifier
De l’ancien français bien.

Adverbe

modifier

bien \Prononciation ?\

  1. Bien.

Étymologie

modifier
Du latin bene.

Adverbe

modifier

bien \ˈbjen\

  1. Bien.
    • Habla bien el español.
      Il parle bien l’espagnol.
    • Juan se conduce siempre bien.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • Dobla bien la servilleta. — (Gabriel Celaya, Itinerario poético, 1973.)
      Plie bien ta (la) serviette.
  2. Beaucoup, pas mal.
    • Nos hemos bien paseado.
      Nous nous sommes pas mal promenés.
  3. Assez.
    • Ahora estoy bien ocupado.
      Actuellement, je suis assez occupé.
  4. Bien, volontiers.
    • Yo bien accedería a tu súplica, pero no puedo.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
bien bienes

bien \ˈbjen\ masculin

  1. Bien, ce qui est bon.
    • Discernir el bien del mal : « Discerner le bien du mal »
    • Lo hago por tu bien : « Je le fais pour ton bien »
  2. (Au pluriel) Possession en argent, en immeubles ou autrement.
    • Bienes muebles, biens meubles.
    • Bienes de consumo, biens de consommation.
    • Bienes de equipo, biens d’équipement.

Antonymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier
  • bien sur l’encyclopédie Wikipédia (en espagnol)  

Références

modifier

Étymologie

modifier
Apparenté au néerlandais been.

Nom commun

modifier

bien \Prononciation ?\

  1. (Anatomie) Os.

Synonymes

modifier

Étymologie

modifier
De l’espagnol bien (même sens).

Adverbe

modifier

bien \bjɛn\

  1. Bien. Marque un certain degré de perfection et d’utilité.
    • Akí kasa suto asé bibí bien.
      Dans cette maison-ci, nous avons bien vécu

Références

modifier
  • Armin Schwegler et Kate Green, Palenquero (Creole Spanish) - Comparative creole syntax. Parallel outlines of 18 creole grammars, 2007 → consulter le sur APICS

Volapük réformé

modifier

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun

modifier

bien \Prononciation ?\

  1. (Entomologie) Abeille (insecte).