Ouvrir le menu principal
Visuellement confondus : һ (cyrillique), հ (arménien), (cherokee)
Voir aussi : H, Ĥ, ĥ, Ħ, ħ, , , , , , , , 𝐇, 𝐡, 𝐻, 𝑯, 𝒉, , 𝒽, 𝓗, 𝓱, , 𝔥, 𝕳, 𝖍, , 𝕙, 𝖧, 𝗁, 𝗛, 𝗵, 𝘏, 𝘩, 𝙃, 𝙝, ^H

Sommaire

CaractèreModifier

Minuscule Majuscule
h H
 
Les lettres H et h.

h

  1. Huitième lettre et sixième consonne de l’alphabet latin (minuscule). Unicode : U+0068.

Voir aussiModifier

  • h sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  • Unicode, Inc., Basic Latin, The Unicode Standard, version 12.1, 2019

Conventions internationalesModifier

Symbole Modifier

h

  1. (Métrologie) Symbole du préfixe hecto- du Système international.
  2. (Métrologie) Symbole de l’heure.
  3. (Physique) Symbole de la constante de Planck (h ou ℎ).
  4. (Linguistique) Symbole de l’API de la consonne fricative glottale sourde, comme dans le français ha ! [ha].

Variantes orthographiquesModifier

  • (constante de Planck)

Voir aussiModifier

  • (constante de Planck / 2π)

FrançaisModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H
\aʃ\
(ache)
Singulier et pluriel
h
(h aspiré)\aʃ\
ou \aʃ\

h (h aspiré)\aʃ\ ou \aʃ\ masculin, orthographe invariable

  1. Huitième lettre et sixième consonne de l’alphabet (minuscule).
    • Un grand, un petit h.
    • En français on distingue le h muet du h aspiré.
    • Tous les h ne produisent pas les effets de l’aspiration.
    • Ainsi, par exemple, les scribes ajoutent la lettre h à la séquence uit, qui désigne le chiffre 8, afin d'éviter la confusion avec le mot qui sert à désigner le membre viril (vit, alors transcrit uit). Utile feuille de vigne, ce h n'a rien d'étymologique (huit vient du latin octo). — (Francis Gingras, « Faute de s'entendre », in Argument, vol. 19, n° 1, automne-hiver 2017, page 164)

DérivésModifier

Transcriptions dans diverses écrituresModifier

Nom commun Modifier

h \œʁ\ féminin, (Abréviation)

  1. Heures, par exemple dans l’écriture de l’heure du jour (dans ce cas, précédé par un ou deux chiffres signifiant l’heure, et pouvant être suivi de deux chiffres signifiant les minutes).
    • Ça me fait penser à allumer la téloche pour regarder les infos de 9 h. J'attrape la télécommande et je mets la dix. — (Boris Tzaprenko, Noti Flap, vol.2 : Tribulations détectivesques méziguifères, (autoédition), 2013, page 96)
    • Challengez-vous avec la randonnée (8h environ) autour de la rivière des Remparts qui relie le volcan à l’océan. — (journal 20 minutes, 30 novembre 2018)

PrononciationModifier

Traditionnellement les lettres dont le nom se terminait par un e étaient employées au féminin. On parlait donc d’une h muette. Cet usage est maintenant désuet et h est masculin.
On distingue deux sortes d’h, l’h muet et l’h aspiré. L’h muet est un signe purement orthographique dans les mots tirés du latin qui, dans cette langue, s’écrivaient avec cette lettre : Herbe, Hiver, Héritier, Humble, Heure, Honneur ; Appréhender, Exhiber, etc.
Dans certains mots qui sont, eux aussi, d’origine latine, un h a été ajouté pour des causes diverses : Hièble, Huile, Huit, Huître, Bonheur, Malheur.
L’h aspiré est un son produit dans le larynx, qui a disparu peu à peu de la prononciation française et qui ne s’entend plus que rarement et surtout dans des interjections comme : Ohé !, Hue !, Halte !, ou quelquefois dans des verbes comme Hennir, Hisser, Hurler.
Partout ailleurs, il est aussi devenu un signe orthographique, qui sert à empêcher la liaison de la consonne ou l’élision de la voyelle finale d’un mot avec la voyelle initiale du mot suivant.
Il se rencontre à l’initiale de mots qui sont pour la plupart d’origine germanique. C’est honteux, Un hasard, Des hangars, Une hache, Le héros, Des héros.
Il se rencontre aussi, exceptionnellement, à l’initiale de certains mots d’origine latine. Haut, Hérisson, Herse, Huppe.
À l’intérieur de quelques mots comme enhardir, chahut, trahir, cahot il sert à maintenir l’hiatus entre deux voyelles. Dans ce dernier cas, l’h peut être étymologique (cohue, cacahuète) ou non (crapahuter, envahir).
  • (Région à préciser) : écouter « h [aʃ] »

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • h sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AllemandModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H
\ha:\

h \ha:\

  1. Huitième lettre de l’alphabet (minuscule).

Symbole Modifier

h

  1. (Musique) Si mineur.
    • Messe in h (Messe in Ha-Moll)
  2. (Musique) Si bécarre.
    • b, a, c, h : ré, do, mi, si♮.

SynonymesModifier

Ancien occitanModifier

Lettre Modifier

h masculin

  1. Huitième lettre de l’alphabet.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H
\ˈeɪtʃ\
Singulier Pluriel
h
\ˈeɪtʃ\
h’s
\ˈeɪ.tʃɪz\

h

  1. Huitième lettre de l’alphabet (minuscule).

PrononciationModifier

BasqueModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H
\a.tʃe\

h \a.tʃe\

  1. Septième lettre de l’alphabet.

DalécarlienModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H

h \Prononciation ?\ minuscule

  1. Onzième lettre de l’alphabet dalécarlien.

EspérantoModifier

a A b B
(bo)
c C
(co)
ĉ Ĉ
(ĉo)
d D
(do)
e E f F
(fo)
g G
(go)
ĝ Ĝ
(ĝo)
h H
(ho)
ĥ Ĥ
(ĥo)
i I j J
(jo)
ĵ Ĵ
(ĵo)
k K
(ko)
l L
(lo)
m M
(mo)
n N
(no)
o O p P
(po)
r R
(ro)
s S
(so)
ŝ Ŝ
(ŝo)
t T
(to)
u U ŭ Ŭ
(ŭo)
v V
(vo)
z Z
(zo)

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H
\ho\
(ho)

h \ho\

  1. Dixième lettre et huitième consonne de l’alphabet espéranto.

RéférencesModifier

FinnoisModifier

Lettre Modifier

h \hoː\

  1. Huitième lettre et sixième consonne de l’alphabet ; représente le son \h\ avec plusieurs allophones.

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « h [hoː] »

Flamand occidentalModifier

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H

h

  1. Huitième lettre et sixième consonne de l’alphabet.

GauloisModifier

Lettre Modifier

h \Prononciation ?\

  1. Lettre utilisée dans l'alphabet latin du gaulois.

RéférencesModifier

LatinModifier

ÉtymologieModifier

Pour la graphie, du grec ancien Η, Ê, êta, ancienne marque de l'esprit rude.

Lettre Modifier

Minuscule Majuscule
h H

h \haː\ neutre indéclinable, parfois féminin (sous-entendant littera)

  1. Huitième lettre de l’alphabet latin représentant une gutturale très faible au point que les Latins eux-mêmes doutaient de son existence ou de sa nécessité :
    • si H littera est, non nota, Quint. 1, 5, 19
    • H litteram, sive illam spiritum magis quam litteram dici oportet. Gell. 2, 3, 1.
  2. (Linguistique) Avant la chute de la république romaine, le son représenté par H devient si ténu qu'il est souvent omis, aussi avons nous les équivalences :
  3. Dans la formation des mots, cette ancienne gutturale était devenue \c\ avant un \t\ → voir tractum et vectum de traho, veho ou avant un \s\ auquel cas il s'écrit /x/ → voir traxi et vexi.
  4. Elle est utilisée pour marquer l'aspiration présente dans les lettres grecques χ (ch), φ (ph), θ (th) et (rh, rhô aspiré).

Symbole Modifier

h (Abréviation)

  1. Dans les inscriptions, abréviation de :
    1. Hispania : H. C. Hispania citerior.
    2. hic, haec, hoc, hujus, etc. : H. AQ. hic acquiescit ; H. C. hic condiderunt ; H. L. hunc locum. H. L. ET. M. H. N. S. hic locus et monumentum heredem non sequitur. H. M. S. D. M. hoc monumentum sine dolo malo. H. S. E. hic situs est. H. S. F. hoc sibi fecit, etc.
    3. heres et HH. heredes : H. B. M. heredes bene merenti ; H. E. T. heres ex testamento ; H. F. C. heres faciundum curavit.

RéférencesModifier

  • « h », dans Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 (page 730)
  • « h », dans Charlton T. Lewis et Charles ShortA Latin Dictionary, Clarendon Press, Oxford, 1879 → consulter cet ouvrage